Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Mettre fin aux subventions publiques dommageables à la nature est pourvoyeur d'emplois, selon le WWF

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Supprimer les 500 milliards de dollars de subventions publiques mondiales dépensées chaque année pour des activités « dommageables à la nature » permettrait de créer près de 39 millions d'emplois « verts » par an. Tels sont les chiffres clés issus d'un dernier rapport publié le 19 août par l'ONG WWF. Son étude quantifie le nombre d'emplois générés par secteur si ces subventions annuelles allouées par les gouvernements étaient affectées vers des activités « favorables à la biodiversité » : agriculture et alimentation, pêche et sylviculture, économie circulaire et infrastructures durables.

   
Le nombre d'emplois créés par secteur par an favorables à la biodiversité (WWF) © WWF
 
   

Le WWF lance un appel aux décideurs qui se réuniront, à compter du 3 septembre, au Congrès mondial de la nature de l'UICN à Marseille. « Nous assistons aujourd'hui à un effondrement catastrophique de la nature lié à nos modes de production et de consommation insoutenables. La France qui accueillera le Congrès mondial pour la nature début septembre doit montrer la voie. À cette occasion, nous appelons le Premier ministre Jean Castex à annoncer la sortie des subventions dommageables à la nature dès le projet de loi de finances pour 2022 », a déclaré Pierre Cannet, directeur du plaidoyer au WWF France.

« Non seulement la réaffectation de ces dépenses vers des pratiques durables contribuerait à réduire l'impact sur la biodiversité, mais elle nous aiderait également à faire la transition vers une économie positive pour la nature, et à réformer notre modèle actuel de production et de consommation non durable », a aussi souligné Marco Lambertini, directeur général du WWF International.

Les recommandations issues du Congrès mondial de la nature doivent contribuer à la définition des nouveaux objectifs en faveur de la biodiversité à horizon 2030 qui seront adoptés lors de la 15e conférence internationale des parties à la convention sur la diversité biologique (COP 15). La conférence onusienne aura finalement lieu en deux temps : d'abord en ligne du 11 au 15 octobre 2021, puis à Kunming en Chine du 25 avril au 8 mai 2022.

Réactions4 réactions à cet article

 

On pourrait avoir une idée de la qualité des emplois verts en agriculture ?
Sachant qu'il y a deux ans, le nombre de volontaires pour aller aux champs a été dérisoire...
S'agit-il d'envoyer les ingénieurs de chez Dassault sarcler les fraises bio façon révolution culturelle chinoise des années 1960 ?
Des vrais magiciens, ces gens du WWF : YAKAFOKON
Au début, ça paraît sympathique mais quand on approfondit, surtout quand on connaît l'origine historique du WWF et ses agissements envers les Pygmées...
Allez, courage à ceux qui produisent de leur mieux (et pas que des études fumeuses).

Albatros | 24 août 2021 à 12h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans un document dont le WWF est cosignataire, on peut y lire :
"Ecologiquement, la montagne n’a pas besoin de moutons Les éleveurs ont besoin d’alpages, mais l’inverse n’est pas vrai. L’idée que le bétail serait utile pour " entretenir " la montagne renvoie à une image symbolique de celle-ci, mais ne correspond à aucune réalité biologique ou écologique.
Pourtant : Le rapport du P.N.U.E : vante: « le pastoralisme - la production extensive de bétail dans les pâturages - offre d'énormes avantages à l'humanité et devrait être considéré comme un élément majeur de la transition mondiale vers une économie verte »/…./
Constate que : « le pastoralisme durable dans les écosystèmes de grands pâturages libres / …/ préserve la fertilité des terres et le carbone présent dans sol, et contribue à la régulation de l'eau et à la conservation de la biodiversité. Les autres avantages qu'il présente se trouvent sous la forme de produits alimentaires de grande valeur.

ouragan | 24 août 2021 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas compris: subventionner des activités dommageables à la nature, faudrait montrer des exemples, les entreprises n'ont pas gesoin d'aides pour détruire, c'est plutôt elles qui aident les décideurs à choisir exemple mettre un hyper ici et je crée 350 emplois venant de votre vile.

pemmore | 24 août 2021 à 15h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« Les peuples autochtones et Survival affirment depuis des décennies que la “conservation-forteresse” poussée par les grandes organisations de conservation de la nature comme le WWF et la Wildlife Conservation Society (WCS) est désastreuse, tant pour la nature que pour les peuples autochtones. Une note d'orientation de l'expert de l’ONU sur les droits de l'homme et l'environnement dit la même chose, haut et fort. Il est plus que temps pour ces organisations et ces gouvernements d'abandonner leur modèle qui a échoué et qui est raciste et colonial, et de placer les droits humains et les peuples autochtones au cœur de la conservation et de la lutte contre le changement climatique. »

ouragan | 25 août 2021 à 23h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France