Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les gouvernements et les entreprises privilégient les combustibles fossiles au détriment de la santé

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet

« La très grande majorité des pays analysés continue d'affecter collectivement des centaines de milliards de dollars américains pour subventionner les énergies fossiles. Souvent, la somme totale finit par être comparable, ou même supérieure, au montant de leur budget total réservé à la santé. » C'est l'un des constats alarmistes du rapport 2022 de la revue médicale internationale The Lancet sur la santé et le changement climatique.

Le rapport annuel Lancet Countdown traite des effets du changement climatique sur la santé, surveillés à l'aide de 43 indicateurs. Il est publié en amont de la 27e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 27), en novembre, en Égypte. Or, les gouvernements et les entreprises « continuent de prioriser l'extraction et la consommation de combustibles fossiles, malgré les répercussions sur la santé de plus en plus graves du changement climatique », alerte le rapport.

Soixante-neuf gouvernements sur les quatre-vingt-six analysés dans ce rapport subventionnent les combustibles fossiles, pour un total net de 400 milliards de dollars américains en 2019 (en prenant en compte la contribution des instruments de tarification du carbone et les subventions pour les combustibles fossiles). « Ces subventions représentaient plus de 10 % des dépenses de santé nationales dans 31 des pays, et plus de 100 % dans cinq pays », constatent les auteurs. De même, les stratégies actuelles de 15 des plus grandes compagnies pétrolières et gazières mondiales déboucheront « sur une production de gaz à effet de serre qui dépassera leur part d'émissions compatible avec un réchauffement de 1,5° C : de 37 % en 2030 et 103 % en 2040 », ajoutent-ils.

Pour Marina Romanello, directrice exécutive du Lancet Countdown, « des mesures immédiates pourraient encore sauver des millions de vies, par le biais d'une transition rapide vers l'énergie propre et l'efficacité énergétique. L'accélération de l'action pour le climat engendrerait des effets positifs en cascade, grâce à des systèmes de santé, d'alimentation et d'énergie plus résistants. Face aux bouleversements mondiaux, les gouvernements et entreprises ont la possibilité de placer la santé au centre d'une réponse harmonieuse aux crises concomitantes, et ainsi assurer un avenir sûr et sain pour tout le monde. »

Réactions1 réaction à cet article

 

Avez-vous pensé à analyser les conséquences de ce que vous avancez dans votre article ?
Faut-il vraiment cesser tout soutien aux énergies au risque de faire s'effondrer le réseau électrique et de provoquer des pénuries énergétiques empêchant une vie décente au plan sanitaire (plus de chauffage, coupures d'électricité, etc.) ?
Est-ce vraiment une atteinte à la santé publique que de maintenir un réseau électrique stable et sans délestages imprévisibles ?
Est-ce vraiment intelligent de fragiliser sciemment l'équilibre d'un réseau électrique assurant le fonctionnement d'une société complexe ?
Quand on pense aux conséquences d'un "simple" black out à New York avec les milliers de morts et les destructions causées par l'anarchie qui en a résulté, on comprend la prudence des méchants états qui font rien qu'à faire ce que les écolos ne veulent pas (et heureusement pour nous !).
Voilà un bon exemple d'application du principe de précaution !
Allez, courage à tous !

Albatros | 27 octobre 2022 à 19h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]