En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le bilan carbone de la France plombé par ses importations

Les émissions de CO2 françaises liées aux importations font augmenter le bilan carbone de l'économie du pays, indique l'Insee dans un rapport du 17 juin. L'institut s'intéresse aussi aux émissions des ménages, proportionnelles à leurs revenus.

Gouvernance  |    |  Victor Roux-Goeken  |  Actu-Environnement.com
   
Le bilan carbone de la France plombé par ses importations
   
Les émissions françaises de CO2 liées à l'activité économique se sont élevées à un peu plus de 400 millions de tonnes en 2005, soit 6,7 tonnes par an et par habitant. Cela représente 1,3% des émissions mondiales (32 milliards de tonnes), pour un pays dont la population représente 1% de la population mondiale et l'économie 3% du PIB mondial. C'est ce qu'indique l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans son édition 2010 de ''l'économie française'', parue jeudi 17 juin.

Toutefois, une fois prises en compte les émissions de CO2 produites à l'étranger pour la demande finale intérieure française, les émissions françaises se sont élevées à près de 550 millions de tonnes en 2005, soit 9 tonnes par an et par habitant. Le volume de ces émissions françaises ''produites à l'étranger'' dépasse de 20% les émissions de l'appareil productif national !

Selon l'Insee, ''les trois quarts de ces émissions sont induites par les dépenses de consommation des ménages, principalement sur les postes du logement, du transport et de
l'alimentation ; 10 % sont induites par les dépenses de consommation des administrations publiques et 15 % par l'investissement''
.

Si logement, alimentation et transport représentent 57% des dépenses des ménages, ces trois postent représentent 78% des émissions de CO2. ''Ce résultat n'a rien de surprenant, écrit l'Insee, puisque les ménages consacrent l'essentiel de l'énergie qu'ils achètent directement à se chauffer (fioul, gaz, électricité) et à se déplacer (carburant)''.

Sans surprise, plus un ménage est riche, plus il émet de CO2. ''Les 20 % des ménages les plus aisés induisent, via leurs achats, 29 % des émissions de CO2, alors que les 20% les plus modestes n'en induisent que 11%''.

Enfin, plus les membres d'un ménage sont nombreux, plus la quantité de CO2 par personne liée à la consommation a tendance à décroître : les personnes célibataires induisent en moyenne 8,6 tonnes de CO2 par an, contre 4,1 tonnes pour les personnes vivant au sein d'une famille nombreuse.

Réactions2 réactions à cet article

 
regard critique sur les chiffres

A Victor Roux-Goeken

Bonjour,

Vous auriez pu aussi faire le lien avec un autre article de votre collègue Rachida Boughriet, sur le rapport sur l'état de l'environnement en France :
https://www.actu-environnement.com/ae/news/soes-bilan-environnement-rapport-france-2010-10391.php4

Ce rapport aborde, entre autres, la question des émissions de GES (voir échanges en bas d'article, sujet "comptabilisation des émissions"), et montre :
- qu'il faut toujours bien préciser si on parle en CO2 seul(le cas présent) ou pour tous les GES (transformés en teq CO2) ce qui augmente quand même le ratio/hab de 50%...
- que si en plus, on intègre dans le calcul du ratio toutes les activités économiques du territoire, y compris celles pour l'exportation, alors on passe de 8,7 à 16,3 tep CO2/hab (il suffit de prendre la peine de faire le calcul sur la base des données du SOeS)..

Et du coup, il n'y a plus lieu de faire cocorico en disant qu'on produit "seulement" 1,3 % des émissions pour 3% du PIB mondial.

Bonne journée

nini | 22 juin 2010 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Comptabilisation consommateur indispensable

Je suis parfaitement d'accord avec le commentaire de nini.
Le titre de l'article est étonnant: le bilan carbone de la France PLOMBE par ses importations!
c'est bien grace à ces importations qu'on communique partoutr que la france est le bon élève de Kyoto en réduisant nos émissions.
Cette réduction s'explique non par un changement de nos comprtements ou de nos technologies mais par le fait que depuis 1990 nous avons externalisé (en Chine principalement) la production de beaucoup de bien de consommation que nous importons maintenant et QUI NE SONT PAS COMPTABILISES avec les regles Kyoto.
Le titre devrait plutot etre: Contrairement à ce qsu'on raconte, les émissions de CO2 des consommateurs Français continuent à augmenter!
Je vais lire de plus pret l'article de l'INSEE, car il est important d'arriver à mesurer ce qui compte vraiment: les émissions de CO2, et des autres ges, liées à notre consommation, car c'est le consommateur qui doit en priorité changer son comportement si on veut atteindre facteur 4
(Y de Boer vient de le declarer aussi aujourd'hui, cf site du Guardian)

taca | 23 juin 2010 à 18h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager