Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Ré-homologation du glyphosate : le processus de sélection des études fait débat

Risques  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

« Nous sommes au début du processus de demande de ré-homologation du glyphosate et, pour nous, cela commence mal », a estimé François Veillerette, directeur et porte-parole de Générations futures. L'association a examiné le dossier de la demande fourni par un consortium de neuf entreprises, le Glyphosate Renewal Group (GRG) : elle a comparé le nombre d'études publiées dans des revues scientifiques retenues par les industriels à celles présentes dans la base de données PubMed. Résultats : près de 60 % des études de toxicité ou d'écotoxicité du glyphosate retrouvées dans la base n'ont pas été prises en compte par le GRG, selon Générations futures.

« L'article 8.5 du règlement concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques demande de fournir des études scientifiques validées par la communauté, publiées au cours des dix dernières années, rappelle François Veillerette. Cet article était une avancée en 2009, mais des moyens sont également donnés à l'industrie pour retirer des travaux: l'Efsa (l'Autorité européenne de sécurité des aliments, ndlr) a publié un guide pour encadrer le processus de sélection et permet le retrait des études non pertinentes. Or, ce sont les industriels qui font le tri et appliquent le critère de pertinence. » Pour l'association, la pertinence et la fiabilité des études ne devraient pas être évaluées par les industriels, mais par les autorités d'évaluation du processus.

Le coup de projecteur de l'association intervient à quelques jours de l'ouverture en parallèle des consultations par l'Efsa du rapport d'évaluation du renouvellement (RAR) et par l'Agence européenne des produits chimiques (Echa) du rapport de classification et d'étiquetage harmonisés du glyphosate. Celles-ci étaient prévues d'ici au 24 septembre pour soixante jours. Ces documents sont la clef du processus d'homologation.

Ce sont quatre États membres – la France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Suède – au sein du groupe d'évaluation du glyphosate (AGG, Assessment Group of Glyphosate) qui ont été chargés de les mettre à jour et de les transmettre en juin dernier aux deux agences de régulation de l'UE. Les premiers éléments issus de leurs documents de travail montraient qu'ils ne semblaient pas proposer de réviser la classification existante pour le glyphosate, mais seulement les valeurs toxicologiques de référence.

« Si le rapport d'évaluation de renouvellement (RAR) publié par les États membres dans quelques jours s'en tient, comme s'est très probable, à ces études du Glyphosate Renewal Group, cela introduit un biais dans le processus », a alerté François Veillerette.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

APIA Jasper : logiciel de reporting QSE / QHSE à la demande G2D Développement