En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ile-de-France : la qualité de l'air s'améliore très lentement, mais les normes ne sont toujours pas respectées

Airparif dresse un bilan mitigé de la qualité de l'air francilien en 2010. Si l'expérimentation de zones d'action prioritaires pour l'air à Paris et Plaine Commune n'est pas la panacée, elle pourrait néanmoins avoir un bon impact sanitaire.

Risques  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
   
Ile-de-France : la qualité de l'air s'améliore très lentement, mais les normes ne sont toujours pas respectées
   

Mercredi 30 mars 2011, Airparif a présenté son rapport sur la qualité de l'air en Ile-de-France en 2010. Une année "assez comparable aux années précédentes" a indiqué Jean-François Saglio, président d'Airparif, ajoutant que "la situation s'améliore mais pas aussi vite qu'on le souhaite."

Cinq polluants problématiques

Effectivement, l'association chargée de surveiller la qualité de l'air sur l'ensemble de la région Ile-de-France constate que cinq polluants dépassent depuis plusieurs années les normes réglementaires européennes : les particules fines de moins de 10 microns de diamètre (PM10), celles de moins de 2,5 microns de diamètre (PM2,5), l'ozone (O3), le dioxyde d'azote (NO2) et le Benzène.

Trois d'entre eux, les PM10, les PM2,5 et le NO2, sont stables depuis plusieurs années, l'ozone voit son augmentation stopée et la baisse ne progresse plus pour le benzène.

Karine Leger, adjointe au directeur, attribue aux conditions météorologiques les légères variations annuelles. En l'occurrence 2010 est "une moins bonne année que 2008 mais meilleure que 2007 et 2009." Par ailleurs, si les épisodes de forte pollution ont été moins nombreux (3 jours pour l'ozone et les PM10 et une journée pour le NO2), les niveaux chroniques de pollution sont "préoccupants et stables au-delà de la réglementation."

Les particules fines posent problème au cœur de l'agglomération

S'agissant des PM10, ce sont 1,8 million de Franciliens qui sont exposés à un air qui ne respecte pas la norme européenne, c'est-à-dire un dépassement du seuil des 50 microgrammes par mètre cube (µg/m3) durant plus de 35 jours par an. Ce sont principalement les habitants du cœur de l'agglomération et ceux vivant à proximité de grands axes où l'exposition est qualifiée de "très intense" par Karine Leger. Ainsi, la station de la RN 2 à Pantin (avec 97 jours de dépassement), celle du Boulevard périphérique située à la Porte d'Auteuil (156 jours) et celle de l'A1 à Saint Denis (176 jours) constituent le podium des stations présentant les plus mauvais résultats en 2010.

Même constat pour les PM2,5 : la norme européenne est respectée loin du trafic, mais des stations situées sur les grands axes routiers, notamment celle de la Porte d'Auteuil, présentent des niveaux de pollution élevés. Quant à l'objectif fixé par le deuxième Plan national santé environnement (PNSE 2), à savoir tendre vers 15 µg/m3 en 2010, un objectif qui devient obligatoire en 2015, il est "largement dépassé", explique l'adjointe au directeur.

Le trafic routier responsable des émissions de NO2

Le dioxyde d'azote, comme les particules fines, "pose un problème quant aux respect des normes européennes." Ce sont 3,5 millions de Franciliens qui sont surexposés et plus particulièrement 9 Parisiens sur 10. Karine Leger indique que "le trafic est le principal responsable", et plus particulièrement l'évolution du parc automobile. En effet, si les filtres à particules catalysés réduisent les émissions de particules fines, ils augmentent par ailleurs les émissions de NO2. Ainsi, les axes routiers présentent des niveaux jusqu'à deux fois au-dessus des normes et stables depuis 10 ans. Quant à la station de la Porte d'Auteuil, elle présente des résultats calamiteux avec 305 jours de dépassement de la valeur limite de 200 µg/m3, pour seulement 18 jours de dépassement autorisés…

Enfin, l'ozone, dont le niveau a doublé depuis 1992, est stable en moyenne et présente une baisse de l'intensité des épisodes de forte pollution. Le problème est continental et récurrent, surtout en été, explique Airparif précisant que contrairement aux autres polluants, les zones rurales sont les plus touchées.

Caractériser l'origine des particules fines

Pour 2011, Airparif s'est fixé pour objectif de mieux comprendre l'exposition du public à la pollution, en particulier lors des trajets du domicile au travail. Une nouvelle station située à la place de l'Opéra à Paris renforcera le suivi de l'exposition aux PM2,5 dans une zone qui combine un habitat dense, un trafic routier important et une forte fréquentation du public.

De même, une étude attendue pour septembre devrait permettre de caractériser l'origine des particules fines. Elle devrait permettre d'établir quelles sont les proportions associées à la pollution naturelle, régionale, urbaine et périurbaine, afin de distinguer l'impact des différentes sources locales d'émission. Un enjeu important pour l'Ile-de-France qui est sous la menace de sanctions européennes.

En effet, si la France a demandé un report du délai d'application des mesures européennes en matière de PM10, la "Commission européenne demande [néanmoins] instamment à la France […] de se conformer aux normes de l'Union européenne en matière de qualité de l'air." En l'état, les poursuites européennes sont au stade de l'avis motivé, dernière étape avant que la Commission ne saisisse la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui pourrait condamner l'Etat à une amende assortie d'une astreinte journalière.

ZAPA : le modèle berlinois

Enfin, interrogée sur l'expérimentation de zones d'action prioritaires pour l'air (ZAPA), prévue par la loi Grenelle 2 et à laquelle Paris et Plaine Commune participeront, Karine Leger a estimé qu'"il ne faut pas s'attendre à des baisses importantes de la pollution." La lutte contre la pollution reste "un chalenge pour toute les grandes agglomérations", a-t-elle précisée.

Quelles sont les expériences les plus intéressantes en Europe? Berlin, selon la responsable d'Airparif qui explique que la stratégie interdit sur une vaste zone les véhicules les plus polluants en se basant sur les normes Euro. Cependant, elle prévient : "pour être efficace, il faut limiter les exceptions accordées à certains véhicules." Quant aux résultats escomptés, ce sont une diminution de quelques pourcents de la pollution et une réduction des pics de pollution. À Berlin, la baisse de la concentration de particules fines serait de l'ordre de 5 µg/m3. Cependant, "les effets sanitaires sont importants", conclut-elle, faisant référence à l'étude Aphekom qui a mis en avant l'intérêt sanitaire du respect des normes OMS pour les PM2,5.

Réactions4 réactions à cet article

 

Qui a des c-x-x-x-lles pour prendre les bonnes décisions?
Tout le monde sait que le traffic routier est responsable de la pollution de l'air. Commençons par taxer les véhicules non immatriculés 75 qui rentre dans Paris. Une telle taxe réduirait certainement la pollution.
Rien n'empêche ensuite d'accroitre la zone taxable à l'Ile de France. De ce fait les gens prendraient les transports en commun.

On attend quoi??????????????????????????????????

arthur duchemin | 01 avril 2011 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ca s'améliorera avec l'augmentation des prix du pétrole, malheureusement je ne vois que ca. Parce que ca m'irrite quand j'en entend pleurnicher que c'est trop cher 1,5euro pour un litre. 10KWh pour 1,5 euros c'est cadeau, plein d'emplois pourraient etre créé si ce fuel n'était pas aussi productif pour ci peu cher. Et on voit bien qu'en fin de compte ce n'est pas le prix qui derange puisqu'en Ile de France on peut se rendre n'importe où avec les transports en commun et un vélo, mais non c'est tellement plus confortable d'y aller en voiture. Pareil, je ne supporte pas la mauvaise foie en entendant dire que l'environnement c'est le travail des politiques qui ne prennent pas assez de décision. Les responsables, c'est la foule, les consommateurs incapables de prendre des initiatives, Paris pourrait etre une ville calme où il fait bon respirer, mais ce qui a été CHOISI par la majorité c'est l'automobile individuelle. Donc vive la hausse des prix, dernier recours démocratique au changement dans les comportements, quand le porte-feuille commence à piquer miraculeusement ca commence à réflechir. A part ça, y a rien, aucune solution. Tout à été dit, les films/documentaires sur l'écologie ont essayé de toucher la sensibilité, sans résultat, ils ont meme finis par avoir une réputation de moralisateurs, privateurs, répétitifs et meme naifs.
Aller EDF, Total, et autres fournisseurs d'énergie, multipliez vos prix ! Emergerons enfin de nombreuses pistes cyclables et des projets BBC

hubong | 01 avril 2011 à 10h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
je pense que hubong et M. Duchemin ont en partie raison mais il ne faut pas dire que les transports en commun permettent de se déplacer n'importe où en îl-de-France. Les trajets banlieue (minoritaire) sont un enfer. Tout passe par Paris. Tout a été pensé pour le développement de Paris. C'est l'éternel problème français d'aménagement du territoire et donc la décentralisation des sièges sociaux, des institutions, etc, qu'il faut repenser. Ensuite, développer des transports en commun digne de ce nom. parce qu'en l'état, je ne me permets pas de jeter la pierre à ce qui prenne la voiture sur certains trajets.
Pour ma part, je ne réside en ile-de-France mais lorsque j'ai des prélèvements (d'air, et oui) à réaliser dans des bureaux où des hôpitaux à Paris, je me déplace autant que possible en train + vélib (j'adore ce vélo).
Un petit mot également au sujet du chauffage urbain. On fait la promotion actuellement du bois-énergie. J'ai acheté un poêle performant, mais il est quand même émetteur de particules fines (croyez-moi, plus fines que les PM2,5). Donc la pollution particulaire en ville ne va pas s'améliorer facilement.
Cordialement,

lsegaud13 | 01 avril 2011 à 16h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo hubong enfin quelqu'un qui pose des problemes essentiels

fleurent | 05 avril 2011 à 16h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager