En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le PNSE 2 ne convainc pas le Réseau Environnement Santé

Risques  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Le second Plan National Santé Environnement (PNSE 2) publié début juillet n'a pas convaincu les associations regroupées au sein du Réseau Environnement Santé (RES). Les associations reconnaissent que ce PNSE2 apporte des éléments intéressants par rapport à sa 1ère version sur l'environnement intérieur et les inégalités environnementales mais estiment que pris dans sa globalité, il ne permet pas de répondre à l'urgence de la crise écologique caractérisée par la croissance des maladies chroniques d'origine environnementale.

Le RES lui reproche de ne pas faire référence au principe de précaution comme principe majeur et de se fonder sur la vision étriquée du mot environnement : on continue de raisonner milieu par milieu sans tenir compte de l'intrication des différents milieux.
Le réseau estime par ailleurs que la question des perturbateurs endocriniens est complètement éludée, ce qui, pour les associations, démontre que l'horloge conceptuelle du PNSE2 est restée bloquée aux années 70. Le PNSE2 entretient toujours le référentiel obsolète « c'est la dose qui fait le poison » ne prenant donc pas en compte la question majeure des Perturbateurs Endocriniens dont le principe d'action est plutôt « c'est la période qui fait le poison », explique le réseau.

Sur la forme, le RES demande que ce texte soit réexaminé selon la procédure du Grenelle de l'Environnement par les 5 collèges conformément aux engagements du grenelle ainsi qu'un 6e collège, celui des professionnels de santé et un 7e avec les associations de malades et de victimes. Pour le réseau, l'actuel document du PNSE2 ne doit être considéré que comme un document préparatoire.

Cette requête est déjà quelque peu prévue car un comité de pilotage national dénommé Groupe Santé Environnement (GSE) devrait réunir les cinq collèges du Grenelle auxquelles s'adjoindraient des personnalités qualifiées et professionnels du système de santé, des organismes d'assurance maladie et des représentants de consommateurs, de malades et de victimes.

Rappelons que le PNSE 2 définit un ensemble d'actions, tant au niveau national que local, articulé autour de deux axes prioritaires : réduire les expositions responsables de pathologies à fort impact sur la santé et les inégalités environnementales. Ce plan mobilisera 490 millions d'euros sur 5 ans dont 380 millions d'euros pour la mise en œuvre et 110 millions consacrés à la recherche dans ce domaine.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager