Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le procès AZF s'ouvre aujourd'hui à Toulouse

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Selon l'AFP, le procès en correctionnelle de l'explosion de l'usine chimique AZF, qui avait causé la mort de 31 personnes le 21 septembre 2001, s'ouvre aujourd'hui à Toulouse. Plus de 1.800 parties civiles, une soixantaine d'avocats et des dizaines d'experts prendront part à ce procès qui devrait durer quatre mois.

Sur le banc des prévenus : Serge Biechlin, directeur d'AZF à l'époque des faits et seule personne physique poursuivie, et Grande Paroisse, exploitant de l'usine et filiale du groupe Total en qualité de personne morale.

Les prévenus doivent répondre des chefs d'homicides involontaires, blessures involontaires, destructions et dégradations involontaires par l'effet d'une explosion ou d'un incendie, et infractions au code du travail. 12 autres personnes, employées d'AZF, avaient été mises en examen pour les mêmes raisons mais ont bénéficié d'un non-lieu.

De nombreuses hypothèses ont été avancées pour tenter d'expliquer l'explosion, le 21 septembre 2001, de 300 tonnes de nitrate d'ammonium, équivalent, selon les experts, à 100 tonnes de TNT, stockées dans un hangar de l'usine AZF produisant des engrais, au sud de Toulouse. La déflagration, l'équivalent d'un séisme de 3,4 degrés sur l'échelle de Richter, avait fait 31 morts et 2.242 blessés, et endommagé près de 30.000 logements.

Le procès sera filmé et enregistré. Le délibéré devrait être rendu dans la deuxième quinzaine de novembre.

7 ans après la catastrophe AZF, le chemin reste long et sinueux avant de pouvoir dire ''plus jamais ça, ni ici, ni ailleurs'' !, ont déclaré la FRAPNA et France Nature Environnement dans un communiqué. Les association appellent à porter une attention particulière aux ''vieilles'' usines SEVESO (AZF avait presque 80 ans) et à savoir les arrêter à temps.

La FRAPNA et la FNE demandent également de renforcer les inspecteurs des installations classées : moins de 1500 inspecteurs, pour 500.000 installations classées (dangereuses ou polluantes), dont 50.000 soumises à autorisations, dont 1200 sites SEVESO, dont 600 SEVESO seuil haut, rappellent les associations.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit de la Santé et de l’Environnement Huglo Lepage Avocats