En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La proposition de loi sur l'empreinte écologique défendue par les députés Verts a été rejetée

Gouvernance  |    |  Agnès Sinaï Actu-Environnement.com
Le 20 janvier, les députés Verts, par la voix d'Yves Cochet, ont défendu leur proposition de loi « Réduire l'empreinte écologique de la France », dans l'hémicycle à l'Assemblée nationale.

L'empreinte écologique est un instrument qui permet de mesurer la surface de terre nécessaire pour produire les biens de consommation et absorber les déchets. L'empreinte de l'humanité a pour la première fois dépassé la biocapacité totale de la Terre en 1980.

Ce texte proposait l'utilisation de l'empreinte écologique comme un outil d'évaluation des politiques publiques de protection de l'environnement et préconisait de diviser par deux l'empreinte écologique de la France en quinze ans.

Dans un rapport récent, le Conseil Economique et Social Européen rappelait que l'empreinte écologique est le meilleur indicateur global disponible sur le développement environnemental soutenable .

Pour autant, les élus UMP ont rejeté la proposition de loi des Verts, jugeant cet indicateur n'était pas fiable , au motif qu'il ne permettait pas d'obtenir des données notamment sur les milieux aquatiques, le nucléaire ou la biodiversité .

Patrick Ollier (UMP), président de la Commission des affaires économiques, de l'environnement et du territoire de l'Assemblée nationale, a jugé trop grand l'écart entre le principe et sa mise en œuvre législative , sans pour autant proposer amender la proposition de loi.

Le ministre d'Etat Jean-Louis Borloo a exprimé son accord sur le fond avec cette proposition, mais il a estimé que ce n'était pas la bonne façon de procéder . Il en a appelé à attendre les résultats des travaux sur le sujet engagés, à sa demande, par le Commissariat général au développement durable et par le Conseil économique, social et environnemental.

La députée (Verts) Martine Billard a regretté que pour l'environnement, il n'y ait jamais urgence. Quand il s'agit du travail du dimanche, il faut tout arrêter et passer en force .

Réactions2 réactions à cet article

 
malheuresement vous avez raison

pour aller dans votre sens je dirais tout simplement que l'écologie tout la monde en parle, beaucoup de gens pensent qu'il faudrait agir mais beaucoup aussi pensent que l'on peut attendre. Il y a 70 ans que les gens détenteur du "vrai savoir" tire la sonnette d'alarme. Et poutant rien ne change.

James Roy | 22 janvier 2009 à 21h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Desespérant

je ne sais pas vraiment si c'est un bonne idée qu'on eu les verts de proposer cet outils, mais vu la dimension très technique du débat, le rejet pas les parlementaires de la majorité sent la mauvaise foie partisane et les bourrage de crâne lobbyiste à plein nez. Quand est-ce que les parlementaires sortiront-ils de leurs vieux shémas et travailleront-ils un peu ensemble par delà leurs différences idéologiques ? j'ai l'impression que nous ne verront jamais celà sous la cinquième république.

Facts Only Agency | 08 février 2009 à 22h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager