Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Europe exporte plusieurs millions de véhicules d'occasion polluants sans véritable cadre

Entre 2015 et 2018, l'Europe a représenté la moitié des exportations de véhicules d'occasion vers les pays en développement. Des véhicules de « piètre qualité et polluants » exportés principalement vers l'Afrique, selon un rapport du Pnue.

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
L'Europe exporte plusieurs millions de véhicules d'occasion polluants sans véritable cadre

Le 26 octobre, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (Pnue) a publié un rapport qui alerte sur « les graves conséquences » de l'exportation de véhicules d'occasion « polluants » vers les pays en développement. Entre 2015 et 2018, l'Europe, les États-Unis et le Japon ont exporté au total près de 14 millions de véhicules légers d'occasion dans le monde. Au cours de cette période, les pays européens étaient les plus gros exportateurs avec 7,5 millions de véhicules, soit la moitié des exportations. Les Pays-Bas, par l'intermédiaire de leurs ports, sont l'un des exportateurs cités par le Pnue.

Ainsi, « des millions de voitures, fourgonnettes et minibus d'occasion de piètre qualité sont exportés depuis l'Europe, les États-Unis et le Japon vers les pays en développement », souligne le Pnue. Près de la moitié de ces exportations ont été effectuées vers les pays africains (40 %) au cours de la période étudiée, suivis par les pays d'Europe de l'Est (24 %), d'Asie-Pacifique (15 %), du Moyen-Orient (12 %) et d'Amérique latine (9 %).

 
Comme cela se produit en grande partie sans réglementation, cette exportation est devenue celle de véhicules polluants.  
Inger Andersen, Directrice exécutive du Pnue
 

Absence de normes et de réglementations efficaces

« Au fil des ans, les pays développés ont exporté de plus en plus de véhicules d'occasion vers les pays en développement. Comme cela se produit en grande partie sans réglementation, cette exportation est devenue celle de véhicules polluants », déplore Inger Andersen, Directrice exécutive du Pnue. « Cela contribue de manière significative à la pollution atmosphérique et entrave les efforts visant à atténuer les effets du changement climatique ».

Le Pnue appelle les pays développés à cesser d'exporter des véhicules « qui ne répondent pas aux critères des inspections environnementales et de sécurité et qui ne sont plus considérés comme étant en bon état de marche dans leur pays d'origine ». De même, l'agence onusienne exhorte les pays importateurs à introduire des normes « de qualité plus strictes » des véhicules. « L'absence de normes et de réglementations efficaces facilite le dumping de véhicules anciens, polluants et dangereux », dénonce Inger Andersen. Les véhicules d'occasion de mauvaise qualité entraînent également une augmentation du nombre d'accidents de la route.

Certains pays africains ont déjà mis en place des normes de « qualité minimale » pour les véhicules d'occasion, précise le Pnue. Il s'agit notamment du Maroc, de l'Algérie, de la Côte d'Ivoire, du Ghana et de l'île Maurice. Par exemple, le Maroc autorise uniquement l'importation de véhicules de moins de cinq ans et de ceux qui répondent à la norme européenne d'émissions Euro 4. Le Maroc « ne reçoit donc d'Europe que des véhicules d'occasion relativement perfectionnés et propres », met en avant le Pnue.

Le mois dernier, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a fixé des normes pour des carburants et des véhicules plus propres à compter de janvier 2021. Les membres de la Cedeao ont également encouragé l'introduction de limites d'ancienneté pour les véhicules d'occasion.

Réactions1 réaction à cet article

 

Depuis le début des années 90, pots catalythiques , injection généralisée c'est devenu un moindre mal.
On s'en contente bien.
Les dernières technologies ne prouvent strictement rien, j'ai loué une renault twingo il y a un an, consommation moyenne environ 8l aux 100 de super malgré le 3 cylindres turbo downsisé, toute petite voiture à comparer avec la Chevrolet à gpl injection qu'on m'a prètée 7 l aux 100 de gpl une vraie 5 places.
Ca me fait penser aussi à ma DB Panhard qui avait fait le Mans années 50 en course tournait à 9l aux 100. 5l en usage ordinaire.
On n'a pas progressé du tout en 60 ans et quelques.
Des poids monstrueux, scx de portes de garage, pneus énormes, suv à tous les étages pollution connait pas.
En électrique oui je suis tout à d'accord, est-ce adaptable aux pays du sud?
Faire le courant électrique avec le pétrole zéro bénéfice, bien sur certains ont des chutes d'eau géantes.courant gratuit.
Envoyer des voitures déjà équipées au gpl dans les pays producteurs de pétrole serait pas mal, j'ai lu qu'en Algérie le gpl coûtait 18 cmes le litre.

pemmore | 28 octobre 2020 à 10h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager