En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un grand pôle d'analyse, de recherche et de formation sur l'eau s'installe aux portes de Paris

L'ancienne usine de production d'eau potable d'Ivry-sur-Seine (94) trouve une seconde jeunesse. Elle accueille désormais le nouveau Laboratoire public pour l'analyse de l'eau de Paris et la plate-forme Aqua-Futura dédiée au soutien de l'innovation sur les secteurs de l'eau.

Reportage vidéo  |  Eau  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

Fermée l'année dernière, l'ancienne usine de production d'eau potable d'Ivry-sur-Seine a entamé sa seconde vie, toujours sur les métiers de l'eau.

Labo d'analyse public

Les laboratoires d'analyse et de contrôle privés sont prévenus ! Dans la lignée de la remise en régie municipale de la production et de la distribution des eaux potables dans Paris, est né le nouveau Laboratoire public pour l'analyse de l'eau de Paris.

Au programme du nouveau centre, des tests sur les eaux potables (EP) destinées à la consommation pour le compte de la régie Eau de Paris (EDP) bien sûr, mais pas seulement. 50 % des analyses qui y seront effectuées devraient concerner d'autres échantillons : eaux usées ou issues des STEP, eaux de process etc…

Objectif : débusquer les résidus médicamenteux, les hydrocarbures, voire les traces de pesticides mais aussi mener des recherches sur le vieillissement et la corrosion des canalisations, sur les bactéries émergentes etc…

Plate-forme pour l'innovation

Le site de 9 hectares va également accueillir un grand pôle mutualisé de soutien à l'innovation sur les métiers de l'eau. Aqua-Futura ressemblera enseignants, étudiants, chercheurs, et entrepreneurs avec l'ambition de valoriser la recherche et la concrétiser avec l'émergence de technologies innovantes.

Réactions1 réaction à cet article

 

Intéressant, mais que faut-il penser de cette liste interminable qui s'allonge tous les jours d'organismes variés ; comités, associations, groupes d'études, commissions, et surtout initiatives académiques dédiés à l'eau ?

Lorsque nous sommes confrontés à une catastrophe environnementale, aux accidents et incendies à répétition des usines de traitement des eaux en France, ces centaines d'organismes publics, coûteux et ultra-spécialisés ont-ils une utilité ?

Chaque jour qui passe, l'environnement se dégrade et le nombre d'éminents spécialistes augmente ...

Le citoyen-contribuable-électeur qui observe tout cela, doit-il se vêtir d'un gilet bleu pour rappeler la couleur perdue de nos fleuves et rivières et signaler son indignation croissante ?

henri le roy | 15 septembre 2020 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager