En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les raccordements éolien et photovoltaïque poursuivent leur hausse

Energie  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

La hausse du rythme de raccordements éoliens et photovoltaïque constatée au première trimestre se poursuit, selon le tableau de bord éolien-photovoltaïque du deuxième trimestre 2014, publié le 29 août par le Commissariat général au développement durable (CGDD).

Le parc éolien aurait ainsi atteint une puissance installée de 8.592 MW fin juin 2014. Selon le CGDD, un peu plus de 500 projets d'éolien terrestre étaient dans la file d'attente fin juin, pour une puissance annoncée de 6.367 MW. La puissance des projets terrestres avec une convention de raccordement signée s'inscrit en légère hausse par rapport à fin mars. "Une baisse du niveau des raccordements semble ainsi peu probable dans les trimestres à venir ", estime le CGDD. Le contexte tarifaire devrait également profiter à cette tendance.

Passant outre un avis défavorable de la CRE, le tarif bonifié de rachat de l'électricité produite par les éoliennes est en effet maintenu à 82 euros le mégawatt-heure par un nouvel arrêté tarifaire, en vigueur depuis le 1er juillet.

Concernant l'éolien offshore, la plupart des projets ne commenceront à produire qu'à partir de la fin de la décennie, selon le CGDD.

De la même manière, la puissance installée du solaire photovoltaïque au second trimestre 2014 est légèrement supérieure à celle des trois trimestres précédents.

Toutefois le nombre de projets en file d'attente s'inscrit en baisse par rapport au tableau de bord précédent, selon le CGDD : la puissance globale des projets censés aboutir au cours des prochains mois, pour lesquels la convention de raccordement est déjà signée, diminue de 18 % par rapport à fin mars. "Une hausse des raccordements ne semble ainsi pas être à envisager dans un avenir proche", projette le CGDD.

Réactions4 réactions à cet article

 

Tant que les subventions tombent, l'affaire est intéressante. Maintenant, la France peut-elle encore se permettre de voir exploser ses factures d'électricité ?
La population, les entreprises pourront elles continuer à financer les promoteurs ?

Laura | 02 septembre 2014 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le soutien indéfectible de Ségolène Royale au syndicat des énergies renouvelables est surprenant.
Quant aux écolo politiques, ils soutiennent ce qui les fait hurler à la mort dans d'autres secteurs (bétonnage des sol, inefficacité énergétique, atteinte à la faune et ...subventions à gogo)
Que penser ????

Jérôme | 02 septembre 2014 à 13h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Jérôme : Connaissez vous une construction dont l'impact environnemental est nul ? Plus particulièrement, connaissez vous un moyen de production d'électricité n'impliquant pas de béton et n'impactant pas la faune ?

François | 02 septembre 2014 à 21h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement, Jérôme, mais ces constructions ne sont pas présentées de façon si flatteuse.
Ici, trop d'intérêt financiers "verdissent" des opérations peu recommandables économiquement et écologiquement.

Laura | 03 septembre 2014 à 15h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager