Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La publicité d'une eau en bouteille déclenche un flot de colère

Placardée depuis le 8 janvier, la publicité d'une marque d'eau en bouteille dénigrant l'eau du robinet en remettant en cause sa qualité et son goût a suscité de vives réactions du coté des associations, du MEDD et des professionnels du secteur.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Depuis maintenant une dizaine de jours le groupe Neptune mène une campagne d'affichage dans Paris et sa périphérie pour vanter les bienfaits de l'eau de source commercialisée sous la marque Cristaline à travers un discours publicitaire dénigrant la qualité et le goût de l'eau du robinet. La réaction des professionnels du secteur ne s'est pas fait attendre bien longtemps puisque Anne Le Strat, PDG d'Eau de Paris, a interpellé par courrier le Ministre de la santé et la Ministre de l'écologie et du développement durable. Selon elle, cette campagne joue sur des peurs imaginaires ; c'est détestable. La peur est à la mode, mais il est regrettable que Cristaline cherche à effrayer ainsi les consommateurs d'eau du robinet. On ne peut pas laisser sous-entendre que l'eau du robinet n'est pas potable.
Il faut dire que la marque n'y est pas aller de main morte avec son slogan « qui prétend que l'eau du robinet a toujours bon goût ne doit pas en boire souvent ! » et ses affiches associant l'eau du robinet à l'eau des toilettes ou sous-entendant que celle-ci contient du plomb et des nitrates.
La réaction a également été très vive du côté des associations de protections de l'environnement. Selon la fédération France Nature Environnement, la marque a dépassé les bornes en sous-entendant que les services des Directions des Affaires Sanitaires et Sociales et que les syndicats de gestion et de distribution des eaux remplissent mal leurs missions. Pour le Centre National d'Information Indépendante sur les Déchets (CNID), la campagne publicitaire a de quoi choquer les défenseurs de l'environnement et les consommateurs car tout en prônant une eau « pure » censée rassurer par sa qualité, la société participe à l'épuisement du pétrole et au réchauffement climatique et engendre des tonnes de déchets de bouteilles plastiques qui pourraient être tout simplement évitées en buvant l'eau du robinet.
Les associations ont été rejointes par la Ministre de l'écologie et du développement durable Nelly Olin qui a déclaré ne pas admettre que ce groupe mette en cause l'eau du robinet. Nos services en surveillent la qualité très régulièrement, a-t-elle déclaré très en colère lors de la présentation de ses vœux.

Outre le fait de dénigrer l'eau du robinet, cette campagne démontre surtout l'impuissance du Bureau de vérification de la Publicité (BVP) qui a émis un avis défavorable sur le message véhiculé mais n'a pas pu empêcher sa diffusion. Géré par les publicitaires, le BVP avait déjà été pris à parti en décembre dernier par l'Alliance de la Planète qui l'accusait de ne pas suffisamment vérifier les arguments écologiques utilisés dans les publicités. Aujourd'hui, le BVP est purement et simplement ignoré par la marque d'eau embouteillée qui justifie sa campagne par un besoin de réponse. Selon elle, cette publicité donne la réplique aux campagnes publicitaires du Syndicat des Eaux d'Ile-de-France (SEDIF) qui avaient, dès 2004, joué sur la comparaison entre eau potable et eaux en bouteille. Avec les slogans « quelle marque distribue 1 milliard de litre d'eau chaque jour et pas une seule bouteille ? », le SEDIF souhaitait se hisser au niveau des marques d'eau en bouteille ce qui n'a bien évidemment pas plu aux sociétés en question. Résultat, depuis deux ans, les deux secteurs se chamaillent à coup de campagnes publicitaires. Sachant qu'une nouvelle campagne du SEDIF était prévue au printemps prochain, le secteur de l'eau embouteillée a souhaité frapper fort. Car malgré des innovations régulières en termes d'image et de marketing, le marché de l'eau plate en bouteille est en recul de 2 à 3 % par an en volume.

Réactions7 réactions à cet article

 
Cristalline mais glauque

Il faut boycoter cette marque qui n'hésite pas à mentir et faire peur pour gagner du fric.
C'est honteux; il est etonnant que cegenre de pub pourrie puisse s'afficher et
cela doit servir de leçon pour l'avenir.

Anonyme | 19 janvier 2007 à 11h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Proprement Scandaleuse

Cet annonceur n'appuie pas son argumentaire sur des avantages comparatifs réels et fondés.

Cette publicité est scandaleuse. Elle dénigre la qualité d'un bien vital, distribué à tous, par des organismes privés et publiques qui ont un devoir de service publique, régit par des règles qualitatives très strictes.

Anonyme | 19 janvier 2007 à 12h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Proprement Scandaleuse

Si vous voulez apprendre, il faut commencer à vous documenter :

http://www.senat.fr/rap/l02-215-1/l02-215-140.html#toc379

http://www.senat.fr/rap/l02-215-1/l02-215-1.html

Quand vous aurez lu ce rapport, vous passerez votre commande ???

MDR

Eaux troubles | 20 janvier 2007 à 14h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Cristalline mais glauque

Michel Verna, membre du Bureau national de Génération Ecologie, a fait un très bon papier à ce sujet sur son blog. Je vous invite à le lire: https://www.actu-environnement.com/ae/news/publicite_cristaline_eau_robinet_2198.php4

Gontier | 25 janvier 2007 à 05h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
immoral mais...

il est vrai que la consommation d'eau embouteillée n'est pas "ecolo". Cependant j'habite à Paris et je bois de l'eau du robinet et je dois reconnaitre que souvent l'eau n'a pas bon gout (souvent de chlore). Aussi il y a des jours ou je n'apprecie vraiment pas eau que je bois...

raleur | 25 janvier 2007 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:immoral mais...

Tu la laisse reposer une heure, et le gout de chlore disparaitra.

Anonyme | 25 janvier 2007 à 13h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Proprement Scandaleuse

merci, ce lien est très intéressant, même s'il date de 2003, et confirme que cette campagne de cristaline est non seulement scandaleuse, mais en + totalement erronée.
pour preuve, quelques extraits de ce rapport :
"Ainsi, de même que les eaux de pluie, les eaux de source, issues des nappes souterraines peuvent être naturellement impropres à la consommation et à la fabrication d'eau potable."
"Cette connaissance est importante pour faire cesser tout mythe d'une nature idéalisée et pour connaître l'« état zéro » d'une nappe, en vue, le cas échéant, de la traiter en vue de la potabiliser, comme c'est de plus en plus le cas pour certaines eaux minérales trop chargées en arsenic, en fer, etc... "

sur l'eau en bouteille, dans le même rapport :
http://www.senat.fr/rap/l02-215-1/l02-215-156.html

et enfin le lien de l'intégralité de ce document en pdf : http://www.senat.fr/rap/l02-215-1/l02-215-11.pdf

donc en effet, pour apprendre il faut se documenter. je me suis documentée et je n'en suis que plus scandalisée.

didine974 | 25 janvier 2007 à 14h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager