En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La FAO lance un programme visant à réduire les émissions de GES dans le secteur agricole

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a lancé lundi 14 février un programme d'informations visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur agricole.

''Les données que nous cherchons à assembler sont cruciales pour calquer la production vivrière sur un modèle d'agriculture intelligente face aux modifications du climat. Plus nous disposons d'informations sur les émissions de systèmes agricoles spécifiques, plus les politiques que les pays seront en mesure d'adopter pour encourager cette transition seront efficaces'', a expliqué Alexander Mueller, Sous-Directeur général de la FAO pour les ressources naturelles, dans un communiqué.

D'autant que selon l'agence onusienne, l'agriculture est responsable de 14% des émissions de GES soit 6,8 gigatonnes de carbone. Or, le secteur constitue un ''vaste potentiel'' de séquestration carbone dans le sol ''par une gestion améliorée des terres cultivées et des pâturages et la remise en état des terres dégradées'', selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), a rappelé la FAO.

La Norvège et l'Allemagne ont déjà débloqué 5 millions de dollars en faveur de ce programme intitulé ''Projet d'atténuation du changement climatique dans l'agriculture'' (MICCA). Les données améliorées, qui seront accessibles sur une base de connaissances en ligne sur le site du programme, offriront aux gouvernements, aux planificateurs en développement, aux agriculteurs et aux entreprises agroalimentaires un outil ''pour accéder aux financements internationaux pour les projets d'atténuation et concevoir et mettre en œuvre des politiques, programmes et pratiques propres à réduire les émissions de l'agriculture, et accroître la quantité de carbone piégée par les exploitations'', estime la FAO.

''Les politiques, pratiques et projets de réduction des émissions de GES dans l'agriculture pourraient être mises en œuvre à un coût minime, voire nul, pour les paysans du tiers monde. Dans certains cas, cela permettrait même d'accroître leur productivité tout en les rendant moins vulnérables aux impacts liés au climat, renforçant ainsi la sécurité alimentaire mondiale'', ajoute l'agence onusienne.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…