En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

QPC : la consultation du schéma régional éolien déclarée inconstitutionnelle

Energie  |    |  Pierre Emmanuel Bouchez Actu-Environnement.com

Par une décision du 7 mai 2014, le Conseil constitutionnel a déclaré inconstitutionnelle la première phrase du premier alinéa de l'article L. 222-2 du code de l'environnement. L'abrogation ne prendra toutefois effet qu'à compter du 1er janvier 2015 "afin de permettre au législateur d'apprécier les suites qu'il convient de donner à cette déclaration d'inconstitutionnalité".

Cet article concerne les procédures de consultation du public à mettre en œuvre lors de la réalisation d'un schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE) et du schéma régional éolien (SRE) placé en annexe de ce dernier.

Il prévoit ainsi que tout projet de SRCAE ne sera validé par le préfet de région qu'"après avoir été mis pendant une durée minimale d'un mois à la disposition du public sous des formes, notamment électroniques, de nature à permettre sa participation, le projet de schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie est soumis à l'approbation de l'organe délibérant du conseil régional".

Les associations à l'origine de la question prioritaire de constitutionalité (QPC) contestaient sa conformité à l'article 7 de la Charte de l'environnement qui prévoit le droit pour toute personne, dans les conditions et limites fixées par la loi, de participer à l'élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l'environnement. Selon elles, la procédure prévue par l'article L. 222-2 du code de l'environnement demeurait insuffisante à attester du respect du principe constitutionnel de participation du public.

Considérant que "le législateur s'est borné à prévoir le principe de la participation du public sans préciser "les conditions et les limites" dans lesquelles doit s'exercer le droit de toute personne de participer à l'élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l'environnement" et a"ainsi méconnu l'étendue de sa compétence", le Conseil constitutionnel leur a donné raison.

Réactions1 réaction à cet article

 

Le lobby éolien , industriels et affairistes, emploie tous les moyens pour soutenir ses programmes.
Cette décision en montre un des aspects : agir sur le politique , même aux dépens de la rigueur constitutionnelle .

sirius | 11 mai 2014 à 16h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager