En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Consigne : Citeo propose de réfléchir à un nouveau modèle de gestion des déchets d'emballages

L'éco-organisme en charge des emballages ménagers propose un nouveau modèle pour 2025. Il combinerait la consigne des bouteilles et cannettes, la poursuite de l'extension des consignes de tri et la généralisation de la collecte fibreux/non fibreux.

Déchets  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Ce mercredi 3 juillet, Citeo a adressé un courrier aux collectivités pour détailler "des propositions pour une refonte et une harmonisation concertées du schéma industriel actuel de collecte et de recyclage français". Dans ce document, Philippe-Loïc Jacob, président de Citeo, Jean Hornain, son directeur général, fixent les "bases" sur lesquelles ils souhaitent poursuivre les discussions avec les collectivités et les recycleurs. L'éco-organisme en charge des emballages ménagers précise en particulier sa position sur la mise en place d'une consigne en vue du recyclage des bouteilles plastique. Il répond aussi aux recycleurs qui défendent une nouvelle approche de la collecte des déchets ménagers.

Citeo prend officiellement position alors que la réflexion sur la mise en place d'une consigne entre dans le vif du sujet. Début juin, l'éco-organisme relayait les travaux des producteurs de boissons en vue de son déploiement. Il appelait alors à une grande concertation sur le sujet réunissant metteurs sur le marché, collectivités et recycleurs. Le 19 juin, Brune Poirson, secrétaire d'Etat à la Transition écologique, lançait un comité de pilotage chargé de "définir les conditions de mise en œuvre de la consigne sur les emballages en France". La semaine suivante, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) affichait son opposition au projet du gouvernement. Plutôt que de mettre en œuvre une consigne, elle propose de déployer sur tout le territoire une collecte divisée en quatre flux (basés sur la distinction sec/humide).

L'exemple lituanien

"Nous avons besoin de trouver de nouveaux leviers" pour atteindre les objectifs européens et français en matière de collecte et de recyclage des bouteilles plastique, explique Citeo dans son courrier. En ligne de mire, le double objectif de la directive européenne sur les plastiques à usage unique : collecter 90 % des bouteilles plastique et intégrer 30 % de plastique recyclé d'ici 2030.

Pour y parvenir, Citeo reprend à son compte les conclusions du groupe de travail du Collectif boisson : "un système de consigne pour recyclage semble l'option de référence". L'éco-organisme explique qu'"aucun pays n'atteint l'objectif de 90 % sans consigne pour recyclage". En outre, il rejette les propositions de certains opposants : "Même la Suisse ou la Belgique, qui ont pourtant développé la tarification incitative à l'échelle nationale", n'y parviennent pas. A l'opposé, "cet objectif est dépassé ou sur le point de l'être dans les pays ayant mis en place la consigne". Et de citer la Finlande (91 % de taux de collecte des bouteilles en PET) et les Pays-Bas (95 %). En outre, Citeo suggère que ces résultats peuvent être atteints rapidement : la Lituanie collecte 92 % des bouteilles après avoir mis en place la consigne en 2016.

Basculer en collecte fibreux/non-fibreux

Reste maintenant aux acteurs à "réfléchir et construire ensemble un schéma de collecte cohérent". L'éco-organisme propose un "nouveau projet à l'échéance 2025". Celui-ci s'appuie sur trois piliers. Il y a d'abord la mise en place de "la consigne pour recyclage des emballages boissons hors verre". On comprend en creux que la consigne pourrait concerner les bouteilles plastique, mais aussi les cannettes en métal.

Le deuxième axe est la poursuite de l'extension des consignes de tri à tous les emballages. "Fin 2019, 50 % de la population française sera concernée", indique Citeo, ajoutant qu'il a "bien l'intention de poursuivre cet effort jusqu'à ce que tous les Français bénéficient de cette simplification".

Enfin, le troisième volet concerne le schéma de collecte des autres emballages. L'éco-organisme propose de trancher entre les deux flux préconisés par l'Ademe : la collecte en mélange (l'ensemble des recyclables dans un même bac) et la collecte d'un flux fibreux (papiers et cartons) et non fibreux (emballages hors cartons). Citeo précise que "l'adoption d'une collecte séparée des papiers-cartons [lui] apparaît comme étant la solution". En 2016, un rapport de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) constatait que trois schémas de collecte dominaient (données 2011) : la collecte en mélange, qui représente 60 % des tonnages collectés, la collecte d'un flux emballages et d'un flux papiers, pour 21 % des tonnages, et la collecte fibreux/non fibreux, pour seulement 6 % des tonnages.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…