Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dix acteurs européens de l'énergie plaident pour l'électrification des usages et l'hydrogène vert

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Dix acteurs européens de l'énergie plaident pour l'électrification des usages et l'hydrogène vert

Alors que la Commission européenne doit présenter sa stratégie sur l'hydrogène le 24 juin, dix acteurs européens de l'énergie plaident, dans une lettre commune, pour le développement d'un hydrogène vert. Les signataires sont Akuo Energy, BayWa r.e., EDP (Energias de Portugal), Enel, Iberdrola, MHI Vestas Offshore Wind, Ørsted, Vestas, SolarPower Europe et WindEurope.

« L'électrification directe est la solution la plus rapide et la plus rentable pour parvenir à une forte réduction des émissions de CO2 dans les secteurs clés de l'économie et pour accélérer la réalisation d'un système d'énergie renouvelable », écrivent-ils. Selon eux, plus de 60 % de la consommation finale d'énergie peuvent être couverts par l'électricité, et notamment la chaleur et le transport routier.

Mais, dans certains secteurs, comme la chimie, l'industrie lourde, le transport routier à longue distance, l'aviation et le transport maritime, l'électrification peut être complexe ou coûteuse. « L'hydrogène vert sera la meilleure voie d'avenir pour leur décarbonisation complète et pour parcourir le dernier kilomètre vers la neutralité climatique d'ici 2050 », analysent-ils.

Réactions2 réactions à cet article

 

Hydrogène vert... derrière se cachent les intermittentes, forcément. Puis une usine à gaz pour l'électrolyse et le stockage. Un MWh final à plus de 300€ : qui en aura les moyens ?!

dmg | 27 mai 2020 à 17h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

dmg: ça mérite quand même d'être tenté car il y a zéro émission.Ce n'est quand même pas compliqué d'installer des électrolyseurs à eau au pied des centrales solaires ou éoliennes ou des barrages hydroélectriques. Si on arrive à maîtriser la dangerosité de l'hydrogène , ce qui semble être le cas.Après , si on en vient à ne se servir des intermittentes QUE pour fabriquer ce gaz, ce sera le grand n'importe quoi; mais le pire est toujours à craindre avec les cerveaux apragmatiques de ceux qui nous gouvernent.

gaïa94 | 28 mai 2020 à 19h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager