En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nuisances aéroportuaires : l'Autorité de contrôle propose d'interdire les vols de nuit le samedi soir

L'autorité de lutte contre les nuisances aériennes propose des mesures fortes pour limiter le bruit nocturne. Par ailleurs, elle critique vivement la DGAC pour son opposition aux sanctions et sa faible prise en compte des enjeux environnementaux.

Transport  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Nuisances aéroportuaires : l'Autorité de contrôle propose d'interdire les vols de nuit le samedi soir

"L'Autorité recommande l'instauration d'une plage de repos la nuit de samedi à dimanche de 23 heures à 6 heures sur l'ensemble des plateformes". Telle est l'une des recommandations formulées par l'Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires (Acnusa) dans son rapport annuel 2012 publié dimanche 26 mai. Il s'agit là d'"une mesure qui pourrait sans trop de difficulté être mise en place", estime l'Acnusa.

Se basant sur les conclusions du groupe de travail "vols de nuit" dont elle est à l'initiative, l'Acnusa fait état d'"un constat d'échec relatif" puisqu'il n'a pas été possible de définir une méthode de travail et un calendrier pour mesurer l'impact d'hypothèses de travail. Malgré tout, l'Autorité propose des pistes d'action à partir de ce travail et soumet deux mesures actuellement à l'étude et quatre autres moins avancées. De même, l'autorité a demandé aux services de l'Etat de clarifier leurs intentions en matière de généralisation de certaines actions prises localement. Une demande qui sonne comme un rappel à l'ordre (voir encadré).

Quotas de bruit

Concernant les mesures actuellement en cours d'évaluation, l'Acnusa a tout d'abord demandé que la direction générale de l'aviation civile (DGAC) "étudie avant la fin 2013 les conditions de la mise en place de deux quotas de bruit spécifiques à la période nocturne". Le premier concernerait l'ensemble des avions de chaque plateforme suivie par l'Autorité et le second concernerait la flotte de chaque compagnie opérant sur une plateforme. De telles mesures étant déjà appliquées aux aéroports de Londres-Heathrow et d'Amsterdam-Schiphol, l'Acnusa espère que l'étude et les consultations en cours permettront de présenter des propositions concrètes dans son prochain rapport d'activité. L'Autorité a aussi demandé à la DGAC "d'étudier (…) l'opportunité et les conditions d'une mise en place d'une procédure d'atterrissage vent arrière". Cette étude vise en particulier les aéroports suivis par l'Acnusa et caractérisés par "une concentration plus importante des populations à l'une des extrémités des pistes".

Parmi les quatre mesures moins abouties figurent en particulier l'instauration d'une plage de repos la nuit de samedi à dimanche de 23 heures à 6 heures sur l'ensemble des aéroports français, une des mesures phares du rapport. Les trois autres recommandations concernent l'utilisation systématique de la modulation de la redevance aéroportuaire selon le niveau de bruit de l'aéronef (bonus-malus), la mise en œuvre, soit par la DGAC au niveau national, soit localement, de l'interdiction des atterrissages et décollages des avions légers et d'affaires de 23 heures à 6 heures, ainsi qu'une restriction du droit de décoller entre minuit et 5 heures 30 (pour les aéroports n'ayant pas mis en place de couvre-feu) pour les avions les plus bruyants.

 
La DGAC doit préciser ses intentions L'Acnusa demande à la DGAC de remettre avant la fin du premier semestre 2013 un rapport précisant quelles sont les intentions des pouvoirs publics en matière de lutte contre les nuisances sonores nocturnes. Une demande qui est assortie d'une critique voilée de l'inaction de l'Etat puisque l'Acnusa n'hésite pas à rappeler que "l'article R. 221-3 du code de l'aviation civile permet d'imposer, par arrêté ministériel, des restrictions d'exploitation sur [certains aérodromes], leur mise en œuvre dans un délai raisonnable ne devrait donc soulever aucune difficulté technique ou juridique".

La DGAC devra préciser le calendrier de la mise en application des actions relevant de la compétence des services de l'État et "les mesures autoritaires ou incitatives qu'elle entend mettre en œuvre" pour assurer la réalisation des mesures relevant des autorités aéroportuaires locales. Les mesures évoquées ici concernent avant tout l'élargissement au niveau national d'initiatives prises localement. "On peut prédire sans crainte d'être démenti que les mesures proposées paraîtront insupportables à certains et insuffisantes à d'autres", explique l'Acnusa, "mais il s'agit de mesures raisonnables".
 
La DGAC doit faire appliquer la règlementation environnementale

L'Acnusa étant chargée de faire respecter la réglementation environnementale sur les plateformes aéroportuaires, elle peut à ce titre infliger amendes et sanctions. En 2012 elle a recensé 319 manquements ayant donné lieu à des amendes pour un montant total de 2,7 millions d'euros.

Cependant, l'Autorité n'est pas satisfaite du travail de contrôle de la DGAC. "La situation est à ce point manifestement préoccupante que (…) le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) estimait, comme l'Acnusa avant lui, que la DGAC ne consacrait pas de moyens humains suffisants, notamment à l'instruction des dossiers, et que les considérations environnementales n'étaient que théoriquement prioritaires pour cette administration". Et le rapport de noter que les agents de la DGAC "s'entendent localement pour limiter le nombre de manquements relevés concernant le non-respect des trajectoires de moindre bruit". En conséquence, et sans surprise, l'Acnusa "demande à la DGAC que les manquements soient systématiquement relevés".

Doublement du plafond des amendes

Pour l'avenir, l'Acnusa rappelle qu'à partir du 1er janvier 2014, le plafond des amendes est relevé de 20.000 à 40.000 euros pour les manquements concernant les restrictions d'usage de certains avions en fonction de leurs émissions polluantes ou de leurs classification acoustique ainsi que pour les mesures de restriction des vols de nuit. Un relèvement qui a été difficile à obtenir rapporte l'Acnusa qui évoque, là encore, l'opposition de la DGAC.

"Lors des débats à l'assemblée nationale, le ministre s'était fait l'écho des analyses de la DGAC selon laquelle l'amende de 20.000 euros était déjà suffisamment dissuasive", explique l'Autorité, ajoutant que "le nombre de manquements relevés chaque année – et ils ne le sont pas tous ! – suffit à démontrer que le montant actuel de l'amende n'est pas dissuasif et que l'argument de la DGAC est fallacieux". Un argument d'autant plus fallacieux semble-t-il que la Cour des comptes avait elle aussi jugé que le montant des amendes était insuffisant.

A titre d'exemple, l'Acnusa explique que certaines compagnies préfèrent faire décoller leurs avions en infraction, notamment par rapport aux règles de décollage nocturne, plutôt que de prendre en charge l'hébergement des passagers, conformément à la réglementation européenne. "C'est précisément pour faire changer ce comportement que l'Autorité a demandé et obtenu que le montant du plafond des amendes soit réévalué", avance le rapport. Reste qu'à l'origine, l'Acnusa avait proposé une augmentation plus significative du montant de l'amende à 80.000 euros…

Réactions3 réactions à cet article

 

L'évolution dun aéroport entre sa création et sa disparition est marquée au début par une phase d'agrégation de constructions nouvellesà proximité. Passé une certaine densité de population les nuisances inhérentes a son activité deviennent insupportable a tout ceux qui se sont installés dans les parages. Cela se temine logiquement par la réduction d'activité puis la fermeture. Ceux qui étaient venus attirés par des activités liées à l'aéroport n'ont plus qu'a partir en éspérant retrouver le même travail dans le nouvel aéroport lointain.
C'est bien d'ailleurs pour ça qu'il ya quelques année une polémique a existé concernant le FUTUR aéroport Parisien qui devait être situé a une grande distance de Pariset que se disputaient divers élus locaux.

ami9327 | 28 mai 2013 à 18h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

dans un pays civilisé, l'Homme et l'animal sont prioritaire sur tout...
autrement dit les avions ne devraient faire aucun bruit OU NE JAMAIS PROVOQUER DE TAPAGE NOCTURNE... LE RESPECT DU SOMMEIL D AUTRUI DEVIENT LE DERNIER DES SOUCIS DANS UNE SOCIETE D ABRUTIS...OU RIEN NE COMPTE PLUS HORMIS LE FRIC... société de malades...

bertrand | 29 mai 2013 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

nous demandons la fermeture des aérodromes municipaux en ile de france

La ministre cherche des terrains actuellement , ceux ci sont gratuits car ils appartiennes à l'état

des nuisances supprimées en ile de france

charles | 29 mai 2013 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…