En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Production d'électricité en août : chute du nucléaire, boom du charbon

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

En août, la production totale d'électricité en France s'est élevée à 35,7 TWh, connaissant ainsi une baisse de 6,1% par rapport à août 2011, indique le Commissariat général au développement durable dans la Conjoncture énergétique d'août 2012. Principale raison : la baisse de 9,7% de la production nucléaire. "Pour le quatrième mois consécutif, le coefficient de disponibilité des centrales nucléaires se situe à un niveau particulièrement bas (67,4 %)", souligne le CGDD, ajoutant : "La part du nucléaire dans la production totale d'électricité passe, en un an, de 82% à 79%".

Grandes gagnantes de cette baisse du nucléaire : les centrales thermiques, qui ont vu leur production croître de 36,2%, représentant 8,3% de la production totale. La consommation de charbon pour la production d'électricité a d'ailleurs atteint un niveau particulièrement élevé, sans équivalent depuis 2004, précise le CGDD.

L'éolien a quant à lui connu une augmentation de sa production pour le cinquième mois consécutif, enregistrant une hausse de 31,3% en un an. Cependant, il ne constitue que 2,4% de la production totale d'électricité.

Enfin, malgré une baisse en août de 6,9% de la production hydraulique, sa part dans la production totale d'électricité reste stable à 10%.

Réactions17 réactions à cet article

 

ça c'est le résultat de la pensée unique des écologistes majoritaires et ça ira en empirant . Si tous les milliards dépensés pour l'éolien, ceci sans solution de stockage , allaient dans les économies d'énergie , la sobriété énergétique , toutes le méthodes de production électriques plus régulières et sans co2 bien évidemment ...et recherche, ce rapport serait bien différent !!!!!

poisson | 16 octobre 2012 à 08h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nous critiquons les Allemands et leur recours - temporaire - au charbon pour sortir du nucleaire mais oublions bien vite nos propres contraintes.

Steph | 16 octobre 2012 à 09h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce constat sans appel prouve bien que l'argument de l'exception française, qui voudrait que les énergies renouvelables soient inutiles car nous aurions déjà une production décarbonnée, est faux.
Sans parler d'autres déchets que le CO2 d'ailleurs.
Les centrales PV, les éoliennes concourent à la production et diminuent, à leur mesure, les émissions des centrales thermiques.

@ poisson : les milliards investis dans les éoliennes. Combien, depuis soixante ans, dans le nucléaire ? Et combien pour le démantèlement et la gestion des déchets ? Question rhétorique naturellement, car personne ne le sait, sinon que ce sera énorme.

Donc, relativisons. Vous constaterez également que l'ADEME et les acteurs de l'électricité travaillent à l'effacement diffus, que les économies d'énergies avancent (RT2012)... l'un n'empêche pas l'autre.

krakatoe | 16 octobre 2012 à 11h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ krakatoe. Bonjour , évidemment que le nucléaire a coûté des millliards et en coûtera encore mais il faut reconnaître qu'il fourni environ 80 % de l'électricité que nous consommons ,a des prix raisonnables et sans co2 ou presque . ...donc ça me semble normale . je ne suis pas pro nucléaire en raison de risques et du probléme des déchets ...ça soyez en certain mais je suis aussi trés réservé sur toutes les technologies irrégulières et aléatoires comme l'éolien industriel qui forcément nécessitent un couplage avec des technologies souples comme le gaz et le charbon . dans ce monde il a trop de problémes, l'eau n°1 , pauvreté ( la faim ) , les guerres et le CO2 qui selon de nombreux experts vont contribuer a la monté du niveau des océans et augmentation de la t° avec des dégats monstrueux . Il faut choisir ! .@ steph en Allemagne ce n'est pas temporaire !!! le fossile sera dominant chez eux et pour longtemps
Je ne suis pas certain d'avoir raison mais mon raisonnement se défend , non ! ...il faut privilégier les ENR a production régulières et les économies d'énergie en tous les cas . J'ai l'impression qu'on s'est engouffré dans un green business que personne ne peut limiter ni maîtriser car il y a tant d'argent confortable à gagner ... artificiellement ...c'est là aussi le danger . cordialement

poisson | 16 octobre 2012 à 13h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@steph

Oui mais les volumes n'ont rien à voir. L'augmentation de 36 % est basée sur un volume de départ qui est LARGEMENT inférieur. Mais quel est le volume ? L'article n'en dit rien !

@krakatoe
vous alignez les clichés et les stéréotypes sur le nucléaire à chaque phrase. La Cour des Comptes a donné des chiffres sur le démantèlement en prenant des hypothèses raisonnables en comparaison avec d'autres pays du monde, et notamment l'Allemagne. Le démantèlement et la gestion des déchets ne coûteront certainement pas aussi cher que le réchauffement climatique provoqué par la combustion des combustibles fossiles. Or les ENR EIF concourent à consommer plus d'énergie fossile dans notre pays car le vent ne souffle pas forcément quand on a besoin et le soleil ne brille pas la nuit ou le soir à 19:00 en hiver au moment de la pointe de consommation.pour reprendre une des conclusions de la Cour des Comptes sur les coûts, même au plus haut, cela ne dépassera pas les 5 % du prix du MWh électrique.
La RT2012 ne s'appliquent pas aux anciens logements y sont déjà construites depuis plusieurs années sinon plusieurs siècles…quant à l'effacement diffus, quand on voit comment le compteur mode Linky a été traité par les sénateurs qui ont audité tous les acteurs du marché de l'électricité français et des pays limitrophes, il y a de quoi se poser beaucoup de questions. Sans doute que tout le monde n'en est pas dans sa poche avec ce compteur…

Atomicboy44 | 16 octobre 2012 à 21h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La consommation électrique de pointe en France est liée au fait que l'on a construit des maisons très mal isolées et chauffées avec des grilles pains car ... on avait de l'énergie électrique nucléaire artificiellement peu chère ! Au delà de stéréotype (super argument quand on aligne les mêmes stéréotypes anti éolien), le coût de l'électricité nucléaire a été minimisé en effaçant la R&D et en sous estimant le traitement des déchets (en ce qui me concerne le stockage n'est pas un traitement, merci le cadeau pour leS générationS futureS, donc le calcul de la cour des comptes, ce n'est pas pour un vrai traitement des déchets ! On interdit les mises en décharge des déchets depuis 10 ans et on le propose le nucléaire?) ce qui a permis le développement de ces appartements passoire et des grilles pains, pendant que Minergie voyait le jour chez nos voisins suisses, par exemple.

Le nucléaire a favorisé les consommations électriques, en particulier de pointe (une maison bien isolée c'est moins de besoin et aussi plus d'inertie) et ces appels de puissance sont générateurs de recours aux productions de pointe (en partculier gaz). Alors que la France dispose de 3 bassins de vents fluctuants, c'est vrai mais plutôt complémentaires.

Et si je lis bien Pour le quatrième mois consécutif, le coefficient de disponibilité des centrales nucléaires se situe à un niveau particulièrement bas (67,4 %)", on parle bien de la disponiblité du ncléaire là !

toutes ENR + MDE + efficacité !!!

Tombour | 17 octobre 2012 à 13h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Tombour
Le fait qu'introduire des ENR EIF comme le solaire photovoltaïque et l'éolien dans le réseau électrique nous fait consommer plus de charbon de gaz et de fioul est avéré dans tous les pays d'Europe qui nous entoure et qui les ont développés. L'exemple de l'Espagne avec son couple éolien+gaz est tout à fait indicatif. L'Allemagne fait de même avec du charbon et de la biomasse, voir des agrocarburants. Le Royaume-Uni avec le gaz de la mer du Nord. Le Danemark avec le charbon allemand.vous vous inquiétez donc les déchets nucléaires pour les générations futures mais vous oubliez que les CO2 déchets des énergies fossiles est tout aussi inquiétant pour ces mêmes générations par l'effet du réchauffement climatique. sans même parler des pluies d'acide sulfurique au nitrique causé par, respectivement le charbon et le gaz. Et les tonnes de cendres, on en fait quoi ? Pour rappel, 1 t de pétrole équivaut à 1,7 t de charbon et SEULEMENT 15 g d'uranium enrichi à 3-5 % !
les maisons chauffées à l'électricité ne sont pas les pires passoires énergétiques, contrairement aux maisons chauffées au gaz ou au fioul pour la simple et bonne raison que chauffée à l'électricité a toujours été plus chère, et que par conséquent, ces maisons sont mieux isolées.et je ne parle pas des maisons équipées après les pannes de chaudières ou chauffage au fioul à moindre frais par des propriétaires peu scrupuleux. Le DPE devrait changer cela. Le chauffage électrique d'appoint n'est donc pas vous le croyez !

