Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Enregistrement porcin : la FNSEA dénonce le recours de FNE

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet

La fédération France Nature Environnement (FNE) a déposé le 3 mars un recours en annulation contre le décret du 27 décembre 2013 relatif aux élevages porcins.

Ce décret donne la possibilité d'ouvrir un élevage de porcs par la procédure simplifiée d'enregistrement, contestée par les associations environnementales qui dénoncent leur impact sur les marées vertes. Le texte conduit à dispenser la création, l'extension ou le regroupement des élevages comptant entre 450 et 2.000 places de porcs de la réalisation d'une étude d'impact et d'enquête publique.

Le recours en annulation devant le Conseil d'Etat intenté par FNE contre le décret "montre une fois de plus la mauvaise foi et la volonté de stigmatiser l'élevage de porcs dont fait preuve l'association", a critiqué le 6 mars la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), dans un communiqué.

Le syndicat dénonce les propos de la vice-présidente de FNE qui aurait déclaré "n'avoir jamais été consultée sur ce texte". "A quoi a donc servi la consultation du public et des parties prenantes ouverte du 25 octobre au 15 novembre 2013 ?", s'interroge la FNSEA. FNE avait claqué la porte des Etats généraux de la modernisation du droit de l'environnement en septembre dernier.

Les éleveurs et les coopératives "réaffirment aujourd'hui que le but du régime d'enregistrement est d'aller vers la simplification administrative des procédures avec diminution des frais de dossiers pour les éleveurs. Ce n'est en aucun cas une volonté de faire du moins environnemental !", assure le syndicat agricole. Cette mesure "décidée par les pouvoirs publics est nécessaire pour moderniser les élevages et permettre une meilleure maîtrise de leur impact", ajoute-t-il.

Réactions3 réactions à cet article

 

Je ne vois pas pourquoi la FNSEA s'excite : le décret du 27 décembre est juridiquement blindé, et personne, vraiment personne, ne saurait soupçonner la FNSEA d'avoir "la volonté de faire du moins environnemental".
Si c'était leur genre, ça se saurait déjà, depuis le temps...

Romario | 10 mars 2014 à 22h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Instituer des contraintes est certes parfois utile. La limite à poser avant de les décider est de savoir si elles entrainent à terme la disparition complète de l'industrie ou de l'activité impactée. Dans un monde mondialisé (merci l'Europe et l'Organisation Mondiale du Commerce...) ce sont les nouvelles contraintes qui font disparaitre des secteurs entiers de notre économie. Les exemples se succèdent sans que jamais l'ETAT ne s'en soucie. Là ou je travaille (centre de traitement de déchets industriel) l'état a changé les régles Seveso II , (merci Seveso III !) et l'usine ferme, en réponse a cette modification. Tout simplement!!

ami9327 | 11 mars 2014 à 10h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La FNSEA est au même titre que le CPNT une association profondément écologiste. De cela personne ne doit douter.....

D'ailleurs messieurs Le Foll et Martin ne traitent des dossiers environnementaux qu'avec ces associations.
Quand on connaît les profondes convictions écologistes de cette paire de ministres on est rassuré sur la FNSEA non?

jms | 11 mars 2014 à 12h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]