Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Qualité de l'air : la France mise en demeure par la Commission

Risques  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

La France a reçu, ce jeudi 23 septembre, une lettre de mise en demeure, dans le cadre des décisions régulières d'infraction prises par la Commission européenne à l'encontre des États membres. L'autorité européenne demande que les dispositions prévues par sa directive du 25 novembre 2015 intègrent la législation française. Pour rappel, cette directive fixe les valeurs limites de dioxyde de soufre (SO2), d'oxydes d'azote (NOx) et de poussière émis par des installations de combustion moyenne. Ces dernières, dont la puissance thermique est comprise entre 1 et 50 mégawatts, sont exploitées pour le chauffage et le refroidissement domestiques et résidentiels, mais aussi dans un cadre industriel afin de produire de l'électricité, de la chaleur ou de la vapeur.

Selon la Commission européenne, la France (ainsi que l'Autriche, la Grèce et Chypre) « n'a pas correctement transposé cette directive dans la législation nationale ». Pourtant, en août dernier, à l'occasion d'un décret relatif aux installations de combustion, le ministère de la Transition écologique affirmait travailler à transposer fidèlement la directive citée. L'État dispose d'un délai de deux mois pour prendre les mesures nécessaires. S'il ne le respecte pas, il s'expose à un avis motivé de la part de Bruxelles.

Réactions2 réactions à cet article

 

Certes le chauffage au bois émet des particules fines, comme toute combustion industrielle et domestique, mais s'il s'agit d'une ressource de proximité, abondante en France, il affiche un impact primaire et un coefficient de compensation énergétique inférieur à la norme.

CLAUDIUS | 24 septembre 2021 à 13h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ces poussières fines dépendent du type de bois, résineux à éviter, mais aussi du conduit, présence ou absence de girouette et du modèle de poéle, certains à tirage inversé normal ou turbo ne fument quasiment pas , il y a tout un savoir faire du fumiste derrière.
Et puis il y a le rendement, un bon rendement impacte un apport d'oxygène réduit donc des fumées.

pemmore | 24 septembre 2021 à 21h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager