En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le gaspillage alimentaire participe à la pénurie en eau

Une étude publiée lors de la Semaine mondiale de l'eau à Stockholm rappelle que le gaspillage de nourriture au cours de la chaîne de production et dans les foyers revient à perdre les volumes d'eau colossaux qui ont été nécessaires à sa fabrication.

Biodiversité  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
   
Le gaspillage alimentaire participe à la pénurie en eau
© Vlad
   
À l'occasion de la Semaine mondiale de l'eau qui s'est clôturée le 23 août dernier, les experts de l'Institut International de l'Eau de Stockolm (SIWI), organisateur de la semaine, de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et de l'International Water Management Institute (IWMI), ont alerté sur le gaspillage alimentaire et ses conséquences sur la ressource en eau.

À travers une étude intitulée « Du champ à la fourchette - limiter les pertes et le gaspillage dans la chaîne alimentaire », ces organisations rappellent que des quantités énormes de nourriture sont jetées au cours de leur transformation, leur transport, dans les supermarchés ou encore dans les foyers. Dans les pays les plus pauvres, la majorité des pertes ont lieu avant d'atteindre le consommateur : 15 à 35% dans les champs et 10 à 15% au moment de la fabrication, du transport et du stockage. Dans les pays riches, la production est plus efficace mais les citoyens jettent beaucoup d'aliments. Aux Etats-Unis par exemple, 30% de la nourriture produite est ainsi jetée chaque année représentant près de 50 milliards de dollars. Or cette nourriture représente un certain volume d'eau qui a été consommé pour produire les aliments de base, les transformer, fabriquer les emballages, etc. Jeter de la nourriture c'est comme laisser un robinet d'eau ouvert, expliquent les experts dans l'étude. Aux Etats-Unis cela représenterait 40.000 milliards de litres d'eau gaspillés soit les besoins de 500 millions de personnes, ajoutent-ils.

Ce gaspillage est d'autant plus inquiétant que les besoins en nourriture et par conséquent en eau risquent de doubler d'ici 2050. Et avec la demande croissante pour les produits agricoles consommateurs d'eau comme le boeuf et les bioénergies, la situation deviendra très vite critique. Selon l'étude Comprehensive Assessment of Water Management in Agriculture 2007, ces tendances engendreront de graves crises en particulier en Afrique Subsaharienne et en Asie du sud.

Pour les experts, il est donc urgent d'améliorer la productivité de l'eau et surtout de réduire la quantité de nourriture gaspillée. Si nous ne changeons pas nos pratiques, l'eau sera la contrainte principale à la production alimentaire à l'avenir, explique Pasquale Steduto de la FAO. Pour Charlotte de Fraiture, chercheur à l'IWMI, il est nécessaire de placer la lutte contre le gaspillage au cœur de l'agenda politique.Les scientifiques estiment qu'une réduction de 50% des pertes et du gaspillage au sein de la chaîne de production et de consommation est un but nécessaire et réalisable.

Réactions2 réactions à cet article

 
Gestion globale de la ressource en eau

La pire façon de gaspiller l'eau est de la laisser couler vers la mer.
Il vaudrait mieux d'abord recharger tous les espaces souterrains disponibles et les faire déborder vers les terres séches ou l'évaporer....

jeandb | 28 août 2008 à 22h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Droit de réponse

Ceci montre, démontre, que la société de consommation ne peut pas répondre aux exigences de vie de demain.
Ce que certains ont dénoncé par simple bon sens, par sensibilité, par valeurs morales, il y a maintenant une quarantaine d'années devient aujourd'hui le résultat d'études scientifiques.
Malheureusement il a fallu abimé la planète pour que nous commencions à comprendre.
Ceci montre, démontre,aussi, surtout, que nous devons mettre en place une organisation de la gestion bien plus fine qu'aujourd'hui de "la ressource" (des ressources, toutes). Et que notre consommation doit être encadrée (toujours dans un système d'économie de marché).

René - Pierre | 30 août 2008 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…