En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le volet ''Développement durable'' du Grand Emprunt fait polémique

Encensés par la majorité, les 5 Mds d'euros dédiés au volet ''Développement Durable'' du Grand Emprunt, arbitré hier par Nicolas Sarkozy, sont vivement critiqués par les écologistes notamment pour ce qui concerne les aides au nucléaire. Réactions.

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
   
Le volet ''Développement durable'' du Grand Emprunt fait polémique
© A.Arraou / Elysée
   
Le Président de la République Nicolas Sarkozy a suivi la commission Rocard-Juppé et présenté le 14 décembre ses arbitrages concernant le Grand Emprunt fixé à 35 milliards d'euros qui sera lancé en 2010, dont 11 milliards d'euros iront notamment à l'enseignement supérieur et la formation, 8 milliards pour la recherche (biotechnologies, nanotechnologies,...), 6,5 milliards d'euros pour l'industrie et PME (aéronautique, automobile, ferroviaire,...), et 4,5 milliards d'euros dédiés à l'économie numérique.

5 milliards d'euros sont officiellement identifiés pour la catégorie ''Développement Durable'' (DD) dont 2,5 milliards pour les énergies renouvelables et décarbonées, 1 milliard pour le nucléaire ''de demain'' (4e génération), 1 milliard pour les transports (véhicules du futur) et l'urbanisme durables et 500 millions d'euros pour la rénovation thermique via l'Agence Nationale de l'Habitat (Anah).

A l'instar de la majorité gouvernementale qui a salué le choix des investissements de l'Etat, le Ministre du Développement durable Jean-Louis Borloo s'est réjoui hier dans un communiqué de l'annonce du Président et a estimé que les ''choix opérés à cette occasion confortaient la stratégie française de développement d'une nouvelle croissance, respectueuse des équilibres naturels et humains : la croissance verte''. ''Fidèle aux conclusions du Grenelle Environnement et aux positions françaises à Copenhague, l'Emprunt national marque une fois de plus la place centrale que nous réservons au développement durable dans nos choix collectifs pour renforcer la croissance'', a-t-il ajouté.

De son côté, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno s'est également félicitée dans un communiqué ''de la place faite aux enjeux du développement durable dans les dépenses d'avenir qui seront financées par cet emprunt''. Pour Chantal Jouanno, les mesures annoncées par le Président de la République ''s'inscrivent dans une vision globale d'un avenir durable pour notre pays'' : ''Investir dans l'enseignement supérieur et la recherche, soutenir les PME innovantes, promouvoir les technologies vertes et l'économie numérique, tout cela nous permet de soutenir les composantes de la croissance verte, et de construire pour les années qui viennent les bases d'une économie sobre en carbone et en matière premières et respectueuse de son environnement'', a-t-elle déclaré.

Marc-Philippe Daubresse, Président de l'Anah, s'est aussi réjoui le 15 décembre ''de la décision de placer le parc privé et la lutte contre les passoires thermiques parmi les priorités nationales. La mobilisation de 500 millions d'euros du grand emprunt en faveur du parc privé et à destination des personnes modestes apporte une réponse aux enjeux du Grenelle de l'environnement, porté par Jean-Louis Borloo'', a-t-il estimé.

Une occasion manquée de transition vers un nouveau modèle de DD ?

En revanche, les organisations environnementales et partis écologistes ont dénoncé un investissement ''insuffisant'' dédié au développement durable et la place accordée au nucléaire et à l'aéronautique.

Le Grand Emprunt est ''loin de son objectif'' d'aider à la transition vers un modèle de développement durable, ont déploré les organisations environnementales et partis écologistes. Pour le Réseau Action Climat (RAC), les Amis de la Terre, le Comité de Liaison Energies Renouvelables (CLER), Greenpeace, le Réseau Sortir du nucléaire et le WWF dans un communiqué commun : le grand emprunt est ''très éloigné des enjeux climatiques et énergétiques de Copenhague'', ont-ils fustigé hier. En suivant, ''dans ses grandes lignes'', les priorités fixées par le rapport de la Commission Rocard et Juppé, ''le Président de la République n'a pas souhaité rectifier le tir et rate ainsi une occasion assez rare d'engager des investissements considérables vers un avenir réellement plus écologique''.

Les ONG ont déploré qu'à peine ''15% d'investissements censés apporter un minimum de garanties environnementales, ont été mobilisés sur l'objectif ''développement durable''. Elles ont également regretté l'absence de ''l'éco-conditionnalité des fonds déployés'' et la distribution ''des milliards d'euros ''grenello-incompatibles'' en direction du secteur aéronautique, de l'automobile ou encore du nucléaire''.

Même position pour le parti écologiste Les Verts qui a regretté hier que l'Etat soit ''à côté des enjeux'' avec ce Grand Emprunt. Le chapitre consacré au développement durable ''mêle indistinctement la fuite en avant dans les technologies déjà dépassées (nucléaire, agrocarburants...) et le rappel des promesses du Grenelle de l'environnement'', a dénoncé le parti dans un communiqué . Il ''est non seulement en dessous des attentes, mais surtout à côté des enjeux'' (...) On est loin, avec ces annonces, des mesures à même de satisfaire à la conversion écologique de l'économie et des activités'', ont ajouté les Verts.

Et pour Yannick Jadot, eurodéputé d'Europe Ecologie qui a également exprimé sa déception, ''la France poursuit ses illusions énergétiques'' en optant pour la séquestration du carbone et le nucléaire. ''A l'heure de Copenhague, et alors que l'avenir de la planète nécessite des actions immédiates, il faut investir dans les économies d'énergie et les énergies renouvelables, et non dans des projets assurément voués à l'échec et qui, même selon leurs promoteurs, ne pourraient aboutir au mieux avant 30 ans'', a souligné de son côté le Réseau Sortir du nucléaire en dénonçant aussi les investissements dans le projet de réacteur nucléaire de 4ème génération.

Réactions6 réactions à cet article

 
unanimité

Unanimité, Inimitié, Inanité, UNANIMITIE
ras-le-bol de ces réactions catégoriques critiquant avec un ensemble parfait une affectation minime d'un emprunt qui sera remboursé avec intérêts par des structures "riches".J'attends des propositions réalistes de nos "Ayatollas" BPCG anti-S

lorvat | 16 décembre 2009 à 11h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:unanimité

En même temps, on est forcément décus de voir les orientations des investissements... transport, énergie nucléaire... Heureusement, que les renouvelables ont la part belle et que l'habitat a sa part du gateau..

Hecto | 16 décembre 2009 à 14h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Un nano Président providentiel et présidentiel

Notre Grand Président, un véritable visionnaire, qui poursuit l'engagement dans la "sainte guerre" d'Afghanistan...veut boucher les trous par un nouvel Grand Emprunt. Ce sont les contribuables qui rembourseront, BIEN SÛR ! cet homme auto-proclamé providentiel, qui prophétisa en Sept 2007 à l'ONU, un "New Deal" et un "Nouvel Ordre Mondial pour le XXI° siècle" est en train de ruiner notre pays, avec une campagne de vaccination inutile, des politiques économiques ineptes, en particulier la suppression de la Taxe professionnelle et l'endettement de l'Etat, et un pseudo-engagement écologique pour un réchauffement climatique inexistant et de plus en plus contesté, par les scientifiques objectifs (en France, C Allègre, V Courtillot)qui connaissent l'histoire climatique de la planète...(un climat plus chaud entre 800 et 1300, un mini âge glaciaire de 1400 à 1850; vérifié sur Wikipedia).
De l'argent du Grand Emprunt, seule une "petite louche" servirait vraiment à des mesures du Grenelle, le reste étant pour le 'Trou' sans fond du budget.
Attendons nous, lorsque l'économie fondra les plombs pour de bon, à un climat social très dégradé et à des mesures de restriction des libertés, par un Président qui déclencha l'insurrection des banlieues en 2005 (alors ministre de l'intérieur) et qui divise l'opinion avec ses faux débats sur l'identité nationale.

Naullay | 17 décembre 2009 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
et même pour l'habitat...

500 Millions d'euros sur 35 Milliards en direction de la rénovation thermique de l'habitat, c'est tout simplement une action symbolique.

Les besoins d'aides directes pour améliorer l'efficacité thermique des bâtiments dans leur ensemble (et pas uniquement l'habitat) sont énormes. Une simple rénovation thermique d'une maison de 100 m² coûte entre 20 et 30000 Euros (isolation murs et toiture, système de chauffage performant, huisseries).

L'enveloppe permet donc grosso modo de prendre en charge la rénovation de 20000 logements à 100% ou encore de 40000 à 50%. C'est déjà bien, mais compte tenu de l'ancienneté du parc (plus de 50% construit avant la première réglementation thermique de 1971), on est très (très) loin du compte.

L'efficacité énergétique est aussi importante que les énergies renouvelables (et au passage que la sobriété). Il y a là un gigantesque chantier, potentiellement fortement créateur d'emploi.

Bref, sans anti-sarkosisme ni primaire ni secondaire, l'affectation affichée est très décevante.

Arnaud | 17 décembre 2009 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Faire des choix

emettre du CO2 ou produire des dechets. Il faut faire un choix. Aujourd'hui l'urgence est dans la reduction du CO2 donc il est indispensable d'investir dans les reacteurs de 4ième generation

jean-marie | 17 décembre 2009 à 10h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:unanimité

Juste une petite précision.
Si j'ai bien lu ton propos, tu penses que l'emprunt sera remboursé par des structures riches.
En fait ce sont ces structures "riches" qui vont prêter à l'État et l'État qui va leur rembourser, avec les intérêts.

Et comme l'État il n'a plus de sous, ce sont les contribuables qui vont payer (d'une manière ou d'une autre) les intérêts aux structures "riches".

Exemple (totalement hypothétique): Areva prête à l'état, l'état investit dans le nucléaire et ensuite Areva touche les intérêts et construit des centrales de 4ème génération...

Tombour | 17 décembre 2009 à 12h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…