Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La Cour des comptes européenne s'inquiète de l'augmentation de la production de déchets dangereux

La production européenne de déchets dangereux progresse plus vite que la croissance et alimente de nombreux trafics. La Cour des comptes estime qu'il faudrait harmoniser les législations et renforcer la traçabilité pour lutter contre les fraudes.

Déchets  |    |  Philippe Collet
La Cour des comptes européenne s'inquiète de l'augmentation de la production de déchets dangereux

La production européenne de déchets dangereux « ne cesse d'augmenter depuis 2004 », déplore la Cour des comptes européenne dans un rapport d'analyse publié ce lundi 16 janvier. « L'Union européenne (UE) doit se saisir du problème », avertit l'institution, qui estime que cette production croissante pose des « défis » en termes de classification, de traçabilité et de recyclage. Surtout, ces déchets font l'objet d'un trafic lucratif et peu risqué.

La production de déchets dangereux découplée de la croissance

Depuis 1991, l'UE a fait de la prévention des déchets une priorité. Mais, malgré les politiques publiques spéciales, la production de déchets dangereux continue de croître. La Cour note que cette production est passée de 80,8 à 101,7 millions de tonnes sur la période 2004 à 2018 (les données de l'année 2020 sont provisoires et marquées par le Covid). Cette progression de 26 % est supérieure à la croissance européenne cumulée sur la même période (20 %) et surtout à l'augmentation de la production globale de déchets (4 %). La Cour considère que ce découplage (lié en partie à la hausse de la consommation et à l'accélération technologique) devrait persister et engendrer de nouvelles hausses des volumes de déchets dangereux.

 
Les déchets dangereux sont classés différemment d'un État membre à l'autre  
Cour des comptes européenne
 
L'industrie, notamment la métallurgie, le traitement de l'eau et des déchets, la construction et les industries extractives représentent 75 % des volumes produits. La production des ménages (moins de 4 % de l'ensemble) reste cantonnée à certains déchets dangereux, comme les appareils électroniques, certains produits d'entretien, les piles usagées ou les médicaments. Environ 57 % des déchets dangereux sont des déchets solides et minéraux, les déchets chimiques et médicaux suivent ensuite, avec une part d'un peu plus de 26 %.

La Cour note aussi que plus de la moitié des déchets dangereux de l'UE sont éliminés, plutôt que recyclés ou valorisés énergétiquement. Plus précisément, 34 % sont recyclés. Pourtant, plusieurs catégories de déchets classés comme dangereux se recyclent : les véhicules hors d'usage (VHU), certains déchets chimiques (70 % des solvants peuvent être régénérés) ou encore les déchets électriques et électroniques.

Des trafics peu détectés et peu sanctionnés

Surtout, « face à la charge administrative et aux surcoûts engendrés, les opérateurs économiques peuvent (…) préférer ne pas déclarer leurs déchets comme dangereux, mais s'en débarrasser illégalement », constate la Cour. Le rapport cite notamment un coût médiant de gestion des déchets dangereux de 238 euros la tonne, contre un coût de 63 euros pour les déchets non dangereux. L'élimination illégale de déchets dangereux est donc devenue « une pratique répandue en matière de trafic illégal de déchets ». Ces déchets peuvent être déversés dans des sites autorisés en dehors des normes légales, ou abandonnés dans des chantiers de construction ou des champs agricoles, ou encore déversés dans des sites non autorisés ou dans des carrières.

Concrètement, certains déchets dangereux ne sont pas déclarés comme tel. Par exemple, Bruxelles estime qu'en 2017 3,8 millions de véhicules en fin de vie « ont disparu du marché légal », composé de 6,6 millions de VHU convenablement traités et de 0,9 millions officiellement exportés. La Cour note aussi que, faute d'une traçabilité convenable, il existe un écart de 21 % entre les déclarations des quantités de déchets dangereux générés et les déclarations des quantités traitées.

Globalement, elle estime que ces trafics génèrent des recettes annuelles comprises entre 1,5 et 1,8 milliard d'euros. Et « il est rare que ces pratiques soient détectées et qu'elles donnent lieu à des enquêtes, puis à des poursuites, et les sanctions sont légères », ajoute la Cour.

Harmoniser et tracer pour fermer la porte aux trafics

Pour y remédier, la priorité doit être accordée à l'amélioration de la classification et de la traçabilité des déchets. Le hic : « les déchets dangereux sont classés différemment d'un État membre à l'autre », regrette la Cour des comptes, qui recommande à la Commission européenne d'intensifier ses efforts pour harmoniser la législation applicable dans l'UE. En outre, la Cour souhaiterait aussi que les registres électroniques nationaux sur les déchets dangereux soient compatibles avec le futur registre européen sur les transferts de déchets, afin d'améliorer la traçabilité. Ces deux mesures permettraient de « fermer des portes au trafic ».

De la même manière, le rapport est favorable à l'interdiction d'exportation des déchets destinés à être éliminés. Cette mesure, proposée par la Commission en 2021, « pourrait mettre un frein supplémentaire au trafic de déchets dangereux ».

Quant au recyclage des déchets dangereux, il est considéré comme la solution idéale. Mais la Cour rappelle que cette solution « se heurte à des obstacles techniques et au manque de débouchés commerciaux ». Pourtant, l'amélioration de la gestion de certains de ces déchets pourrait représenter un atout pour l'Europe. Et de citer l'exemple de la récupération des matières premières critiques dans les déchets électroniques.

Réactions2 réactions à cet article

 

et on ne parle pas des déchets du nucléaire!

Boulard | 17 janvier 2023 à 18h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La Cour des comptes européenne fait là œuvre salutaire. Mais comment et par qui sera-t-elle entendue et suivie dans son analyse d'une situation très préoccupante. De quels moyens dispose-t-elle pour contraindre les États membres de l'UE ?
@ Boulard : mais chut voyons, ne venez pas jouer le rabat-joie alors que l'industrie tricolore du nucléaire, malgré toutes les casseroles irradiées qu'elle traîne, est en plein liesse grâce à un président de la République sourd, aveugle et borné qui lui ouvre grand le tiroir-caisse de l'Etat ! En cas de gros pépin, il pourra toujours chercher à enfumer le citoyen avec un "qui aurait pu prévoir ?" de sa façon...

Pégase | 18 janvier 2023 à 08h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

BioDECONDITIONNEUR™ de rebuts alimentaires emballés Paddle Depacker MAVITEC Green Energy
XPERT : tri innovant des métaux et déchets électroniques Pellenc ST