En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les produits connectés au service de l'efficience hydrique

Au même titre que le monitoring de la consommation d'énergie, le suivi de la consommation d'eau dans l'habitat se généralise. L'objectif étant la détection précoce et la gestion des fuites mais aussi le changement de comportement des utilisateurs.

Eau  |    |  Cécile Clicquot de Mentque Actu-Environnement.com

Pour réduire la consommation d'eau, il existe nombre de solutions techniques, des pommeaux de douche ou des robinets innovants, qui permettent de réduire les débits tout en conservant le confort d'usage. Mais une solution est aussi de mettre à profit les nouvelles technologies du numérique et des objets connectés, ce que font plusieurs jeunes entreprises innovantes avec des stratégies différentes les unes des autres.

L'un des derniers entrés sur le marché est Robeau qui commercialise une solution de débitmètre connecté. L'approche consiste à déployer, à l'entrée d'un bloc sanitaire ou d'un usage spécifique, un capteur à insérer sur une arrivée d'eau. Conçu avec des ailettes électromagnétiques, il s'actionne par l'eau qui s'y écoule et est associé à un petit boîtier de communication sans fil. L'objectif est de permettre à des usagers professionnels (hôtels, restaurants, collectivités, habitats collectifs…) de suivre les consommations en temps réel et donc de détecter très vite d'éventuelles fuites ou des robinets restés ouverts.

Jouer sur l'intuitif pour stimuler les réductions de consommation

Pour le grand public, en matière d'eau comme en matière d'énergie, "conscientiser" les niveaux de la consommation a un effet direct sur la réduction des consommations. D'où l'approche prise par Hydrao. Cette startup grenobloise a développé un pommeau de douche connecté qui change sa couleur en fonction du niveau de consommation atteint au fil de la douche. Au plan technologique, il s'agit d'un micro-contrôleur gérant le comptage de l'eau, le déclenchement des changements de couleur et la connexion externe, le tout étant alimenté par une micro-turbine utilisant le flux d'eau.

Le principe présente l'intérêt d'être applicable à tous les usages des douches, y compris dans les hôtels ou les habitats locatifs de vacances où la symbolique du changement de couleur suffit à stimuler une consommation responsable.

Notons que cette logique de la double stimulation par l'information factuelle et par l'intuitif est aussi au cœur de l'activité d'egreen, société qui applique le principe de la stimulation ludique pour la réduction des consommations d'énergie et d'eau. Egreen joue sur trois niveaux. Tout d'abord sur l'accès aux données objectives via une télérelève des compteurs d'eau. Ensuite, via des outils de stimulation plus intuitifs : des pictogrammes ou bien un "nudge", c'est-à-dire un élément visuel qui fait encore plus appel à l'instinct des usagers et les incite, inconsciemment, à modifier leur comportement. Et enfin, la startup propose via une application des challenges et des jeux, incitant les utilisateurs à relever des défis, validés par l'analyse de leurs données de consommation.

Détecter la présence de l'utilisateur sous la douche

Une dernière approche à noter est celle de la startup InMan, société alsacienne qui a mis au point un système hydraulique connecté pour les douches. Ce système va agir non plus via la collecte des données de consommation, mais automatiquement en régulant le débit d'eau utilisé. Le système InSens détecte ainsi la présence d'une personne dans la douche et déclenche alors la vidange des tuyaux d'eau chaude (où l'eau s'est refroidie) pour la stocker temporairement. Elle est ensuite réutilisée dans le mitigeur avec l'eau chaude. Autre astuce, les capteurs détectent si l'utilisateur se décale du jet d'eau, et réduit (ou stoppe) alors le flux d'eau. Autant de possibilités pour favoriser les économies d'eau rejoignant en général toujours les économies d'énergie.

Réactions5 réactions à cet article

 

Bonjour
Et dire que je m'enquiquine avec un arrosoir pour récupérer l'eau froide avant la chaude et la reverser ensuite dans le réservoir des toilettes. Nul doute que ce genre de système sera plus facile à introduire dans les foyers, quoi que, ça doit s'adresser aux plus riches. Et finalement est-ce réellement un bénéfice écologique ? Parce qu'il en faut des terres rares pour ces superbes objets !

Viniasco | 29 avril 2019 à 09h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Non seulement ces technologies connectées accroissent notre dépendance aux terres rares, ainsi que Viniasco le fait justement remarquer, mais elles font également grimper la consommation d'électricité, imperceptiblement mais sûrement. Et il faut aussi de l'eau pour conduire les procès industriels de fabrication de ces objets.
C'est sans doute intéressant pour les collectivités, les entreprises d'adduction d'eau et les gros consommateurs qui accueillent du public ; pour les simples particuliers en revanche, ne s'agit-il pas de gadgets domestiques de plus qui tomberont un jour ou l'autre en panne et qu'il faudra jeter ? Mieux vaut miser sur l'éducation et la responsabilisation de chacun.

Pégase | 30 avril 2019 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah le numérique, c'est magique !
Et c'est vrai que les pommeaux économes sont "innovants" depuis au moins cinquante ans…
Le niveau monte encore d'un cran. MERCI !

Albatros | 15 mai 2019 à 16h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

100% d'accord avec Pégase là-dessus. Je lui adresse mes sincères salutations.

Albatros | 15 mai 2019 à 17h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Albatros : Champagne (bio, bien sûr !) !

Pégase | 16 mai 2019 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Cécile Clicquot de Mentque

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager