Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Efficacité énergétique des trains : lancement du projet Trenergy

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Sélectionné en 2012 dans le cadre du programme "transports durables et mobilité" de l'agence nationale de la recherche (ANR), le projet "Trenergy" vise à évaluer l'intérêt d'utiliser un cycle thermodynamique de Rankine afin de récupérer une partie de la chaleur dissipée dans les gaz d'échappement des moteurs des trains Diesel-électrique et accroître ainsi leur rendement énergétique.

Ce projet, d'une durée de trois ans, lancé le 19 mars est coordonné par IFP Energies nouvelles. Il est mené en partenariat avec Alstom Transport, la PME Enogia et le laboratoire de dynamique des fluides (DynFluid) des Arts et Métiers ParisTech.

"Jusqu'à aujourd'hui, les systèmes Rankine sont utilisés principalement pour des équipements stationnaires (centrales électriques, récupération de chaleur pour chaudières, fours...) ou pour des navires. Plusieurs verrous scientifiques et techniques doivent encore être levés avant que les systèmes Rankine puissent être considérés comme des dispositifs rentables pour accroître l'efficacité énergétique", souligne l'IFPEN. Parmi les principaux problèmes des systèmes Rankine pour les applications mobiles figurent ceux posés par les variations rapides et non maîtrisées de la source de chaleur, ainsi que par la capacité limitée de refroidissement du système, rappelle l'organisme de recherche.

Les trois principaux axes de recherche de Trenergy sont :

- l'étude de la meilleure approche de contrôle pour un système ORC (Organic Rankine Cycle) équipé d'une turbine dans une application avec source de chaleurvariable,

- la conception d'une turbine "de faible puissance, compacte et à haute efficacité" optimisant l'écoulement interne du fluide, afin d'améliorer le ratio performance/coût ainsi que la fiabilité du composant,

- l'évaluation d'un fluide de travail "plus respectueux de l'environnement" que ceux testés actuellement pour des applications destinées au transport.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Avec Eofix, digitalisez vos inspections ENR et tracez les non-conformités Sparksis