Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Produits phytosanitaires : un appel à projets de recherche pour qu'émergent des solutions alternatives

Agroécologie  |    |  Nadia Gorbatko  |  Actu-Environnement.com

Biocontrôle, agroéquipements, travail sur les assolements, sélection variétale… Si les méthodes alternatives ou complémentaires aux produits phytosanitaires ont montré leur efficacité, elles ne suffisent pas toujours, à elles seules, pour protéger les cultures des ravageurs et autres agents phytopathogènes. Une approche plus systémique pourrait, par ailleurs, se révéler plus résiliente et plus robuste face au changement climatique. Dans le cadre du plan national Écophyto 2, qui vise à réduire de 50 % l'utilisation des produits phytopharmaceutiques d'ici à 2025, plusieurs ministères (Transition écologique, Agriculture et Alimentation, Solidarités et Santé, Enseignement supérieur et Recherche) ont lancé conjointement un nouvel appel à projets de recherche, en décembre dernier.

Intitulé « Combiner les leviers opérationnels alternatifs aux produits phytopharmaceutiques de synthèse pour une protection intégrée des cultures », ce dernier poursuit un double objectif : d'une part, faire émerger des clés méthodologiques afin d'introduire des mix de plusieurs solutions agroécologiques durables dans les pratiques, complétés d'outils pour évaluer leur durabilité ; d'autre part, développer, rendre opérationnelles et fiabiliser ces combinaisons dans des cas d'étude concrets.

Afin d'en démultiplier la valeur ajoutée, les projets basés sur des expérimentations en cours sont particulièrement encouragés, axés sur les cultures à forts enjeux économiques ou environnementaux de préférence. Des allers-retours sont également envisageables entre la modélisation et les bilans d'expérimentation. Financé grâce à la redevance pour pollutions diffuses affectée à l'Office français de la biodiversité (OFB), cet appel à projets bénéficie d'une dotation de 3 millions d'euros. La durée maximale des projets est fixée à trente-six mois et le montant de l'aide demandée à 400 000 euros. Dates limites de dépôt : le 28 février prochain, pour les lettres d'intention ; le 30 juin, pour les dossiers complets.

Réactions4 réactions à cet article

 

Si les agriculteurs eux-mêmes souhaiteraient entrer dans cette démarche, on peut compter sur le lobby agro-industriel pour essayer de faire échouer toute initiative qui les priverait de la vente des produits divers, poisons rebaptisés "phytopharmaceutiques" afin de les faire passer pour des sortes de médicaments, dont le principe est de tuer ou rendre malade tout ce qui n'est pas la plante à protéger, humains y compris.
On se demande comment l'humanité a pu survivre durant des millénaires sans pourtant utiliser ces "médicaments" qui la rendent malade.

petite bête | 12 janvier 2022 à 11h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Question qui peut sembler bête : est-ce que quelqu'un sait si les cultures sous serre sont moins sensibles aux maladies que les cultures de plain champ?

nimb | 13 janvier 2022 à 10h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Des solutions alternatives existent déjà et fonctionnent à merveille : c'est même toute une panoplie que propose l'AB.
Mais, de toute évidence, cela porte préjudice à beaucoup d'intérêts privés et catégoriels en jeu, ce qui explique l'incroyable lenteur de la nécessaire mutation de l'orientation de production agricole. On le constate d'ailleurs dans nombre de réactions postées sur les fils d'AE.

Pégase | 17 janvier 2022 à 16h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager