Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Déploiement de la 5G : un impact carbone « significatif » selon le Haut conseil pour le climat

Selon l'intensité de son déploiement en France, la 5G pourrait ajouter entre 2,7 et 6,7 millions de tonnes équivalent carbone dans l'atmosphère à l'horizon 2030, du fait des émissions importées, estime le Haut conseil pour le climat.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Déploiement de la 5G : un impact carbone « significatif » selon le Haut conseil pour le climat

À la demande du président du Sénat qui l'a saisi en mars dernier, le Haut conseil pour le climat (HCC) a publié, ce vendredi 18 décembre, un rapport inédit sur l'évaluation de l'impact environnemental de la 5G en cours de déploiement en France.

En octobre dernier, le Gouvernement n'a pas attendu les évaluations environnementales préalables pour mettre aux enchères et attribuer de nouvelles fréquences 5G (bandes autour de 3,5 GHz). L'attribution des prochaines bandes de fréquences (autour de 26 GHz) est aussi prévue.

Le rapport du HCC présente ainsi pour la première fois une analyse détaillée de l'impact carbone du déploiement de cette nouvelle technologie mobile. Il complète les chiffres publiés par la mission d'information sénatoriale sur l'impact environnemental du numérique.

Vers une hausse des émissions carbone induites

La 5G est « susceptible d'augmenter significativement » les émissions carbone « à la fois sur notre territoire mais aussi à l'étranger via les importations de biens électroniques et de l'utilisation de centre de données à l'étranger », a résumé Corinne Le Quéré, présidente du HCC, devant la presse. Les risques de hausse des émissions sont « dus à un renouvellement plus rapide des terminaux comme les smarts phone, à l'émergence de nouveaux terminaux comme les objets connectés mais aussi à l'extension de l'infrastructure numérique avec davantage d'antennes, de centres de données. Et tous ces objet émettent des gaz à effet de serre au moment de leur fabrication et lors de leurs usages » explique Mme Le Quéré.

En l'état actuel du cahier des charges de l'Arcep, le régulateur des télécoms, l'impact carbone de la 5G déployée en France, pourrait ajouter entre 2,7 et 6,7 millions de tonnes équivalent carbone (Mt éqCO2) dans l'atmosphère à l'horizon 2030, estime le HCC. « L'ordre de grandeur agrégé des émissions occasionnées est significatif comparativement à l'empreinte carbone du numérique, qui s'élève à environ 15,1 Mt éqCO2 en 2020 », précise-t-il dans son rapport.

Les trois quarts des émissions de la 5G estimées en 2030 proviennent des émissions issues de la production des appareils qui nous permettent d'utiliser cette 5G « « plutôt que l'utilisation de la 5G elle-même bien qu'elle est tout de même significative », ajoute Corinne Le Quéré (voir encadré). La majeure partie de ces émissions supplémentaires est issue des émissions importées par la France (1,8 Mt éqCO2 à 4,6 Mt éqCO2) et le reste de l'augmentation de l'utilisation de l'électricité dans l'Hexagone (0,8 Mt éqCO2 à 2,1 Mt éqCO2), analyse le Haut conseil. La consommation d'électricité additionnelle est ainsi estimée entre 17 et 40 térawattheures (TWh) à l'horizon 2030. Soit entre 6 % et 13 % de la consommation finale d'électricité du résidentiel et du tertiaire en 2019 (301 TWh en 2019).

   
L'impact carbone de la 5G par postes d'émissions en 2030 (évaluation haute) © Haut conseil pour le climat
 
   

Concernant les usages induits, si certains peuvent aider à réduire les émissions comme le télétravail nomade, d'autres usages peuvent au contraire augmenter les émissions. « Les effets rebonds sont en particulier à craindre. Ils apparaissent quand l'amélioration de l'efficacité énergétique conduit à la fin à une hausse de la consommation », prévient Mme Le Quéré.

Le déploiement de la 5G peut en effet induire des émissions directes (construction et déploiement des infrastructures) ou indirectes par effet rebond (mise à disposition de nouvelles infrastructures, terminaux et services pour les usages de la 5G, qui génèrent des émissions de GES pour leur fabrication et leur utilisation), explique le rapport.

Déployer la 5G en cohérence avec la SNBC

 
L'incertitude est très forte quant à ce qu'il résultera de la 5G. Il faut anticiper dès maintenant les risques qui sont associés au regard de la trajectoire vers la neutralité carbone.  
Corinne Le Quéré, présidente du HCC
 
Le HCC formule plusieurs recommandations pour que le déploiement de la 5G  se fasse selon les objectifs climatiques fixés dans la stratégie nationale bas carbone (SNBC). « L'incertitude est très forte quant à ce qu'il résultera de la 5G. Il faut anticiper dès maintenant les risques qui sont associés au regard de la trajectoire vers la neutralité carbone », souligne Mme Le Quéré.

