Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le réacteur 1 de Penly serait aussi concerné par la corrosion

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Après les réacteurs 1 et 2 de la centrale de Civaux (Vienne) et B1 et B2 de Chooz (Ardennes), c'est au tour d'un réacteur de la centrale de Penly (Seine-Maritime) d'être potentiellement affecté par un problème de corrosion sur un système de sécurité du circuit primaire, rapporte l'AFP. Le défaut a été découvert sur le réacteur 1 de Civaux, actuellement à l'arrêt. Il s'agit de la première fois qu'un tel défaut affecte un réacteur des onze réacteurs français de 1 300 mégawatts (MW).

« On ne sait pas s'il n'y a pas de problèmes ailleurs. EDF est en train de revoir tous les enregistrements [des contrôles effectués dans le passé sur le parc] », a indiqué Karine Hervioux, la directrice générale de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, dont les propos sont rapportés par le réseau Sortir du nucléaire.

Mi-décembre, l'EDF et l'ASN annonçaient la découverte sur les quatre réacteurs du pallier N4, d'une puissance de 1 450 MW, d'un défaut sur des soudures des coudes de la tuyauterie raccordant le système d'injection de sécurité (RIS) au circuit primaire principal. Les soudures expertisées présentent des fissurations liées à un phénomène de corrosion dit « sous contrainte », c'est-à-dire causé par une contrainte mécanique combinée à un milieu agressif. Les quatre réacteurs ont été mis à l'arrêt et EDF a décidé de remplacer les pièces concernées.

Le réseau Sortir du nucléaire estime que la découverte de tel défauts, a posteriori, « sonne comme une remise en question de la qualité des contrôles et de l'analyse des données effectués jusqu'ici ». En outre, les arrêts de réacteurs liés à ces défauts « [apportent] la preuve renouvelée que le nucléaire, présenté comme fiable par ses partisans, peut s'avérer intermittent ». EDF a d'ailleurs révisé son estimation de production nucléaire pour 2022, à 300-330 TWh, au lieu des 330-360 TWh prévus initialement.

Réactions9 réactions à cet article

 

Il faut arrêter de relayer ce genre d'alertes nucléophobes et mensongères d'activistes incompétents de sortir du nucléaire dont l’objectif est de ruiner une industrie française de pointe. Le 1er réacteur, celui de Chinon, fonctionne sans impact environnemental depuis près de 60 ans. C'est facile de persécuter la France. Pourquoi sortir du nucléaire ne s'acharnent-ils pas contre les centrales nucléaires Russes, Chinoises, Indiennes, etc... Il y aurait beaucoup à faire dans le monde pour leur cause mais c'est moins facile. Un peu de courage messieurs de sortir du nucléaire. Un réacteur nucléaire pilotable, comme toute machine, a besoin de travaux de maintenance. Cela dénote une extrême incompétence ou malhonnête de mélanger maintenance et intermittence.
Lorsqu'il est en révision au garage, votre véhicule automobile devient-il subitement une machine intermittente non pilotable ?

Quid | 14 janvier 2022 à 18h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour votre neutralité éditoriale d'avoir validé mon commentaire

Quid | 17 janvier 2022 à 09h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Après le palier N4 c'est au tour du palier 1300 MW d'être dans la tourmente et attention Penly 1 c'est le premier de la série dans le temps.
L'EPR est mort né , que va-t-il se passer maintenant ???le palier 900 MW ne peut continuer que si des travaux gigantesques -le Grand Carénage- sont effectués.
Il va falloir prendre des mesures drastiques d'installation des énergies renouvelables si l'on veut éviter des pénuries graves , les turbines à gaz , qui nous sauvent la mise en ce moment , n'y suffiront pas .
La ligne Maginot du nucléaire s'est effondrée.

Darwin | 17 janvier 2022 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quid : "Pourquoi sortir du nucléaire ne s'acharnent-ils pas contre les centrales nucléaires Russes, Chinoises, Indiennes, [...]" : tout simplement parce que le réseau sortir du nucléaire est français et que la France est un pays où il y a de toute évidence beaucoup à dire et révéler sur la réalité fort peu reluisante de l'industrie nucléaire tricolore.
Enfin quand je dis qu'il y a à dire, c'est un fait tout de même assez récent (l'époque de la chape de plomb totale n'est pas si loin et la soustraction très politique du sujet des travaux de la Convention citoyenne sur le climat en atteste) et toujours assez parcellaire, tant la filière électronucléaire tricolore a toujours cherché à œuvrer dans une totale opacité et il faut toute l'opiniâtreté de certains scientifiques lanceurs d'alerte pour lever le voile sur une technologie qui s'avère être aux antipodes de ce qu'elle prétend être (bon marché, fiable, sûre, garantissant l'indépendance énergétique de la France, parfaitement maîtrisée, etc.).
Car en effet, en France, le citoyen a tout de même l'opportunité de disposer d'associations compétentes (ne vous en déplaise) et d'une presse indépendante qui débusquent des infos sensibles et essentielles, ce qu'on ne risque pas de trouver en Chine, Russie ou encore dans l'Inde de Narendra Modi. Votre rêve de pouvoir faire "arrêter de relayer ce genre d'alertes" n'est donc fort heureusement plus possible - tout du moins à ce jour - dans notre démocratie.

Pégase | 17 janvier 2022 à 11h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui est le plus dangereux dans le nucléaire, ce sont ces nucléocrates prêts à fermer les yeux sur les graves problèmes de cette technologie du siècle dernier ! A vouloir nous faire croire que c'est sûr, on va droit dans le mur. A vouloir nous prétendre que ce n'est pas cher, on ruine la France (selon la Cour des Comptes le nucléaire est à 110/120 € / MWh, alors que les EnR sont entre 42 et 65 €). Et bientôt, par leur faute, la France se retrouvera dans le wagon de queue des énergies renouvelables, car elle aura traîné ce boulet ! A moins que tout ça nous pète à la figure avant. Touchons du bois, entretemps le nucléaire est juste... TRÈS INTERMITTENT !

Nonuke | 17 janvier 2022 à 22h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Aïe aïe aïe aïe aïe ! Moi je dis merci aux lanceurs d'alerte, même si effectivement toutes les centrales sont sous surveillance constante, et heureusement ! Vu le maintien obligatoire du parc nucléaire très vieillissant , il faut absolument une veille drastique et une information responsable, car un incident peut se transformer très vite en accident gravissime sur ces technologies, il est toujours utile de le rappeler. Le citoyen a le droit d'être informé , même et surtout si cela ne plaît pas à EDF, car le citoyen finance...Le nucléaire a toujours été une énergie intermittente ,aucune centrale n'a jamais fonctionné sans s'arrêter, toutes ont besoin d'entretien régulier et sont mises à l'arrêt pour ce faire; hors accident vérifié, qui nécessite alors des moyens supplémentaires et parfois des arrêts très longs. Seule la multiplicité des centrales, qui leur permet de ne pas être arrêtées toutes en même temps, masque cette réalité.

gaïa94 | 19 janvier 2022 à 15h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Précision utile :les nucléopathes parlent d'énergie intermittente à propos des renouvelables , ce qui n'est pas vrai pour la biomasse
qui est parfaitement constante et pour l'hydroélectricité qui peut être stockée et sert même de régulateur du réseau.
Reste le photovoltaïque qui est parfaitement prévisible, puisque il fonctionne uniquement le jour et permet de faire face à la pointe de midi , ce dont personne ne parle alors que c'est essentiel!!!Quant à l'éolien il fonctionne surtout l'hiver et sa superposition avec le solaire montre la complémentarité des deux énergies.
Venons-en au nucléaire ..par symétrie certains spécialistes disent qu'il est lui aussi intermittent :et bien NON , le nucléaire n'est pas intermittent , car il n'y aucune fréquence prévisible dans son fonctionnement , le nucléaire est aléatoire , sans aucune prévision , il est sujet aux défauts et pannes ...Pire il arrive comme en ce moment que nos élites (sic) , complètement dépassées,arrêtent les réacteurs pour rechargement en plein hiver au lieu de l'été.La ligne Maginot du nucléaire est morte .

Darwin | 19 janvier 2022 à 17h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais oui Darwin le nucléaire est totalement aléatoire et il n'y a pas de fréquence prévisible ds son fonctionnement , comme les éoliennes dont on peut dire que l'énergie qu'elles fournissent est intermittente, tout comme le solaire tributaire, lui, du soleil. Effectivement il ne faut pas tomber ds le piège de croire que le nucléaire est adapté pour fournir en continu , car il y a toujours eu beaucoup d'arrêts pour maintenance tout au long de la vie de nos centrales, et cela ne date pas d'hier. C'est uniquement à cause de la croissance que la France ne parvient plus à se suffire en énergie, d'où la question : jusqu'où sera t-il permis de croître ? Et ces prévisions de croissance éternelle sont -elles réalistes ? Bien évidemment non. Mais c'est vraiment trop demander à nos pseudo élites de le reconnaître. Après moi la dèche !

gaïa94 | 19 janvier 2022 à 19h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

à gaïa94:le solaire est une énergie intermittente , cyclique , mais ce n'est pas aléatoire , le soleil est fidèle à tous ses rdv ,quotidiens et saisonniers ,donc prévisible :les allemands de energy_chart ,grâce à leurs graphes barres ,montrent que la distribution sur 52 semaines est très proche d'une courbe de Gauss
Pour l'éolien on voit sur la même période une parabole inversée avec un minimum en juillet , d'où la complémentarité des 2 énergies.De plus le solaire a l'énorme avantage de participer à la pointe du midi devenue une réalité nette ,en dehors des mois de décembre et janvier .Sur RTE on ne peut pas voir ce type de graphe... pour éviter de démoraliser les employés du nucléaire .
Quand à la production d'électricité en France elle est , comme la consommation ,en baisse depuis 2013.

Darwin | 20 janvier 2022 à 11h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

next3, onduleur-chargeur intelligent 16 kW pour l'autarcie énergétique Studer Innotec SA