Atomicboy44 | 17 octobre 2012 à 22h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Tombour
donc les maisons très mal isolées ne sont pas le fait d'une électricité d'origine électronucléaire pas chère, mais au contraire, le fait que les énergies fossiles, et notamment le gaz et le fioul était beaucoup moins cher que l'électricité et permettait d'habiter dans des véritables passoires énergétiques pour un coût raisonnable en chauffage.il existe aujourd'hui de chauffage électrique bien meilleur que les convecteurs de l'époque. Un simple panneau rayonnant fait le double d'un convecteur classique, passant de 15 % à 30 % d'efficacité, et ceci sans se ruiner puisque les panneaux rayonnants ne sont que légèrement plus chers. contrairement aux coups de chaleur, et/ou aux chaudières à condensation au gaz et au fioul.le prix de l'électronucléaire est d'abord lié à la densité énergétique « du combustible », et il est aussi vrai, aux décisions de nos politiciens qui ne faisaient rien d'autre que ce que leurs électeurs leur demandaient : une augmentation du pouvoir d'achat.
Le chauffage électrique a fait grimper la moyenne hivernale, mais s'est substitué à du fioul et du gaz ou du bois voire du charbon, ce qui est une bonne chose puisque nous n'en avons pas en métropole.
Comparer une décharge de déchets ménagers et un centre de stockage de déchets nucléaires et de la pure démagogie. Je vous suggère d'essayer d'entrer sur le site de La Hague surtout site nucléaire sans logo d'O.N.G, vous verrez, on n'y entre pas comme dans une décharge publique ou privée.

Atomicboy44 | 17 octobre 2012 à 22h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Tombour
Ce n'est pas le nucléaire qui a poussé à la pointe, mais bien plus la consommation d'électricité spécifique elle-même liée à l'augmentation du nombre de nos appareils électroménagers électroniques dans nos foyers. Par exemple, les écrans plats, les box Internet, les ordinateurs, les robots ménagers, les réfrigérateurs de + en + gros, les congélateurs, les plaques électriques dans des chambres de bonnes, les mini fours électriques dans les mêmes chambres, et chauffage d'appoint électrique toujours dans les mêmes chambres parce qu'avant de découper l'appartement était équipé du chauffage central donc au fioul ou au gaz etc. La preuve la plus flagrante de ce que je dis est visible en regardant les courbes de consommation du week-end sur le site de RTE, et en particulier le dimanche. Vous verrez alors que la pointe n'est plus à 19:00, mais à 12:00, c'est-à-dire le moment où la famille se retrouve pour manger dans un endroit douillet éventuellement devant la télé avec la dinde dans le four électrique ou la poêle et le steak sur les plaques électriques.
Une dernière chose, en France, le gros de la pointe de la demande électrique est surtout équilibré grâce a l'hydraulique et/ou l'importation.
Si le taux de charges de l'électronucléaire est en baisse cette année, c'est parce qu'EDF a déjà commencé à préparer les nombreuses visites décennales de l'ASN et aussi le remplacement des générateurs de vapeur de ses réacteurs. Mais au fait, quel est le taux de charges des ENR EIF ?

Atomicboy44 | 17 octobre 2012 à 22h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Tombour On est bien d'accord sur les passoire énergétiques ... et de mon point de vue les milliards dépensés pour l'éolien ( payés via facture EDf ) seraient beaucoup plus utiles dans l'isolation des batiments . quant
au recours aux productions de pointe ( gaz charbon ) les besoins seront d'autant plus importants que l'éolien ( irrégulier et aléatoire ) se développera . Donc si l'objectif de tout ça est de baisser en même temps le nucléaire et les émissions de co2 on a tout faux avec l'éolien industriel . ..il y a d'autres voix en matière d'ENR et économies d'énergie ...mais je pense qu'il y a anguille sous roche dans cette affaire .

poisson | 18 octobre 2012 à 08h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'analyse de l'article est pourtant claire :
"Pour le quatrième mois consécutif, le coefficient de disponibilité des centrales nucléaires se situe à un niveau particulièrement bas (67,4 %)", souligne le CGDD, ajoutant : "La part du nucléaire dans la production totale d'électricité passe, en un an, de 82% à 79%".
Pourquoi ?
Les arrêts ont été nombreux pour mettre les centrales en conformité à des règles toujours plus draconiennes.
C'est louable.
Obligatoirement, cela a induit un appel aux énergies thermiques, dont le charbon, car les ENR en général, et le "Saint éolien" de certains en particulier, ont été incapable de répondre à la demande.
Imaginons maintenant le résultat demain, si la part du nucléaire est réduite à 50 %, et encore mieux, si nos besoins énergétique sont confiés aux seule éoliennes...
CQFD.

