Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Accélération des projets industriels : des experts dénoncent une destruction du droit de l'environnement

Si le projet de loi de simplification de l'action publique a été adopté sans anicroche au Sénat, plusieurs spécialistes s'élèvent contre un anéantissement du droit de l'environnement. Le texte doit maintenant être examiné par l'Assemblée.

Aménagement  |    |  Laurent Radisson
Accélération des projets industriels : des experts dénoncent une destruction du droit de l'environnement

« Le Gouvernement souhaite rendre les procédures administratives plus efficaces et plus rapides tout en maintenant nos exigences en matière d'urbanisme, d'archéologie ou d'environnement », a martelé la secrétaire d'État Agnès Pannier-Runach...

Réactions7 réactions à cet article

 

Vous dites que cette forfaiture a été adoptée "sans réelle opposition". Pourrait-on en savoir davantage? La majorité sénatoriale est de droite mais quel a été le vote des sénateurs LREM ou apparentés et de l'opposition de gauche?
Je trouve d'ailleurs assez sidérant que si l'on cherche ce type d'informations sur le site du Sénat on ne le trouve pas....malgré une belle photo d'urnes en haut de page!

adjtUAF | 10 mars 2020 à 09h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Outre le groupe LR, les groupes centristes et LReM ont soutenu le texte, déplorant qu'il n'aille pas assez loin. Vingt-et un membres du groupe RDSE ont voté pour, deux se sont abstenus. Le groupe socialiste et républicain s'est abstenu.

Laurent Radisson Laurent Radisson
10 mars 2020 à 09h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On ne peut rien attendre d'autre de ce gouvernement que ce déni de justice .Mais que le bon peuple se rassure son président est devenu écologiste .

sirius | 10 mars 2020 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est en effet plus que probable que cet avorton de texte ne survive pas bien longtemps à l'air libre si jamais il voit le jour. Tout enfermés dans leur mégalomanie et leur obsession du développement économique à tout prix qu'ils sont, ses géniteurs semblent bien avoir oublié qu'existent des garde-fous juridiques nationaux et européens ainsi que le mentionne l'article.
Ce projet est symptomatique du niveau environnemental 0.0 de nos décideurs et de leur pusillanimité vis-à-vis des archétypes du Vieux Monde. A leurs yeux, rien ne doit entraver la marche du "progrès" de l'économie débridée, la protection de l'environnement devant se cantonner à des effets d'annonce prompts à esbaudir le menu peuple. Sauf que de plus en plus de français voient bien au-delà de cet écran de fumée et ne vont pas lâcher l'affaire.
Ce modèle économique arrogant et prédateur n'est au demeurant jamais qu'un colosse aux pieds d'argile : qu'un microscopique virus se développe tel une trainée de poudre grâce aux échanges effrénés de la mondialisation triomphante et voici que les places boursières paniquent, dévissent et que les grands de ce monde s'enrhument, toussent et vacillent ! M. de la Fontaine en aurait très certainement tiré une très sarcastique et instructive fable...

Pégase | 10 mars 2020 à 12h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Même si je ne partage pas son optimisme à long terme, je dirai, pour paraphraser Elisabeth QUIN sur ARTE, "Pégase Président"!

adjtUAF | 10 mars 2020 à 14h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si ce texte est voté , il faudra illico saisir les cours de justice européennes. Pégase: votre illustration de notre civilisation est plus vraie que nature et même je peux rajouter qu'il ne faudra pas encore longtemps pour voir apparaître une pandémie bien plus meurtrière que celle du coronavirus, tous les spécialistes s'y attendent. La nature sait se réguler, il en est des populations humaines comme des populations animales : au delà d'un certain seuil critique pour la survie de l'équilibre des écosystèmes, la population destructrice est elle-même détruite, cela va vite et survient sans prévenir. La colonisation prédatrice de l'espèce humaine sur Terre nous y conduit tout droit.

gaïa94 | 10 mars 2020 à 15h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui. Car "pincez moi, je rêve"!

D'un côté, on prédit et brandit une nouvelle catastrophe écologique et sanitaire (suite à la relocalisation de nos industries fugueuses). On n'aurait surement pas tort si on le faisait N'IMPORTE COMMENT. Mais on plaide en même temps POUR cette relocalisation: Grand écart et gare aux adducteurs! Il y aurait lieu à concertation.

D'un autre côté, on veut décréter, sans plus "barguigner ni tergiverser", que "c'est comme ça" et que "c'est déjà tout fait". Un tel dirigisme n'est plus de saison ni de siècle. Il y aurait lieu d'expliquer, d'argumenter, de développer, de renforcer les moyens légaux aptes à favoriser les consensus (on va encore dire que je radote, atteint que je serais de sénilité précoce, et pourtant...)

Il y aurait lieu que le Gouvernement, sauf le respect sincère que je lui porte, mette sur ce sujet la pédale douce!

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 10 mars 2020 à 18h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bacs de rétention en acier ou PEHD pour stockage de produits dangereux DIFOPE
Expertise inondation pour votre site industriel 2 L'eau Protection