En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Recharges des véhicules électriques : le projet 16k de Bolloré est validé

Transport  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°345 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°345
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Dans le cadre de la loi facilitant le déploiement d'un réseau de bornes de recharge pour véhicules électriques, le projet 16k proposé par Bolloré a reçu l'aval de l'Etat. Déjà propriétaire de 6.000 bornes à Paris (Autolib'), Bordeaux (Bluecub) et Lyon (Bluely), l'opérateur va installer 16.000 bornes supplémentaires en 4 ans dans toute la France. Le choix du lieu d'implantation se fera en concertation avec les collectivités et syndicats d'énergie, "en cohérence avec les réseaux existants ou en projet", précise Bolloré.

Les bornes seront produites dans l'usine de Besançon (25). D'un point de vue technique, le choix s'est porté sur des bornes à puissance de charge dite "semi-accélérée" (7,4 kW). Contrairement aux bornes "rapides", ce type de charge évite de déstabiliser le réseau électrique par des appels de puissances trop brutaux et prolonge la durée de vie des batteries des véhicules. Conformément au cahier des charges ministériel, une proportion au moins égale à la moitié des points de charge sera conforme aux spécifications de la directive européenne relative au développement des infrastructures pour les carburants alternatifs, leur assurant une interopérabilité à l'échelon européen.

L'installation des bornes, les travaux de raccordement et le déploiement de la solution informatique nécessaire au suivi des clients et de l'infrastructure seront pris en charge par le groupe Bolloré, soir un investissement de 150 millions d'euros. Les opérations seront regroupées sur le site Blue Solutions de Vaucresson (92). Ce qui permettra la création de plus de 100 emplois selon le groupe.

Le projet étant reconnu de dimension nationale par les ministères de l'Economie et de l'Ecologie, il sera exempté de redevance d'occupation du domaine public.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager