En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Qualité de l'air dans le métro parisien : les particules en ligne de mire

Une campagne de mesures menée par la RATP et Airparif dans et à proximité d'une station de métro parisien a étudié la dynamique des échanges de polluants atmosphériques entre le réseau de transport souterrain et l'environnement de surface. Détails.

Risques  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
Qualité de l'air dans le métro parisien : les particules en ligne de mire
© RATP
   
Reconduite en juillet 2008 pour une durée de trois ans, la collaboration entre la RATP et Airparif (l'association agréée de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France) vient d'aboutir à la publication des résultats d'une campagne de mesure conjointe. Du 1er au 15 décembre 2008, des analyses ont en effet été effectuées dans l'environnement proche de la station Faidherbe Chaligny (ligne 8 à Paris intra-muros) et sur ses quais. Objectif : évaluer les variations de niveaux de pollution à l'intérieur et à l'extérieur d'une même station.

Cette station a été choisie pour sa représentativité des stations sans correspondance et comme la grande majorité des stations souterraines, elle dispose d'un système de ventilation qui favorise les échanges entre air extérieur et intérieur.
Deux points de mesure ont été disposés de part et d'autre des voies, en vis-à-vis sur les quais, afin de caractériser la qualité de l'air respirée par les voyageurs. Deux autres points de mesure extérieurs étaient situés l'un au niveau d'une entrée, l'autre à proximité de la grille de ventilation de la station. La régie de transports et l'association agréée se sont partagées les points de mesure mettant chacun en œuvre un laboratoire mobile à l'extérieur de la station et une baie d'analyseurs sur chaque quai.

Différents polluants ont été mesurés : les particules fines (PM10) et très fines (PM2,5) qui proviennent à la fois de l'environnement extérieur (véhicules, chauffage et industrie) et de l'intérieur du métro (systèmes de freinage, du ballast….), ainsi que les oxydes d'azote (NOx) majoritairement émis par le trafic routier. Bilan : si l'ozone n'est présent qu'à l'état de trace, on y trouve en revanche un taux de poussière plus élevé qu'à l'extérieur.

Airparif a obtenu des résultats similaires à ceux de la RATP, a précisé l'organisme chargé de contrôler l'air en région parisienne en présentant ses résultats, le 2 juillet dernier. Les variations de polluants au cours du temps sont identiques, et les niveaux obtenus sont cohérents avec les mesures permanentes de chaque organisme.

À l'intérieur de la station, les mesures de particules PM10 et PM2,5 sont supérieures (près de 2,5 fois) aux teneurs relevées dans l'air extérieur, surtout la journée. Le niveau des PM10 se situait en moyenne à 60μg/m3 en station contre près de 25μg/m3 en extérieur et atteignait, à l'intérieur de la station son maximum aux heures de pointe (matin vers 9h et le soir entre 17h et 20h). Ceci s'explique par le processus de formation des particules lors de la circulation des métros : système de freinage, remise en suspension…, commente Airparif. En dehors de niveaux nocturnes ponctuellement élevés, liés à des travaux de maintenance, les valeurs horaires les plus fortes en journée ont été de 194 μg/m3 (le 8 décembre 2008 à 10h) pour les particules PM10 et de 60 μg/m3 (le 11 décembre 2008 à 10h) pour les particules fines PM2,5.

À l'extérieur de la station, les niveaux de particules relevés sont intermédiaires entre les mesures effectuées sur le réseau de mesures d'Airparif dans l'air ambiant et celles mesurées à proximité du trafic routier, avec une hausse des niveaux en journée, une baisse la nuit et les week-ends. Les maxima horaires ont été logiquement enregistrés sur le point de mesures situé à la fois à côté d'un feu de signalisation, au plus près du trafic routier, et directement au-dessus d'une grille de ventilation qui provoque un transfert de particules de l'intérieur de l'enceinte vers l'extérieur (72 μg/m3 pour les PM10 et 48 μg/m3 pour les PM2,5). Ce site était donc impacté à la fois par le trafic routier du Faubourg Saint Antoine et par l'évacuation d'air en provenance de la station.

Le niveau de dioxyde d'azote reste inférieur comparé à l'extérieur et les mesures n'ont pas relevées de trace d'ozone. Dans l'intérieur de la station, les concentrations de dioxyde d'azote n'ont pas été strictement similaires sur les 2 quais comme on aurait pu le croire. Elles ont été en moyenne légèrement plus faibles d'un côté que de l'autre (64 μg/m3 contre 59 μg/m3), ce qui peut être expliqué par une dissymétrie de la ventilation, précise l'association.

D'autres séries de mesures conjointes entre la RATP et Airparif seront conduites, en particulier des mesures dans la gare d'Auber d'ici à la fin de l'année. Cette station est plus complexe avec de multiples lignes.

Réactions1 réaction à cet article

 
Petit rappel

Un eptit rappel s'impose. Les PM sont les particules inferieures a un diametre de 10µm, PM2.5 a un diametre inefieurs a 2.5µm. Les PM10 sont "respirables" et rentrent donc dans les poumons, des seuils existent (CSHPF):
Objectif de qualité 30 µg/m3 Moyenne sur 8h
Seuil d'information 80 µg/m3 Moyenne mobile sur 24h
Seuil d'alerte 125 µg/m3 Moyenne mobile sur 24h

Les PM2.5 sont plus grave car elles se fixent dans les alveoles des poumons grace a leur tte petites tailles. Et bizarement aucun seuil saniataire n'existe pour le moment... Elles sont pourtant fortement suspectés de jouer une role significatif sur la santé (asthme, cancer, maladie acrdiovasculaire..)Un tres bon article dispo sur ce sujet sur ce site. Les experts recommandent de fixer un seuil a 10µm/m3... on en est loin !!

Zemu | 10 juillet 2009 à 11h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager