En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

95% de sources d'énergie renouvelable d'ici 2050, selon un rapport du WWF

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Après l'ONG Greenpeace, un rapport publié le 3 février par le WWF, souligne que les besoins mondiaux en énergie pourraient entièrement être couverts par les sources renouvelables (éolien, hydroélectricité, solaire...). d'ici à 2050.

Le WWF prévoit jusqu'à 95% d'EnR en 2050. L'association estime également possible de réaliser 4.000 milliards d'euros d'économies d'énergie par an d'ici cette échéance, via des investissements dans les énergies vertes et ''une réduction des coûts des carburants''.

Pour ce faire, l'ONG juge nécessaire que 95% de la consommation énergétique soit dirigée vers des énergies vertes, et non plus vers les énergies fossiles (le pétrole, le charbon et le gaz) ou le nucléaire. Le WWF chiffre entre 1 et 3,5 milliards d'euros par an les investissements dans les renouvelables et l'efficacité énergétique pendant 25 ans.

Le scénario du ''Rapport Energie'' prévoit d'ici 2050 une réduction de 80% des émissions mondiales de CO2 issues du secteur de l'énergie, ''ce qui permettrait de limiter de façon très probable l'augmentation moyenne de la température à 2°C et donc d'éviter le risque d'un changement climatique catastrophique''.

Le WWF considère ainsi qu'il est possible de réduire de 15% la demande mondiale d'énergie d'ici 2050 (par rapport à 2005). Le rapport formule aussi plusieurs recommandations. Parmi elles, figurent la limitation de l'utilisation des terres pour ''de la bioénergie (non-concurrence de l'agriculture nourricière) tout en permettant d'atteindre l'objectif de 100% de renouvelables'', l'usage de la biomasse dans les transports électrifiés et le secteur du chauffage, ''en s'assurant de leur durabilité environnementale et sociale''. Le WWF préconise aussi de diviser par deux la consommation de viande dans le pays riches, afin de réduire les émissions de méthane générées par les élevages de bétail, tout en augmentant d'un quart la consommation de produits carnés dans les pays pauvres. Autres préconisations : développer des plans d'action nationaux, bi- et multilatéraux pour promouvoir la R&D dans l'efficacité énergétique et les ENR, recycler ou encore favoriser des matériaux durables.

Réactions6 réactions à cet article

 

...n'importe quoi ...des devins ce WWF ....quels sont leurs intérêts pour dire des âneries pareilles ? nul ne sait ce donnera la recherche et les technologies de demain . En tous les cas c'est pas avec l'éolien qu'on va y arriver ! technologie la plus idiote et polluante qui soit qui ne respecte ni l'humain ni les oiseaux et en plus on sait même pas stocker l'énergie pour en lisser la distribution....dans 50 ans avec wwf on va surtout cailler , s'éclairer a la bougie et revenir au cheval ...mais attention ça pète ,,, méthane ! pas de ruminant SVP disent les bobo Parisiens. Ils sont tous favorables a l'éolien offshore !!! avec l'avion on trouvera tjs des lieux sans éoliennes pour les vacances !
Non tout cela est grave , c'est de la manipulation d'opinion public qui qui aguise l'appétit d'industriels sans scrupules et pollueurs et qui oblige le gouvernement a faire des choix irréfléchis , trop rapides et pollueurs ....gaspillage,gaspillage et toujours plus de pollution .

g . lamberto | 05 février 2011 à 08h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le WWF prend ses désirs vertueux pour des réalités prosaïques: comment peut-on espérer voir baisser la demande d'énergie alors que tous les pays émergents en consomment de plus en plus ?
La seule ressource dans ce domaine réside dans la maîtrise de la natalité.
Et ce ne sont pas les éoliennes qui sauveront la planète.
Peut-être l'énergie des mers ,si on veut bien s'en soucier davantage.

sirius | 06 février 2011 à 19h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

de la folie...
le phv que je connais bien ne relève même pas du développement durable, dans tous les cas de raccordement possible aux réseaux de distribution. L'amortissement (non niche fiscale) du phv se chiffre en siècles... on va continuer de développer des installations non dév. durable????...

DL | 07 février 2011 à 12h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le réchauffement climatique est une réalité, n'en déplaise au "climatosceptiques". Baisser les rejets de CO² de 80% ne ferait que limiter le réchauffement à +2°C, sinon: c'est +6°C !, soit une toute autre planète, que l'on ne connait pas (depuis l'age glaciare des mammouths, la terre n'a pris que +4C).
Savez vous qu'il suffirait de récupérer l'énergie solaire sur une surface de 100 x 200 km pour subvenir aux besoins de la planète?
Savez-vous qu'avec les "Smart grids" on pourra optimiser les échanges d'énergies à large échelle à défaut de pouvoiir la stocker?
Car si les températures dérapent dangereusement, il faudra bien se protéger, par exemple: envoyer dans l'espace un écran géant qui coutera des milliards, et tout cela pour retarder l'échéance...
...des EnR, et des négawats à outrance, car il n'y a aucune autre soluition viable sur le long terme.
Et quand il n'y a plus de pétrole, on fait quoi? on ressort les bougies ?

Paskalo | 10 février 2011 à 08h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce que dit le rapport WWF est connu depuis au moins 3 ou 4 ans, ce n'est ni une utopie ni une aberration économique, simplement le scénario le plus logique dans un monde parfait.

Seulement voila, le monde n'est pas parfait, ceux qui prennent les décisions préfèrent parler de relance massive du nucléaire, de développement intensif du charbon avec stockage de Co2 (qui est loin d'être au point), puisque les lobbys actuelles poussent dans ce sens.

Aucun dirigeant ne soumet de programme d'économie d'énergie, et probablement aucun n'a conscience de la crise énergétique et environnementale que nous commençons à traverser...

Fred | 10 février 2011 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la reduction de la consommation des energies fossiles est une très bonne chose. je souhaite qu'elle soit prise de façon systémique et globale en développant bien d'autres approches pour limiter le taux de co2 atmospherque. Pour cela il faut limiter la coupe abusive des forets pour le bois de chauffe et developper des source d'energies alternative dans les pays d'Afrique où la coupe du bois est plus une activité de survie. C'est bien de refléchir pour la reduction de la consommation des energies fossiles, mais il faudra orienter la recherche en Afrique en impliquant les chercheurs Africains de façon significative. Il important de savoir que les Africains ne perçoivent pas les phénomènes environnementaux comme les occidentaux. Si les prémiers agissent sur l'environnement sous l'effet de l'a pauvreté, les seconds par une surproduction et une surconsommation excessive. Il faudra aussi envisager une éducation de masse sur les enjeux afin de changer de comportement et d'être beaucoup plus solidaire entre nous sur la planète. il faut assister l'Afrique sur les plan techniques, finaciers et scientifique parce que l'Afrique doit jouer un très grand role dans l'avenir de la planète, elle ne doit pas être mise à l'écart.....

keita | 20 avril 2011 à 18h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager