En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Reconversion de friches urbaines polluées : 18 sites sélectionnés

Dix-huit sites ont été sélectionnés par le ministère du Développement durable, l'ADEME et le ministère de la Relance dans le cadre du dispositif exceptionnel d'aide à la dépollution des friches polluées urbaines, soutenu par le plan de relance.

Aménagement  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
Reconversion de friches urbaines polluées : 18 sites sélectionnés
© Paulina Szufnarowska
   
La pression foncière, les problèmes de transport et l'étalement urbain sont des problématiques majeures aujourd'hui pour le développement des villes. Pour lutter contre ces phénomènes, la densification des espaces centraux et la reconversion de friches urbaines, des territoires délaissés en plein centre urbain, apparaissent de plus en plus comme des solutions d'avenir pour les pouvoirs publics. Les friches urbaines sont des terrains bâtis ou non, qui peuvent être pollués. Leur fonction initiale ayant été abandonnée, le site est parfois lui aussi délaissé. L'idée est de dépolluer le site si nécessaire avant un réaménagement.

Vers une meilleure prise en compte des sites et sols pollués

Les pouvoirs publics voient désormais les sites pollués comme des points stratégiques de développement, selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME). On passe ainsi d'une approche plutôt « défensive » de traitement des risques pour la population et l'environnement, à une logique davantage « offensive » en croisant la réflexion sur la pollution des sols avec l'aménagement du territoire.
Les friches urbaines sont alors perçues comme autant d'opportunités d'aménagement et d'urbanisation. Toujours selon l'ADEME, ces sites répondent à des enjeux urbanistiques, enjeux environnementaux, socioculturels, économiques et politiques.
Le Grenelle de l'environnement a d'ailleurs retenu la mise en place d'un plan d'action renforcé en matière de sites pollués. Dans le cadre du Plan de relance de l'économie présenté par le Président de la République, un effort exceptionnel de 20 M€ d'aide vient appuyer cette politique, rendant possible des projets d'aménagement urbain préalablement bloqués. Objectif : développer des projets d'urbanisme plus vertueux du point de vue de l'environnement tout en soutenant la reconversion des friches urbaines une fois dépolluées, selon le communiqué de presse publié le 20 mars dernier.

Dix huit sites sélectionnés pour une mise en œuvre rapide

Dans le cadre du programme de reconversion des friches urbaines polluées mis en oeuvre par l'ADEME, le ministère du Développement Durable, l'ADEME et le ministère de la Relance ont arrêté une première liste de 18 projets sur plus de 130 recensés, qui devraient rapidement être instruits au niveau local en vue d'un soutien financier pour plus de 10 millions d'euros.
Ce programme pourra financer jusqu'à 50 % des coûts de dépollution des sites. Le montant total des travaux directement soutenus s'élèvera à environ 50 M€. Selon le communiqué, ceci permettra l'engagement de travaux d'aménagement beaucoup plus importants (logement, services et commerces).
L'ADEME apporte un soutien technique et financier aux porteurs de projets, notamment les collectivités locales et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) souhaitant développer des projets reconversion de friches urbaines polluées (industrielles, portuaires, militaires, ferroviaires, artisanales, délaissés divers). L'Agence s'assurera néanmoins que le projet porté par le bénéficiaire de l'aide comporte une dimension de développement durable (haute qualité environnementale, approche environnementale de l'urbanisme, éco-quartier,...).
Les dix-huit sites sélectionnés se situent en Alsace (Mulhouse), en Haute-Normandie (Le Havre), en Ile-de-France (Colombes, Drancy, Gargenville, Ile-Saint-Denis, Mantes la Jolie), en Lorraine (Metz), en Midi-Pyrénées (Decazeville, Graulhet, Millau), en Nord-Pas-de-Calais (Roubaix), en PACA (Marseille), en Pays de la Loire (Nantes, Trignac) et en Rhône-Alpes (Givors, Rive de Gier, Saint Etienne).
Ils devraient conduire à l'aménagement de pôles d'activité, de logements y compris sociaux, d'écoquartiers ou de bâtiments tertiaires. Alors que d'autres projets sont en cours d'instruction, ces dix-huit premier sites ont été sélectionnés selon plusieurs critères : ils peuvent être engagés et réalisés rapidement pour avoir un impact immédiat sur l'activité économique ; ils permettent de traiter une situation environnementale dégradée en relançant des aménagements nécessaires au développement de la ville durable.

Notons enfin que le ministère du Développement Durable et l'ADEME organisent, le 16 juin prochain à Paris, un colloque « Reconversion urbaine des friches polluées – pour des territoires durables ». Un guide de l'aménagement sur sites dépollués devrait y être distribué.

Réactions3 réactions à cet article

 
Bien continuer...

Je trouve que c'est une bonne initiative....espérant que la dépollution sera un succès afin de ne pas exposer les futurs occupants des batiments à d'éventuels risques sanitaires. Faisons confiance aux sérieux de chaque partie concernée!....C'est un bon projet.

maintso | 26 mars 2009 à 13h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
la bonne initiative

Bonjour.
moi je suis pour une bien meilleure veuille des sites à riques on découvre les sites pollués et pourquoi pas une meilleure veuille des sites à risques un exemple les casses automobile.
qui contrô^le ces sites à trés grand riques.
il n'y a pas de contrôle.
Cordialement.

Bob | 26 mars 2009 à 17h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ce qui est génant

la dépollution du site dans un premier temps.
Pour mieux reconstruire ensuitepar dessus(commerces etc...),les espaces verts n'ont pas été mentionné.C'est pourtant bien ce qui manque au coeur des villes!
La dépollution a deja mieux d'intéret,elle sera sans doute à refaire quand les futures batiment seront obsolètes.

kikaji | 27 mars 2009 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager