En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Transition énergétique : quatre ONG présentent leurs propositions pour la conférence bancaire et financière

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Le 5 février, le Réseau pour la transition énergétique (Cler) a publié une note présentant ses propositions et celles des Amis de la Terre, d'Ecologie sans frontière et du Réseau Action Climat (RAC) concernant la conférence bancaire et financière de la transition énergétique, évoquée par François Hollande lors de la conférence environnementale, le 20 septembre 2013.

Les quatre associations proposent que cette conférence, qui devrait se tenir en 2014 et dont l'un des objectifs serait de mieux orienter l'épargne des Français vers la transition énergétique, soit "l'aboutissement d'un processus préparatoire de plusieurs mois, permettant un dialogue approfondi et la mise en avant de propositions structurantes". Elle durerait "un minimum de deux jours" et serait préparée en amont par une commission spécialisée du Conseil national de transition énergétique (CNTE) à laquelle serait associés les acteurs financiers non représentés au CNTE.

Cinq thèmes

Les associations aimeraient voir abordés les cinq thèmes suivants : le développement de nouveaux cadres d'évaluation de la performance et du risque liés aux investissements de la transition énergétique, la formalisation d'objectifs quantitatifs pour les institutions financières publiques, l'orientation de l'épargne des ménages vers la transition énergétique, l'identification des changements législatifs et réglementaires nécessaires à la montée en puissance du financement citoyen, des circuits courts de financement et des instruments innovants, ainsi que l'étude de la création d'un fonds indépendant chargé de gérer les provisions prévues pour le démantèlement des installations nucléaires et la gestion des déchets radioactifs.

Réactions1 réaction à cet article

 

Citation "de gérer les provisions prévues pour le démantèlement des installations nucléaires et la gestion des déchets radioactifs."
Encore faudrait-il savoir ce qu'on va REELLEMENT faire! Parce que entre ce qui est imaginé par le public et ce qui sera fait il y aura "quelques" différences. Le démantèlement avec le fameux "retour à l'herbe" n'est aujourd'hui pas possible parce qu'on a pas encore pris de décision ferme sur le stockage à long terme des déchets. Et quand bien même ce serait résolu ce sont les risques humains et environnementaux associés a la démolition TOTALE qui seraient redhibitoires. Il faudra trouver un équilibre entre ces contraintes. la logique conduira a retirer les combustibles et a confiner et inerter l'enceinte. Penser aussi que le simple fait d'avoir un chantier produit un volume supplémentaire de déchets (équipements de protections usagés, déchets de découpage des énormes parois des cuves et échangeurs) et que le résultat du chantier reviendra a mettre dans de lourds colis blindés de milliers de tonnes de matériaux de constructions, de métal etc..Bref imaginez que l'on veuille réduire en miette une centrale et que le tout soit lui même emballé dans d'innombrables colis qu'il faudrait transporter a travers le pays jusqu'a un centre de stockage longue durée.

ami9327 | 09 février 2014 à 01h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager