En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les produits phyto interdits ou encadrés dans les espaces verts et certains lieux accueillant du public

Risques  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

L'article 102 de la loi Grenelle 2 prévoyait la possibilité d' ''interdire ou encadrer l'utilisation de [produits phytophrmaceutiques] dans des zones particulières fréquentées par le grand public ou des groupes de personnes vulnérables''. Étaient concernés les parcs, les jardins publics, les terrains de sport, les enceintes scolaires et les terrains de jeux, ainsi que les zones situées à proximité d'infrastructures de santé publique. L'arrêté du 27 juin 2011, publié le 28 juillet au Journal officiel, vient préciser cette mesure.

Les produits phytopharmaceutiques bénéficiant d'une autorisation de mise sur le marché sont interdits dans les cours de récréation et espaces habituellement fréquentés par les élèves dans l'enceinte des établissements scolaires, les espaces fréquentés par les enfants dans l'enceinte des crèches, haltes-garderies et centres de loisirs et les aires de jeux destinées aux enfants dans les parcs, jardins et espaces verts ouverts au public.

Ces mêmes produits sont interdits à moins de 50 mètres des bâtiments d'accueil ou d'hébergement des personnes vulnérables : centres hospitaliers et hôpitaux, établissements de santé privés, maisons de santé, maisons de réadaptation fonctionnelle, établissements qui accueillent ou hébergent des personnes âgées, des personnes handicapées ou des personnes atteintes de pathologies graves.

Si ces produits contiennent des substances classées comme cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques, persistants, bioaccumulables et toxiques, ils sont interdits dans les parcs, les jardins, les espaces verts et les terrains de sport et de loisirs ouverts au public. Lorsque les produits pharmaceutiques soumis à autorisation ne rentrant pas dans ces catégories sont utilisés dans ces lieux, les zones traitées doivent faire l'objet d'un balisage et d'un affichage signalant l'interdiction d'accès à cette zone. L'affichage doit préciser le produit utilisé, la date de traitement et la durée d'éviction du public.

Réactions2 réactions à cet article

 

Ces decrets ressemblent à des plaisanteries... Comme si ces molécules n'étaient pas volatiles ou ne se retrouvaient pas dans l'eau.. C'est une interdiction pure et simple qu'il faut pas ces decisions pour se donner bonne conscience... Et qui va contrôler madame michu qui désherbe son jardin privé avec du roundup et autres cochonneries à deux pas de l'école ?

Ymnikmonozone | 28 juillet 2011 à 15h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Une aspersion par camion vient d'être effectuée à 21h15 tout autour de la place centrale de mon village. Toutes les fenêtres des riverains étaient ouvertes et des mamans prenaient le frais avec leurs bébés sur les terrasses à hauteur des platanes.Un homme dans une combinaison blanche et portant un masque dirigeait un énorme tuyau d'où sortait une épaisse brume.
Pas de balisage, pas d'avertissement à la population...Le lendemain matin, la marchande de légumes vendaient ses produits sur cette même place ou les enfants jouaient sur leurs trottinettes!!!! Gréasque 13850. On fait quoi????

libby | 13 août 2013 à 02h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…