Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Qualité de l'air des aéroports : l'Acnusa n'était pas compétente pour réglementer

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Par un arrêt du 15 décembre 2021, le Conseil d'État a partiellement annulé la décision du 6 octobre 2020 de l'Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires (Acnusa). Cette décision imposait des prescriptions de gestion de la qualité de l'air aux exploitants d'aéroports situés dans une zone couverte par un plan de protection de l'atmosphère (PPA).

L'Union des aéroports français (UAF) estimait que le Code des transports ne donnait pas à cette autorité administrative indépendante la compétence pour prendre des dispositions réglementaires en la matière. Le Conseil d'État donne raison à l'organisation professionnelle. « Si, dans le domaine des nuisances sonores, l'Acnusa est compétente pour définir des indicateurs de mesures et des prescriptions techniques, elle n'est chargée, dans le domaine de la pollution atmosphérique causée par l'aviation, que de contribuer au débat en matière d'environnement aéroportuaire et ne peut, à ce titre, que formuler des propositions d'études pour améliorer les connaissances dans ce domaine et les diffuser », juge la Haute Juridiction administrative. Les dispositions du Code des transports, qui donnent compétence à l'Acnusa pour « émettre des recommandations sur toute question relative aux nuisances environnementales provoquées par le transport aérien sur et autour des aéroports », ne lui permettaient pas davantage d'édicter des dispositions réglementaires sur la surveillance de la pollution atmosphérique.

Le Conseil d'État annule par conséquent la quasi-totalité des articles de la décision, qui fixaient des prescriptions « générales et impératives », revêtant un caractère réglementaire, en matière de surveillance de la qualité de l'air et de réalisation d'inventaires, ainsi que de suivi et de publication d'indicateurs. Seul l'article 4, qui invite les exploitants à mener des études sur les particules ultrafines et sur le carbone suie, ne tombe pas. Il ne s'agit, en effet, que de simples recommandations.

Réactions1 réaction à cet article

 

Uniquement des recommandations ! Voilà qui plaît à nos dirigeants pour qu'ils puissent toujours n'en faire qu'à leur tête. Comme ça on continue de faire croire à la population que l'on va agir et ds les faits rien ne change... seul le législateur peut pondre une obligation, qui ne vient jamais. Et tout le monde s'intoxique joyeusement , les cancers progressent à vitesse grand V et ça fait travailler les médecins...qui oserait se plaindre , hein ? Puisque nous vivons décidemment ds un vrai pays de cocagne!

gaïa94 | 14 janvier 2022 à 18h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager