En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réchauffement climatique : des députés lancent un appel pour accélérer la lutte

Gouvernance  |    |  Agnès SinaïActu-Environnement.com

Quinze députés issus de six groupes politiques lancent un collectif parlementaire, baptisé ''Accélérons !'', ''pour faire de la transition écologique et solidaire le point de passage obligé de toutes les politiques publiques votées au Parlement''.

Dans un courriel adressé à l'ensemble de leurs collègues, les quinze premiers signataires soulignent que le nouveau rapport du Giec "montre l'urgence absolue à agir pour le climat et accélérer les actions publiques". Ils invitent les élus à rejoindre ce futur collectif "d'un genre nouveau", selon les termes du député LREM du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin, dont le lancement est prévu le 16 octobre.

Parmi les premiers signataires figurent le député PS Dominique Potier (Meurthe et Moselle), proche de l'ex-ministre Nicolas Hulot, Cédric Villani (LREM), le MoDem Erwan Balanant, Eric Diard (LR), Sophie Auconie (UDI-Agir), Guillaume Garot (PS), ou encore le communiste Jean-Paul Dufrègne. Les Insoumis, qui composent le septième groupe à l'Assemblée, n'ont pas paraphé le texte à ce stade, selon une dépêche de l'AFP.

Réactions3 réactions à cet article

 

Non seulement les mesures anciennes de températures ont une faible crédibilité (taux de couverture 30% seulement, imprécision des centrales de mesure - au mieux +/-0,5°C, souvent +/- 1°C), ce qui met en doute les températures d’avant la période industrielle, mais la science du GIEC/IPCC, sur laquelle repose cette scandaleuse manipulation planétaire, est en fait de la pseudo-science. Le GIEC/IPCC n'a rien compris (ou se garde bien de s’y référer) à la théorie cinétique des gaz, ni à la théorie du corps noir, donc il nous raconte n'importe quoi, et les rapports toujours plus alarmistes des groupes 2 et 3, qui s'appuient sur la pseudo-science du groupe 1, ne valent pas un clou. http://revue-arguments.com/articles/index.php?id=89

jipebe29 | 11 octobre 2018 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

1) Il n’y a aucune preuve que le CO2 quelle que soit son origine, ait une action mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale)
2) Il n’y a quasiment plus de réchauffement global depuis le début des années 2000, malgré une inflation de nos émissions de CO2.
3) Selon le rapport scientifique AR5, la part des émissions de CO2 anthropique n’est que de 4-5% environ (page 471, figure 6.1)
4) La part anthropique du CO2 atmosphérique n’est que d’environ 6% (analyse isotopique)
5) Selon les mesures par marégraphes, depuis le début des années 1800, la montée des niveaux marins est de 1 à 1,5 mm/an, sans accélération. Voir le site climate4you, onglet "oceans", sea-level from tide gauges. Cela fait pour 2100 une montée entre 8,2 et 12,3 cm. Pas de quoi paniquer.
6) Malgré une inflation de nos émissions de CO2, les projections des modèles numériques, qui intègrent les thèses hypothétiques du GIEC/IPCC, divergent de plus en plus des observations, ce qui veut dire que leur crédibilité est nulle, tout comme les thèses du GIEC qui en sont le cœur.
7) La science du GIEC/IPCC est en fait de la pseudo-science. Le GIEC n'a en effet rien compris à la théorie cinétique des gaz, ni à la théorie du corps noir, donc il nous raconte n'importe quoi, et ses rapports toujours plus alarmistes ne valent pas un clou. http://revue-arguments.com/articles/index.php?id=89

jipebe29 | 12 octobre 2018 à 09h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@jipebe29 : comment peut-on sortir des choses pareilles en 2018 ??
Ce sont les mêmes pseudo-arguments climato-sceptiques depuis toujours, et ces arguments n'en deviennent pas plus valables à force de répétition, ça ne marche pas comme ça.
A vous lire, on a vraiment l'impression qu'on pourrait vous faire gober qu'il n'a pas fait plus de 10°C en France cet été : bah oui regarder mon super graphique bidon sorti d'une source non moins bidon !

J'ai regardé rapidement un article de votre superbe source d'information, notamment un article sur cet Istvan Marko. Franchement quelle mauvaise foi : personne n'a jamais dit que le carbone était une molécule à bannir ! Évidemment qu'elle fait partie du système et qu'elle est nécessaire à la vie. Le problème c'est l'équilibre qu'on perturbe en rejetant des quantités énormes en beaucoup moins de temps qu'elles ont été stockées.
Tout est une histoire d'équilibre, c'est aussi simple que ça. Ce qui est difficile c'est de prévoir les impacts de ce déséquilibre.

stenon | 16 octobre 2018 à 10h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…