Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le réchauffement climatique modifie la distribution de la vie marine

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Le réchauffement climatique modifie la distribution de la vie marine

En réponse au réchauffement climatique, la vie marine fuit la zone de l'équateur. Le nombre d'espèces pélagiques, c'est-à-dire les poissons, mollusques et crustacés, a diminué dans cette zone et augmenté dans les régions subtropicales depuis les années 1950, révèle une étude publiée dans la revue scientifique PNAS. Ses auteurs, qui appartiennent à l'Université d'Auckland (Nouvelle-Zélande), ont étudié les données portant sur plus de 48 000 espèces.

« L'intensification de la baisse de la richesse spécifique à l'équateur, en particulier pour les espèces pélagiques, suggère qu'il y fait déjà trop chaud pour que certaines espèces puissent survivre », expliquent les auteurs de l'étude. Nombre de ces espèces se sont donc déplacées vers l'hémisphère nord.

Jusque-là, les tropiques étaient considérées comme stables avec une température idéale pour de nombreuses espèces. Mais l'étude révèle que ces zones deviennent également trop chaudes pour nombre d'entre elles. « Nous pouvons prédire le changement général de la diversité des espèces mais, en raison de la complexité des interactions écologiques, on ne sait pas comment l'abondance des espèces et les pêcheries changeront avec le changement climatique », explique le professeur Mark Costello.

Réactions11 réactions à cet article

 

Le climat n'a jamais été stable depuis des millions d'années. Au fait lors des derniers glaciations, est ce que les espèces pélagiques ont évoluées dans l'espace marin, ou bien sont elles restées stables au même endroit. merci d'être un peu plus scientifiques et de comparer les effets du climat dans l'évolution de notre planète.

le papet | 09 avril 2021 à 09h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dérèglement climatique et pas réchauffement !
Depuis début janvier tout l'hémisphère nord bas des records de froid, les agriculteurs viennent de subir de lourds dégâts par les fortes gelées d'avril.
En 2018 on nous annonçait des hivers sans neige en montagne et une planète qui se réchauffe rapidement ! Il est urgent d’arrêter cette mascarade criminelle, nous avons bien un dérèglement climatique majeur mais uniquement lié à la gestion de l'eau douce sur les continents, Le principal gaz à effet de serre c'est la vapeur d'eau (60%) quand le taux de vapeur d'eau est trop bas (sur des sols secs) les radiations infrarouges vers l'espace la nuit sont plus fortes et donc les températures baissent fortement ! Autrement dit il fait beaucoup plus froid au-dessus des sols secs parce que le taux de vapeur d'eau y est trop faible ! Les brumisateurs ou simplement de l'arrosage permet de limiter les dégâts, tout se joue à quelques degrés !

Toutes les zones tempérées (faible amplitude thermique entre le jour et la nuit) sont couvertes d'eau ou de végétation : pas d'eau = pas de végétation = pas de vie et un climat qui se dégrade !

Dans 3 mois nous serons en alerte sécheresse mais un épisode d'inondations juste avant l'été est encore fortement probable ! Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite …
L'urgence climatique c'est l'eau !

laurent | 09 avril 2021 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Prendre du recul et (vouloir) comprendre le changement d'échelle, ce n'est pas moi qui le dit mais le président du MNHN Bruno David et depuis des années:

Lors des derniers 500 millions d’années, il y a eu cinq crises d’extinction majeures de la biodiversité et une cinquantaine d’autres plus petites,brutales à l’échelle géologique, de l’ordre du million d’années en moyenne et multifactorielles.
Nous constatons un déclin mondial et extrêmement brutal de la biodiversité, vertébrés, insectes et microfaune du sol. Ça n’a jamais été aussi rapide dans l’histoire. La vitesse est le facteur le plus inquiétant.
De même pour le changement climatique, on est sur des vitesses de bouleversement qui ne sont pas compatibles avec la vie végétale et animale.
On parle beaucoup du réchauffement climatique, mais la plus grosse pression sur la biodiversité est le changement d’usages. Les études sur le déclin des oiseaux communs publiées par le Muséum et le CNRS montrent que dans les plaines agricoles, l’utilisation des produits phytosanitaires et l’intensification des pratiques empêchent les oiseaux de se reproduire correctement. La pollution, l’agriculture, le changement climatique sont autant de facteurs qui s’additionnent.
Depuis cinq ans, on empile les mauvaises nouvelles. La diminution des oiseaux, des insectes, de la microfaune du sol qu’on observe en France est extraordinairement alarmante. On est en plein milieu d’une crise du passé. Sauf qu’on va beaucoup plus vite.

biotite | 09 avril 2021 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Laurent,Merci pour cette nouvelle interprétation du climat, je ne la connaissait pas, l'eau responsable du manque d'eau, c'est original, mais cela se tient. Enfin un raisonnement qui sort de la pensée unique
Merci Laurent pour cette fraicheur d'esprit

le papet | 09 avril 2021 à 10h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher Biotite, minéral aux idées noires
La vie et l'évolution va vers une accélération du mouvement et des processus de la vie. l'homme effectivement a peut être augmenté cette accélération, mais il est dans le sens de l'évolution, heureusement que la nature a par cinq fois freinait ce processus et cette fois ci c'est l'homme par l'exploitation de l'énergie fossile qui a permis des progrès incroyables va freiner ce processus en provoquant une sixième extinction majeur

le papet | 09 avril 2021 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réactions très intéressantes car argumentées scientifiquement et non-polémiques

gobel | 09 avril 2021 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la vie, l'évolution ne vont nulle part, n'ont pas de sens , contingence des évènements, hasard et nécessité, c'est ce qu'enseignent la biologie et la géologie ...
la "Nature" ne veut et ne fait rien

c'est comme le champ de neige , avant de le traverser tous les chemins sont possibles, après il y une trace
reste à tracer la suite en infléchissant vers du plus raisonnable
(bon après elle fond et plus rien ne reste)

quant à voir Un "projet" dans ce que font certains humains, et une rétroaction négative qui va "rééquilibrer" le monde

reste que libérer en moins de deux siècles des stocks de carbone accumulés formés sur des millions d'années ne peut être sans conséquence directes et indirectes

biotite | 09 avril 2021 à 13h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que les minéraux comme la biotite n'évolue pas, sauf sous certaines condition de température et de pression.
mais rendons à Cesar ce qui est à Cesar. le carbone a été piégé par les plantes pour en extraire de l'oxygène. En relachant du C02 dans l'air, ce gaz retrouve sa place initiale. L'homme libère ce gaz carbonique emprisonné depuis des millions d'années à son insu, dans les plantes et dans les produits de sa fossilisation charbon ,,pétrole et gaz. L'action de l'homme est elle si méchante que cela?

le papet | 09 avril 2021 à 14h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ce n'est pas en répétant une erreur qu'elle devient vrai
les végétaux chlorophylliens captent l'énergie lumineuse et en convertissent une faible partie en énergie chimique, sucre pour faire simple, à partir du dioxyde de carbone
et il se trouve que l'hydrogène nécessaire (C6 H12 O6) est fourni par l'eau et donc reste O2 comme "déchet",
des bactéries font de même avec H2S et on a du soufre dans ce cas
mais ni l'un ni l'autre sont "l'objectif" de la photosynthèse

au passage, l'altération des roches plutoniques constitue un bon puits à carbone

et dernière image
prenons une balance avec 2 plateaux, 1 kg de sable dans chaque
puis ajoutons quelques grains pas méchants dans l'un des deux et on appellera ça le forçage anthropique

ça permet à Pommery de planter ses vignes sur la craie Angleterre pour y faire un "pétillant" local quand la Champagne aura un climat trop sudiste
et comme Paris se retrouve avec un climat analogue à celui de Bordeaux 1960-1990 ...
on pourra arroser le progrès
mais je m'éloigne

biotite | 09 avril 2021 à 16h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A cause de la présence de fer dans votre composition, vous allez vous transformer assez rapidement en hydroxyde de fer et en argile à force de vouloir toujours avoir raison. Mais heureusement vous n'allez pas produite du C02
Hydrolyse de la biotite :
2 K(Fe,Mg)3AlSi3O10(OH)2 (Biotite)+ 17 H2O →Si2O5Al2(OH)4 (Kaolinite)+ 6 FeO(OH) (Limonite/Goethite) + 4 Si(OH)4 +2 K+ + 2 OH-

le papet | 09 avril 2021 à 17h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Autant je ne m'étendrai pas sur les conditions et les causes de dérèglement climatique, autant je m'étonnes qu'on s'étonne et se plaigne de l'hiver qui vient de passer. Ici, en Alsace, on a eu droit à quelque chose de "froid", certes, mais à mon sens, rien d'anormal non plus par rapport aux 50 dernières années. Par contre, si l'on ne prend en référence que les 5 derniers hivers (plus doux), en effet, ce dernier hiver fut en effet plus froid. Peut être serait-il bon de relativiser un peu ce qu'il se passe, au niveau de notre climat, au lieu de s'enfermer dans le catastrophisme dès qu'on dépasse de 2 ou 3 degrés les normales.

nimb | 10 avril 2021 à 07h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bouée DB600 : station d'alerte instrumentée et autonome en milieux naturels Xylem Analytics France