En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vers l'instauration de zones d'inconstructibilité autour des lignes THT

Pour des raisons sanitaires, un rapport ministériel préconise la fixation d’un seuil maximal d’exposition aux champs magnétiques et l’instauration d’une zone de prudence autour des lignes THT pour la construction des établissements sensibles.

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
   
Vers l'instauration de zones d'inconstructibilité autour des lignes THT
   

Dans un avis daté du 23 mars dernier, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses, ex-Afsset) recommandait de ne plus installer ou d'aménager d'établissements accueillant des personnes sensibles (hôpitaux, écoles, crèches…) à moins de 100 mètres de lignes à très haute tension (THT) ni d'installer de tels lignes à proximité des établissements existants. Selon l'Agence, cette mesure de ''précaution'' limiterait tout impact lié aux champs électromagnétiques d'extrêmement basses fréquences de plus de 0,4 microTesla (μT), classés ''cancérigènes possibles'' par le CIRC. Ces champs pourraient aussi être impliqués dans des pathologies neurodégénératives (maladie d'Alzheimer et sclérose latérale amyotrophique), avait indiqué l'Agence.

Suite à cet avis, l'ex-ministre de l'Energie Jean-Louis Borloo avait alors saisi le Conseil général de l'industrie, de l'énergie et des technologies (CGIET) et le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) afin de réaliser un rapport visant à mettre en œuvre les recommandations de l'Anses en France pour ''ne pas augmenter l'exposition des personnes sensibles'' à ces champs magnétiques tout en développant les lignes THT.

D'autant que 350.000 personnes seraient exposées à ces champs de plus de 0,4 μT, selon le réseau de transport d'électricité (RTE), gestionnaire de plus de 86.000 km des lignes à haute et très haute tension.

 
Plus de 86.000 km des lignes à haute et très haute tension La France (DOM inclus) dispose aujourd'hui d'environ 36.700 km de files de pylônes et de 1.000 km de câbles souterrains THT (15O, 225 et 400 KiloVolts (kV)), mais aussi de 50.000 km de files de pylônes et de 2.500 km de câbles souterrains haute tension HT (93 et 60 kV), ainsi que 2 .600 postes de transformation.
 

Instaurer ''une zone de prudence'' limitée à 1 μT

Le rapport, réalisé par deux ingénieurs des mines, Philippe Follenfant (CGEDD) et Jean-Pierre Leteurtrois (CGIET) a été rendu public en décembre dernier. A l'instar de l'Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST) dans une étude publiée en mai, les auteurs préconisent notamment l'instauration d'une ''zone de prudence'' autour des lignes THT pour la construction des établissements sensibles et estiment que cette mesure est ''la moins juridiquement contraignante''. Pour des ''motifs techniques'', ces derniers conseillent de définir cette ''zone de prudence ou d'exclusion'' par référence à une valeur limite d'émission des lignes THT et non par une distance fixe applicable (comme préconisée par l'Anses de 100 m) et ce, ''quelle que soit l'intensité du champ magnétique créé''.

Le CGEDD et le CGIET suggèrent également de retenir comme valeur limite de la zone d'inconstructibilité ou de prudence la valeur de 1 μT, à l'instar de la Suisse, en modifiant l'article 12 bis de l'arrêté technique du 17 mai 2001, qui fixe les conditions auxquelles doivent satisfaire les distributions d'énergie électrique. ''Cette valeur, qui s'appliquerait en bordure de la zone, apparaît globalement compatible avec la valeur d'exposition permanente des occupants des bâtiments sensibles de 0,4 μT proposée par l'avis de l'Anses'', soulignent les auteurs.

Selon les premières estimations du rapport, la mise en place d'une telle mesure pourrait engendrer "une perte de valeur des terrains constructibles et des bâtiments construits dans la zone concernée" pouvant ''dépasser les dix milliards d'euros''.

Les auteurs vont également plus loin et appellent le gouvernement à prendre en compte l'impact des autres équipements de transport d'électricité (lignes haute tension, câbles souterrains et postes de transformation) pour protéger les populations sensibles. Ils recommandent ''que parallèlement une campagne de mesure des champs magnétiques régnant dans les établissements sensibles soit organisée afin de détecter, pour les remplacer, les équipements générateurs de forts champs magnétiques (mauvais câblage des locaux, chauffage électrique par le sol de conception ancienne, présence à proximité d'un poste de transformation, ...)''.

Réactions3 réactions à cet article

 

Premier pas...
...mais insuffisant (100m n'est pas assez, au minimum 200 voire 300m)
Regarder le champ magnétique est une chose, il faudra aussi tot ou tard regarder en face le champ électrique de tous ces conducteurs métalliques non connecté à la terre et qui polluent en permanence (nuit et jour) toute la population de la planète. je ne mentionne pas ici le champ électrique induit généré par toutes ondes hertziennes en tout genre qui traversent notre corp physique et interagissent gentiment avec nos cellules...

arthur duchemin | 07 janvier 2011 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

mais alors ceux qui y sont déjà ?

inquiet | 13 janvier 2011 à 18h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah oui ça c'est vrai ça! ceux qui y sont déjà, ti bouffe ti bouffe pas ti crève quand même. Et quand RTE vient prendre des mesures, je te garanti que il n'y a plus rien qui passe dans la ligne, c'est pas beau ça? En plus on t'écrit que ta maison se trouve a 100mètres alors que il y a 25mètres, les nouveaux ingénieurs RTE ils sont bon quand même, j'aurai du faire ce métier au moins jaurai appris à compter ça me donne des frissons, ce que RTE oublie de dire c'est quand ils font passer 1600 A dans la ligne et plus et que vous êtes dessous car le CEM il est fonction de l'ampérage et avec un pacemaker pour couronner le tout vous en pensez quoi vous autres?????Merci RTE
De toute façon ce que j'ai écris qui ça interresse? qui va faire quelque chose pour moi? je suis condamné à faire le cobaye un point c'est tout, enfin pas tout à fait encore, tant que je pourrai je me battrai et je ne suis pas seul, nous allons en reparler bientôt messieux DE RTE la marmite commence à boullir, au fait j'ai changé ma plaque!!!!!!!!!

artaban | 20 février 2011 à 19h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…