En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La qualité des eaux souterraines du Rhin supérieur stagne

Eau  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

"Les résultats du programme Ermes-Rhin 2016 n'affichent pas d'évolution significative de la qualité globale des eaux souterraines du Rhin supérieur depuis 2003, peut-on lire dans le rapport de synthèse du projet, exception faite des chlorures, pour lesquels une légère diminution des plus fortes classes de concentration est observée". Ce programme s'inscrit dans la continuité des inventaires de la nappe phréatique, alsaciens et transfrontaliers réalisés par la Région Alsace depuis 1992. La nappe du Rhin supérieur est une ressource partagée entre la France, l'Allemagne et la Suisse. L'absence de couverture géologique protectrice et la faible profondeur rendent particulièrement vulnérable la nappe du Rhin supérieur.

Débuté en 2016, les résultats du projet Ermes ont été présenté le 15 novembre à Strasbourg. Ces derniers montrent que 44 % des ouvrages investigués ne répondent pas aux critères de potabilité pour au moins un des paramètres étudiés et 21 % présentent des dépassements.

Parmi les critères les plus déclassant figurent toujours les nitrates. Les scientifiques ont toutefois relevé une légère diminution pour un Land allemand, Bade-Wurtemberg, par rapport aux campagnes menées en 2003, 2009 et 2016. "Les teneurs supérieures à 40 mg/L ont baissé de près de 6 %, notent-ils. Le nombre de points aux concentrations supérieures à 50 mg/L a également diminué de 209 à 166 points. La situation est inchangée depuis 2009 dans les autres régions".

Pour ce qui concerne les pesticides, la pollution est généralisée sur l'ensemble de la zone d'étude. Les métabolites sont quantifiés sur 73 % et près de 19 % affichent des dépassements de la valeur d'1 μg/L.

Au moins une substance pharmaceutique sur les 25 recherchées a été quantifiée sur 32 % des points de mesures. 20 ont été relevées au moins une fois à l'échelle transfrontalière. Les résultats montrent également que les composés per et polyfluorés (PFC) sont ubiquistes dans la nappe phréatique du Rhin supérieur. Le rendez-vous pour le prochain suivi est fixé à l'horizon 2022.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…