Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Un projet de navette électrique autonome souhaite redynamiser le transport ferroviaire dans le Tarn

Pour contribuer au renforcement du transport ferroviaire dans le Tarn, l'IMT Mines d'Albi mise sur un « écotrain », une navette autonome alimentée à l'électricité photovoltaïque. Testée dès 2025, elle devrait transporter passagers et marchandises.

Transport  |    |  Félix Gouty
Un projet de navette électrique autonome souhaite redynamiser le transport ferroviaire dans le Tarn

« Notre ambition est d'arrêter le cercle vicieux et de réinnerver le réseau ferroviaire des petites villes, de ces zones rurales ou périurbaines qui alimentent les grandes lignes, affirme Norbert Féraud, directeur adjoint de la recherche et de l'innovation de la grande école d'ingénieurs, IMT Mines d'Albi. Notre projet peut ainsi contribuer à augmenter la capillarité du réseau pour complémenter et massifier le transport ferroviaire. » Le projet en question, annoncé en avril dernier et lancé depuis le début du mois de septembre, est un « écotrain ».

Une navette électrique autonome

Ce nouveau modèle de navette électrique transportera jusqu'à trente passagers et sera doté d'une autonomie maximale d'une centaine de kilomètres, grâce à sa batterie de 219 kilowattheures (kWh) rechargée quotidiennement. « Notre concept pourra également s'appliquer à du "micro-fret", pour la livraison de petits colis », complète Norbert Féraud.

 
Notre concept pourra également s'appliquer à du "micro-fret  
Norbert Féraud, IMT Mines d'Albi
 
Le prototype, conçu par trois centres de recherche de l'IMT Mines d'Albi, est financé à hauteur de 8 millions d'euros par l'Agence de la transition écologique (Ademe) dans le cadre du plan France 2030 et, plus précisément, par le biais d'un appel à manifestation d'intérêt « Digitalisation et décarbonation du transport ferroviaire ». Les premiers tests sont prévus en 2025 sur une ligne de 12 kilomètres, reliant Albi à Saint-Juéry et à Puygouzon, dans le Tarn. À terme, l'exploitation commerciale de chaque navette, sur des lignes d'une cinquantaine de kilomètres, sera confiée à Lio, la société du réseau de transports en commun de voyageurs dans la région Occitanie.

Alimentation à l'énergie solaire

Outre la navette elle-même, le projet de l'IMT Mines d'Albi compte sur une innovation complémentaire. Pour recharger la batterie électrique de son futur « écotrain », la grande école tarnaise mise sur l'installation de plusieurs centrales solaires photovoltaïques reliées à des dispositifs de stockage. « Un minimum de 5 mégawatts (MW) sera nécessaire pour chaque ligne, avance Norbert Féraud. Chaque centrale permettra d'alimenter le rechargement des batteries des trains, d'une part, mais aussi les activités socio-économiques de proximité, d'autre part », suivant un modèle d'autoconsommation collective pour le surplus d'électricité. Ce volet du projet sera pris en charge par la société Amarenco. Au total, de la conception de la navette elle-même au développement des centrales, cet ambitieux projet demande l'investissement de 50 millions d'euros, mais devrait générer, en retour, une centaine d'emplois locaux.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]