En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Michel Barnier lance un programme d'amélioration de l'efficacité énergétique des exploitations agricoles

Après avoir reconduit le dispositif de remboursement des taxes sur le gazole, le fuel et le gaz en faveur des agriculteurs, le ministre de l'agriculture lance un plan pour améliorer l'indépendance énergétique de 100.000 exploitations d'ici 2013.

Agroécologie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Michel Barnier lance un programme d'amélioration de l'efficacité énergétique des exploitations agricoles
Serre de salade
© JJK
   
Suite à une table ronde organisée hier, le ministre de l'agriculture et de la pêche Michel Barnier a annoncé l'installation de deux groupes de travail sur les économies d'énergie et la production d'énergie renouvelable dans les exploitations agricoles. Dans un contexte de prix de l'énergie fossile et des engrais durablement élevés, le ministre souhaite que soient donnés un signal et une impulsion forte aux projets qui diminuent la dépendance de l'agriculture aux sources d'énergie fossile et qui conduisent à la valorisation des énergies renouvelables sur les exploitations.

L'agriculture est en effet au cœur de nombreux enjeux environnementaux en termes de paysage, de biodiversité, de qualité des sols et bien sûr d'énergie. De plus en plus sollicitée pour la production d'énergie à travers des biocarburants, l'agriculture est également consommatrice. Il s'agit principalement du fioul domestique et de l'électricité ainsi que les autres combustibles utilisés pour le chauffage des bâtiments d'élevage et des serres de maraîchage. D'après le Ministère de l'Industrie, la consommation d'énergie de l'agriculture s'élève à 3 Mtep/an. Le secteur de l'agriculture représente donc moins de 2% de la consommation d'énergie finale (160 Mtep/an). Toutefois, l'énergie représente une part de plus en plus importante dans le budget des agriculteurs. Il s'avère donc nécessaire de progresser vers une plus grande autonomie énergétique des exploitations agricoles.

Certaines collectivités françaises ont déjà mis en place un dispositif d'aide et des subventions pour développer l'installation de capteurs solaires thermiques, photovoltaïques, d'unité de méthanisation, etc. De son côté, le ministre a annoncé la volonté de l'Etat d'accompagner financièrement la mise en place de diagnostics énergétiques pour 100.000 exploitations d'ici 2013. Il a demandé à ce que l'ensemble des familles professionnelles s'associent au financement d'un fonds de soutien spécifique. Les entreprises du secteur de l'énergie comme Total, EDF et GDF et celles du secteur des engrais semblent d'accord sur le principe pour financer cette opération. Mais aucune garantie n'a pour l'instant été donnée ce qui inquiète les agriculteurs.

Les deux groupes de travail qui réunissent acteurs publics et privés vont étudier les modalités opérationnelles et techniques pour mettre en œuvre ce plan de performance énergétique. Ces deux groupes devront avoir remis leurs conclusions d'ici le mois de septembre.

Le ministre a également indiqué qu'en attendant, il saisirait le commissaire européen à l'agriculture Mariann Fischer Boel pour étudier la possibilité d'un accompagnement communautaire.
L'appel du ministre français devrait d'ailleurs trouver un écho favorable auprès de la Commission européenne qui en début de cette année a été invitée par le Parlement à mettre en place une législation spécifique et des incitations financières pour encourager notamment la valorisation du biogaz issu de déchets agricoles.

Réactions7 réactions à cet article

 
Agriculture et énergie : des incidences cachées

2% de la consommation finale d'énergie? pas vraiment si l'on tient compte des énergies cachées constituées par la matière "grise", c à d en passant par la fabrication (1 kg d'ammonitrate AZF c'est 1 litre de fioul) et le transport (tourteaux de soja du Brésil)jusqu'à la très faible valorisation énergétique de l'élevage et des productions animales en général...mais le problème ne semble pas être là (l'efficacité énergétique des exploitations agricoles est pitoyable et rien n'est fait pour l'améliorer car cela reviendrait à rechercher l'autonomie et cela les industriels et l'économie en général n'en veulent pas (Total-ment))...si messire Barnier fait semblant de s'intéresser à ce problème c'est plus pour les conséquences que l'utilisation de l'énergie engendrent, c à d les gaz à effet de serre: N2O par les engrais, CH4 par les bestiaux et CO2 par les prod pétroliers sans parler des pesticides (quel est le coût énergétique d'un bidon de roundup?) dans l'air et l'eau. Et comme tjs si on ne veut pas déranger l'emprise monétaire on va chercher à s'adapter : le biogaz c'est séduisant mais ça laisse entendre qu'on doit faire encore plus de merde pour que ça fonctionne bien (récupérer le méthane des effluents; je croyais qu'on parlait de bien-être animal?! mais le biogaz c'est garder les bêtes à l'intérieur pour récupérer un max d'effluents); pour le photovoltaïque, même remarque, on continue à faire de la merde et on se donne une bonne image avec des panneaux sur le toit (le "paraître" est une caractéristique française tellement malsaine)...tout ça pour en arriver à ma proposition : pourquoi ne pas reconnaître la diversité des agricultures dans notre pays? aujourd'hui seules le bio et le conventionnel/raisonné sont reconnus (le "raisonné" est un conventionnel déguisé mais qui a su créer une certaine reconnaissance "officielle"; qu"en est-il des agricultures de conservation, bio-dynamique, durable qui semble-t-il sont bien plus efficaces parce que plus autonomes, ah oui mais on revient à l'externalisation des moyens de productions, business is business, alors vivement l'avènement de la monnaie verte, il n'y a que ça pour résoudre tous les "vrais" problèmes.

alterzix | 12 juin 2008 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Bonne initiative ! A concrétiser !

Bonne idée de mettre en place une telle démarche ! Pour éviter de ré-inventer la roue et perdre beaucoup de temps et d'efficacité, je pense qu'il serait judicieux de ''mutualiser'' au niveau UE ce qui a déjà été entrepris ailleurs dans ce sens et d'en tirer tous les enseignements bénéfiques pour ''concrétiser chez nous''. Ainsi l'Allemagne a mis en place qq bonnes idées et réalisations, au niveau Solaire, méthanisation, etc...
Good Luck pour une mise en place sans tarder !
A+ Salutations

Guydegif(91) | 12 juin 2008 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Très bien !

C'est très bien qu'on utilise l'argent des compagnies responsables du réchauffement climatique pour financer des investissements intelligents et écologiques. Mais il n'y a pas que les agriculteurs.
Il faudra aussi un jour réfléchir à l'eau parce qu'elle arrive elle aussi à la croisée des chemins : agriculture intensive grosse consommatrice, mais aussi l'industrie,le nucléaire, les golfs, et maintenant les biocarburants et l'hydrogène. A en oublier l'alimentation.
Quand on sait que seulement environ 8 % de l'eau potable a vraiment besoin d'être potable, on se pose des questions. Parce qu'en arriver à consommer de l'énergie pour produire de l'eau (dessalinisation de l'eau de mer par exemple) va créer une nouvelle spirale infernale. Il faudra de l'eau pour avoir de l'énergie (hydrogène ou biocarburants) laquelle permettra d'avoir de l'eau. Kafka nous guette encore.

René-Pierre | 12 juin 2008 à 14h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
biogaz

Très bien pour ces déclarations de principe, mais, que peut-on actuellement et très précicément conseiller pour une exploitation agricole désireuse de valoriser sur place ou à proximité:
° son fumier de vache (pailleux),
° son lisier de porcherie(plus liquide),
ceci avant épandage en champs.

pal 58 33 | 26 juin 2008 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Une pierre, deux coups

Associez une unité de méthanisation à une ferme, et vous diminuerez le coût d'énergie pour les agriculteurs, vous diminuerez la pollution des nappes phréatiques en réduisant le volume des effluents, et vous rendez l'azote directement assimilable par les plantes.

jg | 10 juillet 2008 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:biogaz

Utilisez les deux mélangés et vous aurez la composition idéale pour avoir un bon rendement en biogaz.
Aujourd'hui on a pas compris qu'en mélangeant les fumiers de différentes sources on améliore le rendement en biogaz.

jg | 10 juillet 2008 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Très bien !

Il est nécessaire d'utiliser des sources d'énergie qui ne consomme pas ou peu d'eau : exemple le solaire, ou bien le photovoltaïque (je ne sais pas trop pour la fabrication si on consomme de l'eau ou pas, mais au moins pas pour le fonctionnement).

jg | 10 juillet 2008 à 10h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager