Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les cultures OGM reculent en Europe

Si la superficie des cultures OGM s'est encore accrue dans le monde en 2009 mais à un rythme moins soutenu, elle a diminué en Europe pour chuter à 94.750 ha l'an dernier, après les différents moratoires décrétés sur le MON810 en UE. Analyses.

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
   
Les cultures OGM  reculent en Europe
© Nicknacks
   
L'International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications (Isaaa), organisme de promotion des OGM dans les pays du Sud, a publié le 23 février son rapport annuel. Favorable aux organismes génétiquement modifiés, cet organisme d'aide à la diffusion des biotechnologies, compte parmi ses contributeurs les grands groupes spécialisés tels que Monsanto et Syngenta.

Selon son dernier rapport*, les surfaces cultivées avec des organismes génétiquement modifiés (OGM) ont représenté 134 millions d'hectares dans le monde en 2009, soit une hausse de 7% par rapport à 2008 (125 millions d'hectares). Mais cette croissance est moins soutenue que les années précédentes. Ces OGM (soja, maïs, coton, colza) ont été cultivés par 14 millions d'agriculteurs dans 25 pays du monde. 90 % des exploitants se trouvent dans des pays en voie de développement, selon l'Isaaa.

Parmi les 8 principaux pays producteurs figurent les États-Unis (64 millions ha), le Brésil (21,4 millions ha), l'Argentine (21,3 millions ha), l'Inde (8,4 millions ha), le Canada (8,2 millions ha), la Chine (3,7 millions ha), le Paraguay (2,2 millions ha) et l'Afrique du Sud (2,1 millions ha). Viennent ensuite l'Uruguay, la Bolivie, les Philippines, l'Australie, le Burkina Faso, l'Espagne, le Mexique, le Chili, la Colombie, le Honduras, la République tchèque, le Portugal, la Roumanie, la Pologne, le Costa Rica, l'Égypte et enfin la Slovaquie.

Si le Brésil a dépassé l'Argentine comme deuxième plus grand producteur de cultures biotechnologiques au monde, le Costa Rica s'est pour la première fois mis à exporter en 2009 des variétés de graines transgéniques et le Japon a commencé la commercialisation d'une rose bleue biotechnologique. Le Burkina Faso a également vu ses surfaces cultivées en coton Bt ''exploser'', passant, selon l'Isaaa, de 8.500 hectares à 115.000 hectares.

Le continent américain à l'avant-poste

Alors que le continent américain regroupe 89% de toutes les surfaces d'OGM, elles ont diminué en Europe, passant de 107.719 hectares en 2008 à 94.750 hectares en 2009, souligne l'organisme. La raison : l'Allemagne a suspendu en avril dernier la culture du maïs génétiquement modifié MON810 de Monsanto, seul OGM autorisé dans l'Union européenne. Si selon l'Isaaa, l'Espagne a cultivé 80 % de la totalité du maïs biotechnologique en UE en 2009, l'Allemagne avait en effet rejoint l'an dernier la Hongrie, l'Autriche, la Grèce, la France et le Luxembourg qui ont choisi d'activer la clause de sauvegarde sur les cultures OGM au nom du principe de précaution.

Les organisations environnementales Greenpeace et la Fédération Internationale des Amis de la Terre (FoEI), dans un nouveau rapport, ont également observé ce recul des cultures de plantes génétiquement modifiées dans l'UE. Ainsi, les surfaces consacrées à la culture du MON 810 ont reculé de 11%, passant de 106.737 hectares en 2008 à 94.749 ha en 2009, confirment les deux organisations. Pour elles, la décision de l'Allemagne, aux côtés de cinq autres pays européens, de ne plus autoriser la culture de cet OGM ''a porté un dur coup au semencier américain''.

Six pays cultivent encore ce maïs OGM en Europe : l'Espagne (76.000 hectares contre 79.000 en 2008), le Portugal (5.000 ha, contre 4.000), la République Tchèque (6.480 ha contre 8.000 ha), la Roumanie (3.000 ha contre 6.000 ha), la Pologne (3.000 ha) et la Slovaquie (875 ha contre 1.900 ha), détaillent Les Amis de la Terre dans son rapport intitulé ''A qui profite les plantes OGM ?'', publié chaque année dans le même temps que celui de l'Isaaa.

Contradictions

Pour l'Isaaa, les biotechnologies végétales restent ''une clé pour l'autosuffisance alimentaire et la prospérité des pays en voie de développement''. L'organisme espère passer à 20 millions d'agriculteurs et 200 millions d'hectares cultivés d'ici 2015. A l'inverse pour les Amis de la Terre, ''les OGM ne sont pas le succès annoncé''. Présentés ''comme une solution contre le réchauffement du climat et contre la famine'', ''plus de 99 % des OGM sont cultivés pour l'alimentation du bétail et pour produire des agrocarburants pour les pays riches, pas pour nourrir les pauvres'', souligne l'organisation écologiste, après 14 ans de commercialisation des organismes transgéniques.

De son côté, l'Isaaa se félicite de la décision prise en novembre dernier par la Chine d'autoriser les essais de riz et de maïs résistants aux insectes vue ''comme une des avancées les plus importantes''. ''Ces autorisations peuvent avoir des implications énormes pour l'adoption de futures cultures biotechnologiques en Chine, en Asie et à travers le monde'', estime l'organisme. ''Le riz Bt a le potentiel d'accroître les rendements de 8%, de diminuer l'usage des pesticides de 80% (17kg/ha) et de générer des bénéfices annuels de 4 milliards de dollars'', en Chine qui ''souffre de pertes importantes dues à un ravageur du riz (insecte foreur)'', explique-t-il. ''La Chine, chef de file dans l'approbation des cultures biotechnologiques de riz et du maïs, jouera vraisemblablement un rôle leader et influera sur l'acceptation et la vitesse de l'adoption de cultures alimentaires biotechnologiques pour les hommes et pour les animaux à travers l'Asie et dans le monde entier'', a déclaré Clive James, président et fondateur de l'Isaaa.

Mais pour les Amis de la Terre qui contestent ces déclarations, ''les OGM pourraient en réalité augmenter les émissions de gaz à effet de serre, tout en échouant à nourrir le monde, (…) responsables de l'explosion des volumes de pesticides utilisés aux États-Unis et en Amérique du Sud, et donc de la consommation de combustible fossile''. Selon l'ONG, au Brésil, l'utilisation de pesticide a été multipliée par 5 entre 1995 et 2005 tandis qu'aux Etats-Unis, le plus grand utilisateur, les cultures OGM ont ''exigé plus de 26 % de pesticides en plus par hectare que les variétés conventionnelles en 2008''. L'association estime que la culture de soja GM pour alimenter l'élevage industriel contribue également ''à la déforestation en Amérique du Sud, ce qui a un impact dramatique sur le climat et les populations locales''. En Argentine, plus de deux cent mille hectares de forêt primaire disparaîtraient chaque année,principalement en raison de l'expansion des cultures de soja GM.

L'ONG rappelle également la décision prise début février par l'Inde de geler la culture d'une variété d'aubergine génétiquement modifiée. ''L'Inde a décidé d'un moratoire sur la plantation de sa première culture vivrière GM en raison des craintes d'impacts sanitaires, environnementaux et socio-économiques. En Europe la surface d'OGM cultivés a baissé pour la 5e année consécutive pour les mêmes raisons'', ont souligné Les Amis de la Terre.



* Le rapport de l'Isaaa est financé dans sa totalité par deux organisations philanthropiques européennes : une unité philanthropique de Ibercaja (une des plus importantes banque espagnole basée dans la région de production de maïs de l'Espagne) ; et la fondation Bussolera-Branca d'Italie.

Réactions1 réaction à cet article

 
Et les patates OGM ?

Que la superficie des champs OGM recule en Europe c'est plutôt une bonne chose.
Mais la situation ne va probablement pas durer avec l'autorisation de cultiver des plants OGM de pommes de terre ?
Fatalement, la pâte à papier et les aliments pour animaux vont attirer la spéculation et la culture intensive. A suivre. Jacsolo

jacsolo | 04 mars 2010 à 10h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager