En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Reach : des méthodes prédictives pour évaluer les substances chimiques

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) a présenté le 2 juillet les résultats du projet Predimol pour "Prédiction des propriétés physico-chimiques des produits par modélisation moléculaire". Un projet financé par l'Agence nationale de la Recherche, qui implique des partenaires publics et privés : piloté par l'Ineris, il associe IFP Energies Nouvelles, Chimie Paris Tech, le Laboratoire de chimie-physique de l'Université Paris-Sud XI, Materials Design et Arkema.

Les conclusions de Predimol ? Les méthodes prédictives sont une alternative crédible à l'expérimentation de laboratoire dans le cadre de la mise en œuvre du règlement Reach.

Conduit entre novembre 2010 et mai 2014, le projet s'est concentré sur deux types de méthodes prédictives, précise l'Ineris : les QSPR (Quantitative Structure-Property Relationship) pour les propriétés dangereuses, et les méthodes de simulation moléculaire (dynamique moléculaire, méthodes de Monte-Carlo) pour les propriétés d'équilibre (pression de vapeur…) et les propriétés de transport (viscosité…).

Des modèles pour plusieurs propriétés des peroxydes et des amines

Le projet a porté sur deux familles de molécules cibles : les peroxydes organiques et les amines. Il a permis de développer des modèles pour plusieurs propriétés de ces substances comme la densité relative, le point d'éclair, les propriétés explosives, l'inflammabilité, la température d'auto-inflammation ou le point d'ébullition.

Deux modèles QSPR sur la stabilité thermique (chaleur et température de décomposition) des peroxydes organiques ont été publiés via une thèse encadrée par l'Ineris et Chimie ParisTech. "Ces deux modèles répondent aux critères de validation de l'OCDE et, dans une démarche d'acceptabilité réglementaire, ils vont être proposés à la QSAR Tool Box et à la base de données du Joint Research Centre (JRC) de la Commission européenne", précise l'Ineris.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager