Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le réacteur 1 de Penly serait aussi concerné par la corrosion

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Après les réacteurs 1 et 2 de la centrale de Civaux (Vienne) et B1 et B2 de Chooz (Ardennes), c'est au tour d'un réacteur de la centrale de Penly (Seine-Maritime) d'être potentiellement affecté par un problème de corrosion sur un système de sécurité du circuit primaire, rapporte l'AFP. Le défaut a été découvert sur le réacteur 1 de Civaux, actuellement à l'arrêt. Il s'agit de la première fois qu'un tel défaut affecte un réacteur des onze réacteurs français de 1 300 mégawatts (MW).

« On ne sait pas s'il n'y a pas de problèmes ailleurs. EDF est en train de revoir tous les enregistrements [des contrôles effectués dans le passé sur le parc] », a indiqué Karine Hervioux, la directrice générale de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, dont les propos sont rapportés par le réseau Sortir du nucléaire.

Mi-décembre, l'EDF et l'ASN annonçaient la découverte sur les quatre réacteurs du pallier N4, d'une puissance de 1 450 MW, d'un défaut sur des soudures des coudes de la tuyauterie raccordant le système d'injection de sécurité (RIS) au circuit primaire principal. Les soudures expertisées présentent des fissurations liées à un phénomène de corrosion dit « sous contrainte », c'est-à-dire causé par une contrainte mécanique combinée à un milieu agressif. Les quatre réacteurs ont été mis à l'arrêt et EDF a décidé de remplacer les pièces concernées.

Le réseau Sortir du nucléaire estime que la découverte de tel défauts, a posteriori, « sonne comme une remise en question de la qualité des contrôles et de l'analyse des données effectués jusqu'ici ». En outre, les arrêts de réacteurs liés à ces défauts « [apportent] la preuve renouvelée que le nucléaire, présenté comme fiable par ses partisans, peut s'avérer intermittent ». EDF a d'ailleurs révisé son estimation de production nucléaire pour 2022, à 300-330 TWh, au lieu des 330-360 TWh prévus initialement.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Recharge Elec +, une qualification pour reconnaître le savoir-faire en IRVE Qualit'EnR