En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution du delta du Niger : les ONG dénoncent l'immobilisme de Shell

Eau  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Dans un rapport publié le 4 août, les ONG Les Amis de la Terre et Amnesty International dénoncent à nouveau "l'incapacité structurelle" du gouvernement nigérian et de la compagnie anglo-néerlandaise Shell à nettoyer la pollution aux hydrocarbures dans le delta du Niger.

Shell est à l'origine de deux marées noires en 2008 et 2009 à Bodo en pays Ogoni au Nigéria, causées par des fuites sur des oléoducs et de nombreux déversements de brut depuis 2006. Dans un rapport publié en août 2011, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (Pnue) prévoyait qu'il faudrait 25 à 30 ans pour dépolluer le delta. Il préconisait la création d'une Autorité de restauration environnementale du pays Ogoni dotée d'un financement initial d'un milliard de dollars. Mais à ce jour, "rien de tout cela n'a été réalisé", fustigent les ONG, en dépit des recommandations de l'ONU.

En février 2013, le Pnue avait annoncé avoir engagé des consultations avec le gouvernement nigérian sur la mise en œuvre des travaux d'assainissement en pays Ogoni tout en alertant du "retard" pris dans le nettoyage des déversements de pétrole "en raison des fortes précipitations".

Pour Godwin Ojo, de la branche nigériane des Amis de la Terre : "Le gouvernement et Shell se sont contentés de mettre en place des opérations qui ressemblent à des mesures réelles mais ne sont en réalité que des faux-semblants. Cette absence de véritables mesures face aux preuves scientifiques irréfutables est scandaleuse".

Selon l'AFP, la filiale nigériane SPDC du pétrolier (Shell Petroleum Development Company of Nigeria), a aussitôt démenti : "La SPDC a un programme sur place, qui s'attache à améliorer la situation des habitants dans les domaines de l'environnement et de la santé (…). Nous continuons de travailler avec le gouvernement, les habitants, et un certain nombre d'ONG constructives ainsi qu'avec des groupes de la société civile dans le delta du Niger pour accélérer les progrès", a-t-elle affirmé.

Shell devant la justice britannique

Selon Amnesty International, le tribunal des technologies et de la construction de Londres a estimé le 20 juin 2014 que Shell était tenu de prendre des mesures pour "protéger ses infrastructures contre les vols et les dégradations". Cela devrait inclure des mesures telles que l'installation de systèmes de détection des fuites, d'équipements de surveillance et de matériel antivol. "Etant donné que Shell invoque souvent des interventions criminelles pour expliquer les déversements, ce jugement préliminaire prend toute son importance" et "autorise donc désormais les requérants nigérians à demander réparation", souligne l'ONG en saluant un "jugement historique".

Réactions2 réactions à cet article

 

La pollution du Delta est due en grande partie au piratage des oléoducs qui sont percés pour en prélever le pétrole. Ce pétrole, trés léger, ressemble a de l'essence. Des contrebandiers emportent le brut dans des futs de 200l et le distillent dans des installations de fortune pour le séparer du peu de goudron qu'il contient. Une partie du pétrole est brulée a l'air libre autour d'un empilement de futs remplis raccordé a un tube puis a un réfrigérant de fortune alimenté avec de l'eau du delta. Des manoeuvres veillent a verser des seaux d'eau dans le circuit réfrigérant. LE condensat est vendu comme essence dans les pays voisins. Souvent les personnes sont brulées lors d'explosions. Le résidu de goudron léger (=masse poisseuse et collante) est laissé sur place. De nombreuses fuites de pétroles polluent l'eau. Tout le trafic se fait dans les innombrables bras du Delta du Niger. Les transports se font de nuit dans de grandes pirogues. La corruption permet a tout le système de perdurer. Ceux qui ne traffiquent pas du pétrole rammassent du sable au fond des bras secondaires et chargent, pour un salaire de misère, des barges sans moteurs. L'importance du prélèvement de sable est telle qu'elle pose un problème en déséquilibrant les berges naturelles.
Dans la région du Delta les gens n'ont pas l'électricité, pas l'eau potable, bref c'est la misère et l'Etat comme Shell n'en ont rien à faire.

ami9327 | 14 août 2014 à 15h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand on voit les dégâts dans le delta du Niger on imagine ce qui pourrai se passer si Shell comme il en a l'intention commence a forer en arctique!!
Repeindre la banquise (ce qu'il en reste ) en noire, voila le prochain défi de Shell (et accessoirement de Légo le nouveau jeu de Shell pour les enfants)

lio | 15 août 2014 à 12h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager