Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Rayonnements ionisants : l'exposition repart à la hausse après la crise sanitaire

Le bilan 2021 de l'exposition professionnelle aux rayonnements ionisants montre une dose individuelle moyenne en hausse, mais qui reste inférieure à la période préCovid. Les travailleurs du nucléaire sont les plus exposés, en particulier les prestataires.

Infographie  |  Risques  |    |  Laurent Radisson

Après une année d'accalmie directement liée à la crise sanitaire, l'exposition des travailleurs aux rayonnements ionisants est repartie à la hausse. C'est ce que relève le bilan 2021 des expositions rendu public, ce jeudi 22 septembre, par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

La dose individuelle moyenne s'établit à 0,85 millisieverts (mSv), contre 0,78 mSv en 2020. Soit une hausse de 9 %. Mais cette valeur reste toutefois inférieure à celles constatées en 2019 (1,20 mSv) et en 2018 (1,12 mSv). « Près de 94 % des travailleurs suivis ont reçu une dose inférieure à 1 mSv », rapporte l'établissement public, cette dose étant la limite réglementaire pour le public. Un travailleur a toutefois dépassé la limite annuelle de dose de 20 mSv (25,8 mSv dans le secteur du radiodiagnostic), au lieu de sept en 2020. Un dépassement concerne, par ailleurs, la dose « peau » (500 mSv) par un travailleur d'une centrale nucléaire, avec 818 mSv. Un troisième dépassement porte sur la limite de dose au cristallin (50 mSv) par un travailleur du secteur de la médecine nucléaire, avec 138,1 mSv.

Quant aux secteurs d'activité impactés, c'est celui du nucléaire qui enregistre la dose individuelle moyenne la plus élevée, avec 1,33 mSv. Un focus de l'IRSN sur les travailleurs prestataires montre leur plus grande exposition. L'activité de prestation représente toujours environ un tiers des effectifs du secteur, mais plus des deux tiers de la dose collective reçue. La dose individuelle moyenne s'élève à 1,8 mSv (contre 1,6 mSv en 2020). Soit la dose la plus élevée après celle du secteur de la fabrication du combustible nucléaire (2,58 mSv). « Cette hausse est attribuée à la réalisation de certaines interventions de maintenance en 2021 (…), dont certaines avaient été reportées/décalées du fait de la crise sanitaire due à la Covid-19 en 2020 », explique l'IRSN. Après le nucléaire, les secteurs les plus exposés sont l'aviation (1,13 mSv) et l'industrie non nucléaire (0,97 mSv).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]