Pour agir sur les émissions importées liées à la 5G, le HCC préconise d'intégrer à la feuille de route sur l'impact environnemental du numérique qui est en préparation, « une stratégie de réduction des émissions importées liées au numérique assortie d'objectifs quantifiés ». De même, l'accroissement de la demande d'électricité à l'origine des émissions, pourrait aussi être maîtrisée au travers « de deux mécanismes », recommande le Haut conseil.

D'une part, des normes de consommation énergétique, en phase d'utilisation pour les terminaux et les équipements de l'infrastructure de réseau, pourraient être mises en place au niveau du marché européen. D'autre part, en France, l'Arcep pourrait être mandatée par le Gouvernement pour fixer des objectifs contractuels pour les opérateurs. « Ces objectifs reposeraient sur des indicateurs couvrant l'ensemble des dimensions de l'empreinte carbone de la 5G (infrastructures et modalités de mise à disposition des terminaux fournis à leurs clients). Ces conditions devraient être posées préalablement au cahier des charges des fréquences restant à attribuer, mais pourraient aussi faire l'objet d'une renégociation des modalités d'utilisation des fréquences déjà̀ attribuées, à l'image du « New deal mobile » pour la 4G », estime le HCC.

Réactions8 réactions à cet article

 

Depuis sa création, le HCC émet régulièrement des rapports qui disent tous la même chose : la politique du gouvernement actuel ne va pas du tout dans le sens d'une diminution de notre impact carbone. Et le gouvernement n'en tient aucun compte. Combien de temps encore vont-ils supporter de crier dans le désert ?

dmg | 21 décembre 2020 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

on doit parler en terme de pollution et pas de carbone, ou alors uniquement du CO2 urbain !
ce n'est pas la 5G qui vous tuera mais l'air vicié et pollué des villes ! fuyez les villes avant de tomber malade ...

laurent | 21 décembre 2020 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

art interessant

pangi | 21 décembre 2020 à 10h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le cas abusif du déploiement de cette technologie et son caractère obligatoire. Les opérateurs téléphoniques et les constructeurs de terminaux compatibles n'attendent que de pouvoir commercialiser de nouveaux produits à vendre là où on alerte que ce n'est pas ce qui est demandé. Nous ne voulons pas de la nouvelle technologie le plus rapidement possible, nous l'accepterons dans la mesure où son gain d'utilité publique est fort. En l'occurrence ce n'est pas le cas. Et ce n'est pas pour rien que ceux demandant moratoires et étude d'impact sur les volets sanitaires et environnementaux sont traités d' "Amish".
Quand reprendrons-nous les rennes pour dire non à la consommation inutile et oui aux réponses environnementales que nous devons faire?

DgRox | 21 décembre 2020 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Alors que les promoteurs de cette nouvelle technologie ont assuré main sur le cœur (à moins que ce fut sur le portefeuille...) devant les parlementaires, qui se sont "naïvement" empressés de les croire, qu'elle fera tout au contraire baisser les émissions... Dernier et patent exemple d'éco-blanchiment aux conséquences environnementales et sur la santé à venir incalculables !
Mais comme l'immense majorité de nos contemporains ne sont pas des amish et ont toujours plus de photos ou de vidéos de leurs life indispensables à poster sur le cloud et que le grossissement des flux de données est d'emblée considéré comme de la compétitivité, aucune chance que la question environnementale soit prise en compte.
Notre société Titanic continue imperturbablement sa funeste route. Jusqu'à présent, l'orchestre joue à plein sur le pont supérieur alors tout va bien, n'est-ce pas ?!

Pégase | 21 décembre 2020 à 12h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est pas bien la 5G, il faut tout arrêter. Voilà.
C'était bien mieux avant.

Albatros | 21 décembre 2020 à 15h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a tout de même une chose, on peut imposer aux fournisseurs internet de disposer quand c'est possible et en général ça l'est une alimentation par panneaux solaires.
Dire que le co2 utilisé pour fabriquer des trucs, la seule question à se poser c'est recyclable ou pas? en général ça l'est, terres rares, or argent .
On doit affiner le pourcentage de récup des métaux.
Pour nous en campagne avec ni la fibre ni la 4g, alors la 5g et sa portée ridicule ne nous concerne pas.

pemmore | 21 décembre 2020 à 20h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais quand est-ce que nos politiques écouteront les experts !!! La 5G pose des problèmes environnementaux graves ainsi que de sécurité de données personnelles ... Pourquoi ne pas continuer de développer la 4 G et supprimer les zones blanches ET ARRETER la 5 G ... J'ai l'impression que l'on marche sur la tête ... Je vous recommande vivement de participer à la "fresque numérique " ... cela vous permettra de bien comprendre d'ou viennent les impacts ainsi que tous les différents systèmes en jeu.
Ce n'est pas l'alimentation des appareils qui posent problème mais leur fabrication et le taux de recyclage faible en raison de la multitude des matériaux utilisés et des matériaux rares extraits souvent pas des enfants dans les pays du sud ...

EHB | 05 janvier 2021 à 18h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Droit de l'énergie : votre conseil à distance et à l'international Energie-legal