Tireman | 18 octobre 2012 à 10h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'adore.
Donc l'électricité nucléaire est peu chère mais ce n'est pas pour ça qu'on a des passoires énergétiques chauffées au grille pain.
L'électricité nucléaire est peu chère mais ce n'est pas pour ça que les consommations d'électricité spcécifiques ont explosés (vous y regardez à 2 fois avant d'acheter un plasma de 120 cm quand vous payez l'élec 3 fois plus cher !)
Mais l'éolien et le PV coûte cher, bouh pas bien.
Mais ça coûte cher par rapport à quoi ?
Ah oui, du nucléaire à 80% dont on ne prends pas en compte la R&D et dont le traitement des déchets (merci de lire mon post précédent sur ce sujet) a été sous-estimé. Merci bien !

Et le meilleur, on isole des tranches pour des raisons de sécurité (oulala, trop dur, on demande aux centrales des conditions d'exploitations draconiennes ! Ah bah oui, par rapport à l'éolien et au PV pour qui on n'a pas changé tout les 3 mois les règlementations ou les conditions financières, c'est sûr que ça doit être dur à accepter) et TIreman nous informe que c'est à cause des ENR que cela a nécessité l'usage des énergies fossiles. C'est vraiment énorme !

Quand à rentrer à la Hague, non merci, je n'y tiens pas. Ma comparaison tiens au fait qu'on "ferme" les décharge pour qu'il y ait vraiment un traitement des déchets (recyclage, réutilisation, méthanisation et au pire incinération si on peut au moins récupérer la chaleur ou de l'élec) et pour le nucléaire, on investit et on budgète des milliards pour enfouir tout ça ...

Tombour | 18 octobre 2012 à 13h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Veuillez démontrer que mon analyse est fausse, mon cher Tombour.
Je suis toutes ouïes !

Tireman | 18 octobre 2012 à 15h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quel plaisir, pour les marchants de blabla, d'utiliser des pourcentages. Lamentable.

Wackes Seppi | 18 octobre 2012 à 16h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Tireman :
Bah j'ai une baisse de 9,7% de la production nucléaire et une hausse de 31% de la production éolienne. Cela ne suffit pas, pourquoi ? Peut-être parce qu'il n'y en a pas assez ? Peut-être grâce entre autre à quelques anti éoliens ...

"Obligatoirement, cela a induit un appel aux énergies ..." "disponibles et présentes sur le territoire" aurait pu être la suite de la phrase. Cela indiquerait que le parc disponible et développé en suffisance est le parc fossile, prévu à la base (depuis le développement de l'électro-nucléaire) pour pallier le manque de variabilité du nucléaire ...

Toutes les analyses peuvent être exposées, à chacun son avis, mais reprocher à une énergie que l'on empêche de se développer de ... ne pas être suffisament développée, cela va loin, dans l'absurdité.

Je ne suis pas férocement opposé à telle ou telle solution mais quand je vois qu'un article mettant en avant (à mon sens) que la mise en sécurité (donc face à un manque, historique) du parc nucléaire conduit au recours aux énergies fossiles, permet à certains de ressortir leur casquette d'anti éolien primaire, ça a tendance à me taper sur le système.

Et "confier nos besoins énergétiques aux seules éoliennes", quelle débilité, un mix énergétique intelligent, ça ne vous parle. où on ne met pas 80% de la production sur une technologie, mal maîtrisée (sécurité et surtout déchets, de fin d'exploitation par exemple) et où on ne fait pas l'impasse sur un potentiel énergétique connu ...

Tombour | 22 octobre 2012 à 11h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Tombour,
Un peu de tenue, mon cher, des enfants nous lisent !
"d'anti éolien primaire, ça a tendance à me taper sur le système." ???
Marrant, moi ce sont les "pro-éolien primaires" qui me produisent cet effet !
Chacun son truc, hey ?
Si c'est le charbon qui a été le bénéficiaire du ralentissement du nucléaire, c'est qu'il y avait besoin d'une énergie serrieuse, pas d'une qui ne peut produire qu'au bon grès du vent...
Sans vous offenser, naturellement !

Tireman | 23 octobre 2012 à 00h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avec le développement de l'éolien je serais pas surpris que le code minier soit revu sous les bons conseils des promoteurs , pro éoliens , avocats & compagnie !.

poisson | 23 octobre 2012 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager