En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nucléaire : l'ASN fixe ses conditions au fonctionnement au-delà de 40 ans des réacteurs d'EDF

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Ce mardi 2 juillet, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a fait connaitre à EDF sa position sur les études à mener afin de maintenir en fonctionnement certains réacteurs actuellement en exploitation au-delà de quarante ans. Elle a également fixé les objectifs en matière d'amélioration du niveau de sûreté et de maîtrise du vieillissement des réacteurs auxquels EDF devra satisfaire.

"Cette position préliminaire de l'ASN ne préjuge pas de ses décisions futures sur l'aptitude, en termes de sûreté nucléaire, de chaque réacteur à fonctionner au-delà de [40 ans]", précise l'Autorité, ajoutant qu'elle "a demandé à EDF les échéances qu'elle prévoit pour la mise à l'arrêt des réacteurs actuels". Auditionné devant la commission développement durable de l'Assemblée nationale, Pierre-Franck Chevet, président de l'ASN, a expliqué que cette position ne concerne que la méthodologie proposée par EDF.

En 2009, EDF avait fait part de sa volonté d'étendre la durée de fonctionnement de l'ensemble des réacteurs nucléaires français significativement au-delà de quarante ans, rappelle l'Autorité, précisant qu'EDF a transmis à l'ASN le contenu du programme générique envisagé à cet effet.

Elever la sûreté au niveau de l'EPR

Après avoir examiné ce programme, avec l'appui de l'Institut de radioprotection nucléaire (IRSN) et recueilli l'avis du groupe permanent d'experts pour les réacteurs nucléaires (GPR), l'ASN "considère que la démarche proposée par EDF est globalement satisfaisante, mais qu'elle doit être renforcée en ce qui concerne certains objectifs de sûreté".

De manière générale, l'ASN estime que "les réacteurs nucléaires actuels doivent (…) être améliorés, au regard [des] nouvelles exigences de sûreté [qui guide la conception des réacteurs de type EPR], de l'état de l'art en matière de technologies nucléaires et de la durée de fonctionnement visée par EDF".

Par ailleurs, l'ASN attend qu'EDF fasse des propositions sur certains aspects du dossier et "notamment [concernant l]'amélioration de la sûreté de l'entreposage des combustibles usés".

Enfin, l'ASN rappelle qu'en matière de maîtrise du vieillissement, la poursuite du fonctionnement de certains réacteurs au-delà de la durée initialement prévue "nécessite un investissement particulier en matière de contrôles, d'opérations de maintenance exceptionnelle et de justifications afin de garantir le maintien (…) de la conformité des équipements importants pour la sûreté". Si la démarche de maîtrise du vieillissement proposée par EDF "est globalement satisfaisante", l'ASN considère néanmoins que "des compléments sont nécessaires, en particulier vis-à-vis de la justification de la tenue mécanique des cuves au-delà de [40 ans] et de la démonstration de la capacité d'EDF à réaliser les remplacements massifs de certains équipements".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager