Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Haut Conseil pour le Climat : « reconstruire comme avant, coûte que coûte, n'est pas approprié »

Dans les débats qui entourent le plan de relance économique, le Haut Conseil pour le Climat veut se faire entendre. Il prône un fléchage des aides vers les filières bas-carbone et une planification de la neutralité carbone dans les secteurs soutenus.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel
Haut Conseil pour le Climat : « reconstruire comme avant, coûte que coûte, n'est pas approprié »

La sortie de crise n'en finit pas de faire parler d'elle. C'est au tour du Haut Conseil pour le Climat (HCC) de se prononcer sur ce qui devrait être mis en place pour assurer une Article publié le 21 avril 2020

Réactions2 réactions à cet article

 

Effectivement, la neutralité carbone tout comme l'ensemble de la transition écologique ne va pas aller de soi : le MEDEF et l’Association française des entreprises privées (AFEP) sont à la manoeuvre en France et en Europe pour pousser les gouvernants à remettre à plus tard les mesures allant en ce sens. Idem pour le Green Deal de l'UE, qui n'est déjà plus une priorité. Ce n'est pourtant pas comme si nos dirigeants ne disposaient pas de toutes les compétences du GIEC, de l'AFB, d'études et projections nécessaires pour chiffrer sérieusement le coût de la stratégie "business as usual" !
Et pourtant, la résistance au changement et la cupidité l'emportent allègrement sur la lucidité.
Savoir que le pdg d'Amazon a accru de 24 milliards de dollars en 1 tout petit mois sa fortune personnelle grâce au Covid-19 (et au détriment de la sécurité sanitaire de ses employés), faisant jouer ainsi à plein une opportunité commerciale, en fait très certainement fantasmer plus d'un.

Pégase | 22 avril 2020 à 16h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase: la cupidité l'emporte allègrement sur la résistance au changement car si le MEDEF flairait des opportunités en or dans un quelconque domaine économique non encore développé, il s'engouffrerait dans la brèche avec la rapidité de l'éclair, et ce ne sont pas les millions de salariés qu'il mettrait sur le carreau qui l'empêcheraient de dormir! Malheureusement (ou heureusement) les changements d'économie vont tous dans le sens de plus de partage, de régulations financières, de participation collective etc...qui seraient clairement mis en évidence à travers ces plans précis d'atteinte à la neutralité carbone: une horreur en somme, pour le MEDEF. Je lisais récemment un encart du patronat stipulant qu'il ne fallait pas que les gens s'habituent au calme, à la tranquillité, à voyager moins, à consommer moins, comme le confinement le leur a appris. Les patrons se fichent de la qualité de vie pour leurs contemporains, ils peuvent s'évader facilement,eux, dans de petits paradis préservés auxquels nous , pauvres citoyens moyens, ne pourront jamais accéder.

gaïa94 | 04 mai 2020 à 17h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Green Save Planet, faciliter la rénovation énergétique des foyers précaires AXDIS PRO
Conseil en résilience environnementale LPA-CGR avocats