Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La ville de Bron réutilise des pneus usagés pour stocker les eaux de ruissellement

Eau  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
La ville de Bron réutilise des pneus usagés pour stocker les eaux de ruissellement
© Joris Cochet/Ville de Bron
   
Confrontée à un problème d'inondations récurrentes par temps d'orage dans certains quartiers, la ville de Bron (69) a choisi de construire un dispositif de rétention et d'infiltration d'eau enterré utilisant des pneus de camion usagés. Empilés dans une grande fosse, 6.500 pneus de camions permettront à l'eau de s'infiltrer progressivement dans le sous-sol.

Le bassin en forme d'entonnoir présentera un volume net d'environ 1000 m3. Il a été calibré pour résister à une crue tricennale (30 ans). L'arrivée de l'eau à l'ouvrage de rétention/infiltration se fera par un ouvrage intermédiaire de décantation qui permettra une première épuration des eaux et une régulation du débit. Les capacités d'évacuation du bassin sont de l'ordre de 45 litres à la seconde. Dans le fond, 500 m3 de galets joueront le rôle de filtre final avant l'infiltration.

La ville a choisi de privilégier cette technique pour s'affranchir des structures en béton sans nuire à la bonne tenue des terres. ''L'ouvrage reste facile à mettre en oeuvre, présente des emprises réduites et une bonne stabilité'', commente la ville de Bron. Cette technique est une des voies de réutilisation des pneus encouragées par la société Aliapur qui regroupe les producteurs de pneus et gère le recyclage des pneus. Des études menées par Aliapur et l'ADEME ont convaincu la ville de Bron de l'innocuité environnementale de cette solution. ''Le pneu entier est un matériau imputrescible, non polluant, insensible à l'eau, qui ne se dilue pas à long terme et qui n'est pas dégradé par les rongeurs'', explique la ville.

Le chantier, débuté courant septembre, devrait durer environ 4 mois pour un coût de l'ordre de 350.000 euros.

Réactions3 réactions à cet article

 
Et les moustiques?

Très bonne initiative, mais certaines études prouvent que l'eau stagnante dans les pneus usagés est le paradis pour la reproduction des moustiques...
A quand une épidémie de palu à Bron?

Squale55 | 29 octobre 2009 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et les moustiques?

Peut-être ont-ils prévu de recouvrir la dernière couche de pneus par un géotextile et une petite épaisseur de terre végétale?

Skino | 29 octobre 2009 à 12h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Et les moustiques?

Il ne s'agit pas de bassins ouverts ! donc pas de risque de palu ni dengue ou encore de filarioses lymphatiques à Bron !

pipo | 27 novembre 2009 à 18h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

SaphyGATE G : portique de détection de la radioactivité des chargements Pollutec 2021