Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Lancement d'un projet pilote utilisant de l'ozone pour dépolluer les nappes phréatiques

L'Ademe et l'institut Polytechnique de LaSalle Beauvais viennent de lancer un projet de recherche visant à maîtriser les capacités oxydantes de l'ozone pour l'élimination simultanée de divers polluants dissous dans les nappes phréatiques.

Aménagement  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Lancement d'un projet pilote utilisant de l'ozone pour dépolluer les nappes phréatiques
   

En association avec le département "sites et sols pollués" de l'Ademe, une équipe de recherche de l'Institut Polytechnique LaSalle Beauvais, vient de lancer un projet pilote pour la dépollution des nappes phréatiques via l'ozone. Baptisé OPOPOP pour "optimisation des paramètres d'ozonation en phase liquide pour des polluants multiples de sites pollués", ce projet vise à acquérir de nouvelles connaissances sur l'utilisation de l'ozone (O3) pour dépolluer des matrices complexes c'est-à-dire contenant de nombreux polluants différents.

L'ozone est en effet un oxydant gazeux très puisant. Incolore et soluble dans l'eau, il permet le traitement d'un large spectre de polluants organiques : hydrocarbures, solvants chlorés, pesticides… Il est déjà utilisé dans plusieurs secteurs d'activité comme la production d'eau potable, le traitement d'eaux résiduaires industrielles, de lixiviats de décharges d'ordures ménagères ou encore pour la désodorisation d'effluents industriels.

À Beauvais, les chercheurs de l'Institut Polytechnique espèrent mieux maîtriser le potentiel de ce gaz pour l'appliquer à des effluents provenant de sites pollués. Les chercheurs ont donc mis au point une installation de traitement expérimentale capable de traiter 1 m3 de liquide en 15 minutes. Ils chercheront à optimiser les réactions chimiques en travaillant sur le pH de la solution, la durée de contact entre l'ozone et les polluants, le temps de la réaction, etc.

Le principe est le suivant : l'effluent pollué circule par voie gravitaire au sein d'une colonne de 7,5 mètres de hauteur. L'ozone est injecté à la base, remonte à contre-courant et réagit avec les polluants présents. Le liquide peut circuler plusieurs fois dans la colonne pour augmenter le temps de contact.

Les équipes de recherche vont être amenées à travailler sur des effluents pompés sur des sites pollués gérés par l'Ademe dans le cadre de sa mission de suivi de la dépollution des sites à responsable défaillant. L'ozone sera quant à lui produit sur place à partir de l'oxygène de l'air.

"Pour l'instant la capacité de traitement n'est pas très grande mais à terme le projet doit déboucher sur la création d'un pilote industriel de plus grande ampleur puis sur la commercialisation d'une unité de traitement autonome et transportable sur les sites pollués", explique Olivier Pourret, chef de projet et enseignant-chercheur à LaSalle Beauvais. Cette technique de traitement pourra à la fois servir de pré-traitement ou de traitement principal, ajoute-t-il.

Les recherches devraient durer trois ans. Le pilote testera ces premiers échantillons d'eau polluée à partir de septembre 2011. Les travaux seront menés au sein de la plate-forme de faisabilité ozone créé en septembre 2009 dans les laboratoires de l'institut polytechnique. Cette plate-forme permet de tester de multiples applications de l'ozone notamment dans les secteurs de la sécurité alimentaire comme alternative à l'ionisation des aliments et des agroressources.

Réactions2 réactions à cet article

 

Bonjour,
J'aurai deux questions à propos du traitement de l'eau par l'ozone.
Premièrement, quels seront les réactifs qui vont permettre à partir de l'oxygène de l'air, de produire l'ozone ? N'y a-t'il pas un risque d'émettre des polluants supplémentaires dans l'air tels que des gaz à effet de serre ?
Deuxièmement, qu'advient-il des matières traitées par le processus ? Vont-elles en STEP ? Les matières oxydées par l'ozone ne risques t-elles pas de devenir plus dangereuses qu'elles ne l'étaient à l'origine ?
Merci pour vos réponse.
Annabelle

Annabelle | 20 décembre 2010 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comme on commence à avoir l'habitude des remèdes qui sont pires que le mal (si c'est possible !), j'ai les mêmes interrogations qu'Annabelle. Où peut-on trouver les réponses ? merci

blanchefleche | 27 décembre 2010 à 08h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager